A Christmas Carol (Scrooge). Un film en noir et blanc de 1951 qui est l’adaptation du livre de Charles Dickens. Un générique avec un chant de Noël. Quelques effets spéciaux d’époque. Un rythme plutôt lent.

MESSAGES

Argent

Scrooge s’intéresse à l’argent et le moment de Noël l’énerve parce qu’on ne peut pas faire assez d’affaires. Une époque où le mariage ne devait pas se faire si un des amoureux n’avait pas d’argent. Cupidité. On critique l’avarice, un homme qui laisse tomber son cœur pour amasser de l’argent, il n’est même pas capable de payer un penny pour avoir un bout de pain dans sa soupe.  Il va devoir apprendre la joie du partage. Charité. Les personnes riches devraient partager. Capitalisme. Ceux qui ont de l’argent ont le pouvoir. Ceux qui ont de l’argent ont les moyens d’utiliser la justice à leur avantage. On voit un riche voleur expliquer que le trainer dans la boue ferait du tort aux actionnaires. Différence de classe. On nous montre différents mondes, la pauvre famille de Bob Cratchit et celle de Scrooge ou son neveu (on voit bien les différents Noëls qu’ils passent), mais il y a aucune critique de ces différentes conditions, chacun à sa place (au mieux on peut marier une femme sans sous et donner au pauvre).

Rédemption

Scrooge va passer par un voyage initiatique qui va lui faire comprendre qu’il doit changer. On peut changer, même quand on est vieux. Voyage initiatique. À travers trois rencontres, un homme va pouvoir être changé, c’est son ancien associé mort qui va les envoyer pour le sauver.

Noël

Avec les jouets qui font envie dans la boutique. Fête de Noël où les gens dansent. Les joies du partage, avec par exemple les chants de Noël chantés par les pauvres gens.

Pauvreté

Un père de famille doit de l’argent à Scrooge, cela lui pose des soucis. Mais ce n’est pas l’argent qui fait le bonheur.

Égoïsme

Scrooge ne pense qu’à lui, il a un coeur sec. C’est en faisant peur et en culpabilisant que l’on peut faire changer quelqu’un. Chagrin d’amour. On peut perdre son amour quand on ne pense qu’à soi. C’est ici la femme qui pleure, mais l’homme va bien regretter à la fin de sa vie. Solitude. Quand on ne pense qu’à soi, on se retrouve seul.

Religion

Un film qui explique qu’il faut être bon, et si on ne l’est pas, on a des problèmes après sa mort (il faut éviter l’enfer). Des esprits de Noël sont toute l’année dans le coeur des hommes (comme l’enfant de Bethléem). Si on ne met pas en évidence Dieu dans ce film, la religion est bien présente, mais un peu mélangée à du fantastique. Lecture de la Bible dans un endroit qui prend soin des nécessiteux. Lecture de la Bible dans la famille de Bob Cratchit. Tout homme peut changer s’il accepte qu’on lui montre le chemin (et Dieu bénisse le monde entier).

Famille

On montre la famille de Bob Cratchit, des parents aimants qui apprécient de fêter ensemble Noël. Scooge ne veut pas aller diner en famille, même si son neveu l’invite (il ne veut pas accepter d’y aller, car n’était pas d’accord du mariage). Ce n’est pas facile d’être bien lorsque l’on a été rejeté par son père et que l’on a perdu une soeur que l’on apprécie. Protection parentale. Des parents qui pensent à leurs enfants.

A Christmas Carol

A Christmas Carol

Travail

Un homme qui ne pense qu’à ses affaires. Faire de bonnes affaires sur le dos des autres, ce n’est pas bien. Travail monopolisant. Ce n’est pas facile de bosser pour un tyran, il ne laisse même pas partir son employé plus vite le soir de Noël. Industrialisation. On commence à parler que les machines vont remplacer les hommes, et que l’argent est intéressant.

Temporalité

En revisitant différents temps (passé, présent, futur), Scooge comprend sa vie. Se décentrer. En remontant dans son passé, Scrooge revoit ce qu’il a vécu avec de nouveaux yeux.

Handicap

Le fils de l’employé de Scrooge est infirme (il a une canne et il boite). On peut le sauver de la mort avec une médication.

Fantôme

Trois différents fantômes vont tenter d’influencer un homme. Il retrouvera son ancien associé, mais aussi des esprits de Noël. Vie après la mort. L’associé mort souffre dans sa mort, en renvoyant que celui qui n’a jamais donné doit connaître le poids des chaines que l’on forge seul. On nous monte les âmes errantes qui souffrent et qui veulent se repentir. Mort. Scrooge va comprendre qu’il va mourir bientôt. Il sait qu’il va mourir, il espère modifier des choses par un changement d’attitude, mourir plus tard.

Naissance

On parle de la mort des mères à la naissance des bébés (ce qui est arrivé à la mère de Scrooge quand celui-ci est né, ce qui explique peut-être pourquoi son père lui en veut) (ce qui est arrivé à sa soeur, et c’est pour cela qu’il n’apprécie pas vraiment son neveu).

Historique

On nous montre un environnement de 1843. L’industrie commençait, on voit les habits, le mobilier de cette période, mais aussi certains métiers ou comportements. Les femmes sont surtout là pour être belles, être mariées, ou avoir des bébés (ou faire à manger). Littérature. Adaptation du livre une adaptation du conte de Charles Dickens, Un chant de Noël.

A Christmas Carol

A Christmas Carol

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

L’ambiance du film est souvent inquiétante, surtout quand certains fantômes entrent en scène, mais ce sont plus des effets de malaise que des mises en danger du personnage. Un bruit inquiétant derrière la porte, comme un grognement et soudain la porte s’ouvre et on découvre un fantôme tout en transparence, cela fait peur à Scrooge qui se cache dans un coin (le bruit n’était pas des grognements, mais les chaines).

Malaise

Scrooge envoie balader un homme qui venait implorer sa pitié en disant que sa femme risquait d’être envoyée en prison. Scrooge chasse de pauvres enfants qui chantent. Scrooge ne veut pas faire la charité. Un petit garçon regarde les jouets avec plaisir, mais on le voit un peu triste quand il voit parti le beau bateau se faire vendre. Après que l’employé ait souhaité bon Noël à Scrooge, celui-ci se moque du peu d’argent qu’il a pour profiter de cette fête. Scrooge voit la tête de son ancien associé sur la poignée de sa porte, il est bien étonné (c’était accompagné d’un ton lugubre). Il entend son nom qui est prononcé d’une façon inquiétante plusieurs fois, il s’enferme dans sa chambre inquiet. Des âmes qui se lamentent parce qu’ils sont morts et qu’ils n’ont pas aidé les autres (au milieu on voit une pauvre femme qui tient son enfant dans ses bras). Scrooge a bien peur, il se cache sous son duvet. On retrouve le jeune Ebenezer qui est seul ans l’école à Noël, il dit avoir souffert de n’être jamais invité. Quand Scrooge remonte dans le passé, on comprend que son père s’est montré violent et qu’il n’a pu compter que sur sa sœur (qui est morte à la naissance de son fils, c’est pour cela que Scrooge en veut à son neveu). Scrooge revit la mort de sa sœur et pleure. Scrooge culpabilise un peu d’avoir abandonné son ancien patron. On nous montre Alice triste, qui trouve que Scrooge a changé, il est très occupé et est plus intéressé par l’argent, on voit qu’ils s’éloignent et elle dit renoncer à lui (alors il récupère sa bague) (on voit ensuite la femme pleurer). Scrooge ne s’intéresse pas au dernier souffle de son associer, il veut attendre la fin de la fermeture, et en effet quand il arrive c’est l’homme des pompes funèbres qui l’accueille, en effet son associé est à la fin de sa vie, il dit qu’ils se sont trompés, et il meurt juste après qu’il lui demande de changer. On apprend que le jeune enfant va mourir, son traitement coute trop cher, Scrooge réalise cela dépité (l’esprit du Noël présent lui renvoie ses vilaines paroles posées la veille, que c’est un moyen de réduire la surpopulation). Détresse des enfants, on nous montre deux petits enfants miséreux (et on renvoie à Scrooge ses paroles, il parlait de prisons et de maisons de correction). On découvre une famille de miséreux, il y a des enfants qui travaillent pour nettoyer le linge. On parle de la mort de Scrooge, lui qui n’avait pas un ami, on voit que ceux qui l’ont fréquenté ont volé son cadavre et ses biens. On renvoie que personne n’ira à son enterrement, ou au pire pour y manger. Scrooge se réveille heureux et tellement bizarre qu’il fait peur à sa femme de ménage. Après avoir été exécrable toute sa vie, le neveu accueille Scrooge comme de rien chez lui. Bob Cratchit arrive en retard, Scrooge veut lui faire un gag en faisant le méchant, il rit et l’homme ne saisit pas le changement.

Visuel effrayant

Aucun visuel vraiment effrayant (le pire, le fantôme des Noëls futurs est inquiétant, une personne maigre sous un drap noir), par contre la musique est plutôt anxiogène (et deux petits enfants maquillés en mourants font miséreux).

Tristesse

On nous montre le jeune Scrooge face à sa sœur qu’il aime et qui est en train de mourir (et il part sans avoir entendu ses derniers mots qui étaient qu’il s’occupe bien de son bébé). On nous montre le futur, avec la famille de Bob Cratchit, qui font face à la mort de Tim, le père parle de l’enterrement et pleure en même temps qu’il tente de consoler sa famille.

VOCABULAIRE

Classique. Les chants sont en anglais.

Un film rempli de morale et de religion chrétienne, il ne faut pas s’attendre à des moments heureux, on nous montre surtout des miséreux et un homme égoïste qui doit apprendre à faire attention aux autres (ce sont surtout les musiques qui nous renvoient à Noël) (on réalise que c’est surtout face à sa mort prochaine que Scrooge décide de changer) (c’est dans les cinq dernières minutes que tout va mieux, surtout parce que Scrooge commence à donner son argent). Un film dur, et visible par un enfant parce que le rythme est lent, mais mieux vaut l’accompagner.

Il existe beaucoup d’adaptations de ce classique de Dickens (A Christmas Carol, le classique de 1951. Un animé Disney, le Noël de Mickey. Un film, Le Drôle de Noël de Scrooge, en motion capture. Avec des marionnettes, Noël chez les Muppets et une série en 2019 qui est très réaliste et sombre, A Christmas Carol).

Partager cette page :

 

Vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !