Batman est un film de 1989, réalisé par Tim Burton, décors sombres. Flash-back. Le rythme paraît presque lent par rapport aux films actuels.

MESSAGES

Se sentir investi d’une mission

Besoin de réparation, un homme ne peut pas laisser le mal dans sa ville, il doit aller travailler à arrêter les méchants. Travail monopolisant. Cela lui prend tout son temps, et les relations amoureuses passent après (mais quand on est une femme bien amoureuse, on accepte ça). Implication.

Héroïsme

Se montrer courageux, être présent quand on a besoin de lui. Être appelable quand on a besoin de lui, Batman a donné un signal pour que la police puisse le contacter.

Rapport à la femme

Bien présente, la femme est convoitée dans ce film. Adultère. Respecter les femmes des autres. Quand il y a un homme cocu, il peut devenir très méchant. Un amant risque gros si la femme infidèle est celle de son bandit de patron. Beauté plastique. Le Jocker recherche les belles femmes, il est responsable de la mort de mannequin. Le Joker est bien intéressé par la jolie journaliste, il va s’en prendre à elle. Oser la vérité. Bruce, amoureux, n’a pas envie de cacher des choses à celle qui l’aime. Difficile de laisser entrer l’autre dans son monde. Rivalité. Jalousie. Le Joker et Batman sont les deux intéressés par la même femme. On va pouvoir se permettre beaucoup d’analyse sur le désir et sur l’érotisme. Femme-objet. Vicki est ici juste bonne à être sauvée et à mettre en avant sa plastique. Elle va jouer à l’amoureuse le temps d’un premier film, elle n’apparaîtra même pas dans les suivants.

Traumatisme

Une grande souffrance peut générer de l’agressivité. Un homme fier de sa beauté va se retrouver défiguré, cela va le rendre fou, le Joker est un meurtrier. Un homme qui voit ses parents mourir devant lui peut avoir besoin de lutter contre le mal, avec une certaine violence, Batman est un justicier. Autant le superhéros que le super-vilain sont les créations d’un traumatisme.

Critique des valeurs humaines

Le Joker se moque de tout, utilise l’argent, promeut des produits de beauté nocifs, utilise l’enfance et le monde clownesque pour tuer. Importance de l’art. Une scène nous montre l’affreux Joker et ses hommes saccager les précieuses oeuvres d’art. Délire artistique du Joker qui s’imagine créer de l’art en tuant des gens.

Critique du crime

Les méchants sont punis, la police et un justicier masqué veillent. Justice.

Critique du luxe

Mieux vaut manger à la cuisine des domestiques que dans la grande salle à manger (où c’est compliqué de se parler tellement que les personnes sont distantes). Le Joker va utiliser l’appât du gain pour tuer une foule qui souhaite obtenir des billets de banque.

Critique d’une police incompétente

Face à une pègre trop puissante, la police ne suffit plus, un justicier masqué doit les affronter. Police véreuse. On voit un commissaire recevoir de l’argent d’un bandit. Heureusement qu’il y a le gentil Gordon pour montrer qu’ils peuvent être sympa. Droiture.

Bamtan

Bamtan

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Deux voleurs agressent un père devant sa femme et son fils, il est assommé, étendu inconscient sur le sol. Utilisation d’arme à feu, avec différents méchants qui se menacent parmi. Truands attaqués par la police dans une vieille usine, échange de tir. Menace de tuer le gentil policier Batman ne relâche pas Jack. Une balle ricoche sur Jack, on le voit ensanglanté au visage, il va tomber, mais Batman le retient, mais pas assez bien, car le méchant tombe dans une cuve d’acide, on le croit mort, mais une main ressort, avec des ongles verts. Gaz qui fait tomber tout le monde, seule va en échapper une jeune fille qui a utilisé un masque. Vicki est aux mains du Joker, il la terrorise, puis elle risque de recevoir de l’acide au visage. Poursuite en voiture. Le Joker arrive dans l’appartement de Vicki, tout en fausse gentillesse il vient la menacer, il tire sur Bruce Wayne, on croit qu’il l’a tué. Foule qui risque d’être empoisonnée au gaz, y compris Vicki est son ami journaliste. L’engin volant de Batman est descendu, il s’écrase en flamme, on peut craindre qu’il soit mort, Vicki qui est partie à son secours est arrêtée par le Joker qui l’emmène en haut de la cathédrale. Attaque d’un homme technique ninja avec couteaux aux pieds. Pendant que Vicki est obligée de danser avec le Joker qui fait semblant de lui tirer dessus, Batman doit vaincre tous ses hommes. Le Joker envoyé dans le vide se retient à Batman et Vicki en les envoyant, eux, dans le vide, ils risquent tous de tomber, car le fou se met à danser sur les vieilles pierres, ils sont tous ensanglantés.

Mort

Jack tue le commissaire véreux d’un coup de balle. Jack, devenu le Joker, tue son ancien patron de plusieurs balles, en dansant sur un air de musique. Le Joker serre la main d’un associé qui veut le quitter, il commence à fumer et finit complètement grillé (on voit bien le cadavre fumant, le Joker se moque de sa mort). Le Joker envoie une plume dans la gorge d’un ancien associé, puis fait tirer ses sbires déguisés en mimes avec des mitraillettes. On entend qu’Alicia, la poupée vivante du Jocker s’est suicidée en se jetant par la fenêtre. Flash-back qui montre l’assassinat des parents de Bruce Wayne, devant leur fils. Le Joker abat, Bob son homme de main juste parce qu’il n’est pas content. Le Joker tombe du haut de la cathédrale, emporté par le poids d’une gargouille à son pied, un rire préenregistré est répété en continu près de son corps.

Malaise

Vieux laboratoire insalubre où on voit Jack enlever ses pansements, il aura un rire dément quand il se voit dans un miroir. La jeune demoiselle qui vient de sortir du lit de Wayne comprend qu’il lui ment. Le Joker est défiguré, on voit son visage sans fard blanc, avec sa bouche toujours souriante. Jouer avec la mort. Le Joker tue les gens de différentes façons en s’amusant. On voit une femme dans sa chambre avec un masque, les yeux éteints, c’est glauque. Bruce Wayne qui hébété avance entre les balles.

Visuel effrayant

Le film est sombre, souvent des scènes de nuits. On peut voir du sang, des cicatrices.

Monde adulte

Une prostituée dans la rue. Des voleurs qui ont une apparence de toxicomane parlent de manière vulgaire après avoir volé un homme. On voit un lieutenant fumer. On voit des personnes jouer à des jeux d’argent. Allusions sexuelles. S’il était au courant pour nous, c’est pas les tripes qu’il t’arracherait. Je vais m’offrir une nouvelle copine, je me sens d’humeur à faire des folies de mon corps. L’alcool facilite les relations. Une jeune femme bien éméchée va finir dans les bras de Bruce.

Banalisation de la violence

Le meurtre et les combats se font d’une manière parodique, avec souvent de la jolie musique, un enfant doit saisir l’humour noir…

VOCABULAIRE

Film qui peut être vulgaire (fais pas chier, merde, que dalle, on se barre, tu nous emmerdes, bourré la gueule, je me casse, tu la fermes, fouille merde, pourriture, saloperie).

Le mal est très présent, plus que Batman, plutôt transparent, avec un humour tout en noirceur, les morts finissent avec un gros sourire, on meurt de rire. Un film qui n’est pas vraiment tout public, même si le rythme est presque devenu lent avec le temps, et que le kitch est bien plus présent que dans les nouvelles versions de Batman, on est loin de la série Bim-Bam de 1966, que les enfants peuvent plus facilement regarder.

Batman a été souvent le héros dans différentes productions. En 1966, Batman le film, plutôt enfantin, puis les films de Burton, Batman et Batman le défi. Christopher Nolan a produit une nouvelle trilogie, plus réaliste et violente, avec par exemple le troisième, The Dark Knight Rise. Il existe différentes séries animées, comme Batman la série animée, Batman l’alliance des héros. Des films d’animation, comme Batman Year One, Batman, the Dark Knight returns part 1 et part 2, Batman et Red Hood : sous le masque rouge, Batman assaut sur Arkham, ou même un film LEGO, Batman le film. La Justice League a aussi des moments avec Batman.

Partager cette page :

Lost Password