Un cador cousu d’or

Un cador cousu d’or

À partir de 7 ans

Un cador cousu d’or (Wags to Riches) est un court-métrage de Tex Avery sorti en 1949. Rythme qui peut être rapide. Nombreux gags à la minute. Droopy va échapper aux tentatives de meurtre de Spike.

MESSAGES

Chien

Un des deux chiens a bien servi son maitre et est récompensé par un héritage.

Argent

Être riche peut bien motiver certaines personnes, et un gros héritage est en jeux. Cupidité. On critique le vilain Spike qui veut tuer Droopy pour s’approprier l’héritage.

Justice

Celui qui veut faire le mal se retrouve toujours puni.

Toons

Une ambiance franchement frappadingue. Des gags à 100 à l’heure. Des animaux anthropomorphes qui peuvent même avoir des parties du corps qui se brisent (mais Spike restera toujours vivant, malgré les trous dans la tête). Spike dessine parfois sur les choses comme si c’était un dessinateur extérieur. Pas de logique, avec une piscine dessinée sur un terrain de tennis qui devient de la véritable eau pour un personnage et du dur pour le suivant.

Persévérance

Spike a une idée fixe, tuer Droopy, seule la fourrière va l’arrêter.

Mort

On joue avec l’idée de la mort, avec le chien Spike qui veut tuer Droopy pour l’héritage. On nous montre différentes façons de tuer. Arme. Les armes sont bien présentes, avec pistolet ou carabine.

Un cador cousu d’or

Un cador cousu d’or

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Beaucoup de moment où Spike veut tuer Droopy (veut le faire exploser en laissant le gaz ouvert, le faire tomber en bas d’une fenêtre, lui tirer dessus avec une bombe, lui faire tomber un arbre dessus, le faire fracasser au sol sur une fausse piscine, tir à la carabine, tir au pistolet).

Gag adulte

Gag un peu adulte quand Spike veut montrer qu’il est vertueux (qu’il ne regarde par un poster de femme sexy) (mais comme il est « sensible à la beauté », il mate quand même). Gag adulte quand on renvoie qu’il a une sacrée descente et qu’on le voit bien bourré avec une chope de bière.

Banalisation de la violence

L’idée est de rire du vilain chien qui veut tuer et qui va toujours recevoir lui ce qu’il prévoyait pour l’autre.

VOCABULAIRE

Peu de paroles. Classique.

Ces animés étaient pensés pour oser montrer autre chose que les gentils Disney, ici on peut donner des coups à coeur joie et faire ainsi rire en voulant tuer un personnage. Une bonne banalisation de la violence qui ne cesse pas durant tout l’épisode. C’est montré comme rigolo, mais je propose de le voir dès 7 ans, il va pouvoir élaborer et créer une certaine distance avec ces personnages.

Tex Avery était spécialisé dans les courts-métrages bien déjantés, il en existe beaucoup, j’en ai référencé quelques-uns (Les Deux Chaperons rouges, Droopy fin limier, Casse-noisette fait le fou, Le meurtre de Dan McGoo, Le Chat qui détestait les gens, Cendrillon fait les trois huit, Le coucou, La maison du futur, Symphonie Argotique, Écureuil Buissonnier, Un cador cousu d’or).

Ce que nous disent les autres : ici, on nous montre que ce n’est pas que pour les enfants. Ici, une présentation de Tex Avery.

Partager cette page :

Lost Password