Charles Dickens, l’homme qui inventa Noël (The Man Who Invented Christmas) est un film de 2017. Il peut y avoir des retours en arrière qui ne sont pas toujours clairement montrés comme tels.

MESSAGES

Noël

L’histoire qui raconte comme Dickens a pu écrire son fameux livre de Noël. Dans cet ouvrage on met en avant l’importance de se soucier des pauvres et de passer du temps en famille. Ce film ne se veut pas être un film de Noël classique, on voit bien que nous sommes dans cette période, mais on sort des thèmes habituels. C’est surtout à la fin du film que l’on verra les lumières de Noël (et cette nouvelle décoration qu’est l’arbre décoré que l’on place dans son salon).

Littérature

Nous découvrons un morceau de la vie de Charles Dickens. On voit un processus de création, avec l’angoisse de la page blanche, la question du financement, l’importance d’avoir des endroits calmes pour créer. L’auteur invente ses personnages en utilisant ce qu’il voit autour de lui ou en tentant de les jouer pour faire apparaître leur nom et aura des interactions avec ses héros. Il n’existait pas encore les impresarios, c’est un ami de Dickens qui l’aide dans ses démarches pour publier. Notoriété. Ce n’est pas toujours évident d’assumer le succès, il faut pouvoir le garder et avoir un certain train de vie. On nous montre Dickens qui, après avoir réalisé son Oliver Twist, ne produit plus de grandes choses. Difficulté d’entendre les critiques littéraires. Lecture. On nous montre qu’une domestique est lettrée, ce qui est étonnant pour l’époque, car la lecture n’était pas pour tous. Plaisir de lire des histoires, de ressentir des émotions ainsi.

Famille

Importance de la famille qui est ici mise de côté lorsque l’on est un écrivain centré sur son travail. Relation au père. On comprend que certaines difficultés sont en lien avec ce que l’on a pu vivre enfant dans la relation au père. On verra comme adulte, Dickens ne supporte plus ce père qu’il va vouloir mettre de côté (pour finalement accepter pouvoir faire avec et l’accueillir pour Noël). Couple. Pas facile pour la femme de Dickens de supporter son mari (elle peut même craindre qu’il soit intéressé par la jeune nanny quand il demande de la voir elle spécifiquement). L’homme va réaliser l’importance qu’il a d’avoir cette femme attentive à son couple et va la remercier à la fin. Amour. Importance d’aimer et d’être avec les personnes que l’on aime. C’est ce qui va faire changer Scrooge à l’article de sa mort.

Travail monopolisant

Charles Dickens va apprendre à faire attention à sa famille en écrivant le livre qui met ce thème bien en avant (A Christmas Carol). Une personne trop passionnée par ce qu’il fait peut avoir tendance à ne penser qu’à cela et oublier les autres (voir même se montrer agressif lorsqu’on le dérange).

Imagination

On nous montre l’importance de pouvoir développer son imagination (avec un Charles Dickens qui joue des personnages avec ses enfants) (ou qui parvient à discuter avec les personnages de ses romans). Histoires racontées. On voit comme les enfants apprécient les histoires racontées par leur nounou (on ressent bien leurs émotions). Surnaturel. On voit comme Dickens est influencé par des contes irlandais pour créer ses différents fantômes. Fantômes.

Charles Dickens, l'homme qui inventa Noël

Charles Dickens, l’homme qui inventa Noël

Soucis financiers

On voit comme cela peut être compliqué de manquer d’argent, surtout si notre entourage imagine que l’on en a beaucoup. On voit que Dickens ne supporte pas devoir aller mendier de l’argent à ses éditeurs. Pauvreté. Des personnes survivent difficilement, on peut voir un homme vendre des enfants, un père faire les poubelles pour revendre les signatures de son fils connu. Cupidité. On critique ceux qui ont leur existence qui tourne autour de l’agent, on critique la différence de classe. On critique les riches qui considèrent les pauvres qui doivent surtout être dans les usines.

Travail sur soi

Importance de réaliser comment nos réactions peuvent être problématiques pour les autres. Ici Dickens va comprendre que c’est difficile de vivre avec lui, il a ses caprices, ne supporte pas d’être dérangé, il a des humeurs changeantes avec des ordres qui ne doivent pas toujours être pris à la lettre. On peut avoir un bon et un mauvais côté, il faut savoir maitriser le côté obscur. Il faut réussir à s’excuser. Oser changer. Importance de réaliser que l’on peut changer de voie et faire le bien. Égoïsme.

Traumatisme

Dickens souffre d’avoir dû se retrouver à travailler enfant dans une usine parce que son père était mis en prison. Abandon. Sentiment d’abandon lié à cet événement, cela active des peurs. Souffrance. C’est la noirceur qui tache l’âme.

Amour impossible

L’ami de Dickens ne peut pas se marier avec la femme qu’il aime parce qu’il est dans une autre condition qu’elle. Différence de classe. On voit bien comme il existe des personnes de différentes conditions.

Histoire

On nous montre Londres en 1843, avec le souci des détails. On découvre plein de choses historiques (de la lanterne magique aux chapeaux hauts de forme).

Charles Dickens, l'homme qui inventa Noël

Charles Dickens, l’homme qui inventa Noël

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Bruit inquiétant, un homme blafard apparaît avec des chaînes, ce fantôme hurle c’est inquiétant. Le fantôme du Noël futur ne cause pas, et est plutôt impressionnant. Scrooge est dans sa tombe, les murs se rapprochent, il demande pitié et veut changer, il ne veut pas mourir ainsi sans avoir aimé.

Malaise

On voit que Charles Dickens se retrouve sur une scène américaine faisant un show et se demandant ce qu’il fait là. On le retrouve en Angleterre, ne sachant plus quoi écrire, syndrome de la page blanche. Les éditeurs nous disent que les trois derniers livres de Dickens ne fonctionnent pas, il n’y a pas de rentrée d’argent et ils ne veulent pas lui faire d’avance. Il y a un problème avec une personne qui vend des signatures de Dickens, le spectateur n’est pas mis dans la confidence de l’identité. Dickens tente de se cacher d’une personne qu’il ne veut pas voir (crainte d’être critiqué). Il y a des bruits étranges dans les hauts de la maison, Dickens va voir. La femme de Dickens ne comprend pas pourquoi il s’inquiète pour l’argent, il n’ose pas lui dire qu’il y a un problème. Dickens tente de retrouver un homme et des enfants en avançant dans des ruelles sombres. Dickens voit un enterrement avec un homme pingre qui enterre son associé. Dickens refuse l’avance des éditeurs qui ne veulent pas suivre ses instructions pour son projet de livre, il se retrouve sans sous et doit en trouver ailleurs. On comprend que c’est le père de Dickens qui se permet de vendre des signatures de son fils pour se faire de l’argent. Un avocat pingre jette un chat violemment en bas d’une chaise, Dickens a pu gagner un procès, mais personne ne peut payer l’amende, et en plus l’avocat demande ses honoraires, et accepte de prêter de l’argent en plus avec des intérêts de 25%, on voit Dickens vraiment acculé. Dickens n’est pas content de voir arriver son père, qui est pourtant bien accueilli par sa belle fille et les enfants (on comprend qu’il a tenté de l’envoyer hors de Londres) (et quand le père lui demande de l’argent, on comprend pourquoi c’est compliqué de l’avoir proche). L’oiseau offert par le père a fait tomber un précieux lustre. Dickens est souvent dérangé durant ses tentatives d’écrire son nouveau livre. L’éditeur craint ne pas pouvoir réaliser le livre avant Noël. Dickens voit apparaître Scrooge vers son lit, il doit le suivre et aller dans le Noël passé. Le père s’achète des choses cher. On sent une certaine jalousie, de la femme de Dickens quand il demande que la domestique aille dans sa chambre. On découvre la famille de Bob Cratchit qui ont l’apparence de la famille de la soeur de Dickens. Le dessinateur du livre décide d’arrêter, il ne comprend pas comment un fantôme pourrait être sympathique (Dickens fait poser son ami pour donner un exemple de ce personnage). Le père de Dickens avoue ne pas avoir le travail pour lequel il était venu à Londres, son fils lui demande de repartir chez lui. La mère comprend le ressentiment de son fils, mais dit que le père ressent tout cela. Dickens ne sait pas comment finir son récit, on le voit bien embêter, et en plus ses personnages se liguent contre lui et ne veulent plus agir. Dickens n’ose pas dire son cauchemar, son problème qui le ronge. Dickens voit son père fouiller ses poubelles pour récupérer ses signatures, il lui renvoie tout ce qu’il a sur son cœur (sa souffrance en étant enfant) (il lui renvoie qu’il est un boulet pour lui, il lui demande de partir) (le père pleure et part). Dickens regrette d’avoir renvoyé son père, il met en danger la publication de son roman en allant à la gare pour arrêter son départ, il se fait poursuivre par un policier.

Maltraitance

Pauvreté : un homme propose vendre ses enfants pour qu’ils puissent travailler dans une usine. Dans un retour en arrière, Dicken se rappelle de son père qui s’est fait arrêter par des huissiers, il est embarqué en prison, on voit pleurer le jeune garçon qui est laissé seul (on verra plus tard qu’il est abandonné chez une personne qui va l’utiliser pour travailler en usine, qu’il sera moqué par les autres enfants) (et qu’il y en a même un qui pose un rat mort en face de lui, il pleure).

Tristesse

On comprend que le neveu de Dickens a un problème de santé, on voit qu’il a des cannes. On retrouve la famille de Bob Cratchit, ils parlent de la mort de leur enfant, c’est bien triste comme le père doit se retenir de pleurer. Dickens en a assez d’être dérangé, il demande à la gouvernante de se débarrasser de la petite servante (puis va comprendre qu’elle a vraiment été congédiée et regrette beaucoup, parce que cela va être impossible de la retrouver).

Santé

Alcool. Le père de Dickens a bu, on le voit ivre. Dickens et son ami ont été boire, on les voit ivres.

VOCABULAIRE

Classique.

Une histoire de Noël qui raconte surtout la difficulté pour Charles Dickens de faire face à la page blanche, à ses difficultés financières et à ses traumatismes de jeunesse. Un film qui n’est pas spécialement pensé pour les enfants, mais qui tourne autour du classique « A Christmas Carol ». Certains moments dur, autour de la relation de Dickens avec son père ou autour de son abandon lorsqu’il était jeune, font qu’il vaut mieux avoir 12 ans pour découvrir cette production (c’est aussi beaucoup la complexité du rapport de Dickens à ses personnages, avec l’importance de connaître l’œuvre originale et de comprendre qu’il matérialise ses héros pour avancer dans son récit, qui motive à cet âge).

Il existe beaucoup d’adaptations de ce classique de Dickens (A Christmas Carol, le classique de 1951. Un animé Disney, le Noël de Mickey. Un film, Le Drôle de Noël de Scrooge, en motion capture. Avec des marionnettes, Noël chez les Muppets et une série en 2019 qui est très réaliste et sombre, A Christmas Carol). Un film comique Le Noël des Looney Tunes. Un animé en synthèse, Scrooge : Un (mé)chant de Noël. Une suite, avec Spirited, l’esprit de Noël. Et l’histoire de l’homme qui inventa ce conte, Charles Dickens, l’homme qui inventa Noël.

Partager cette page :

 

Vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !