Beethoven sauve Noël est un film de 2011. Une introduction sous forme d’animation, avec un narrateur qui pose la problématique de l’histoire, puis on entre dans un film avec des acteurs. Quelques incrustations en images de synthèse.

MESSAGES

Monde de Noël à l’américaine

On verra des enfants se faire photographier devant un faux père Noël.

Famille monoparentale

Le père est mort, et la mère n’a pas de temps pour son fils, il ne se sent pas écouté. Importance de voir comme le manque peut être difficile autant pour la mère que le fils. L’ado a de la difficulté à adopter un chien (il ne veut pas le voir tomber malade, disparaître).

Revalorisation du lien avec un chien

Un ado qui ne veut pas de chien va découvrir comment ces animaux sont sympathiques. Importance de recevoir les animaux abandonnés, adopter.

Avoir honte de sa condition

Ne pas vouloir être différent, pour finalement saisir sa condition spécifique, on a chacun ses potentiels et un travail qui lui correspond. Quête identitaire.

Aider l’autre

Permettre de résoudre ses problèmes, l’accueillir dans la maison, lui prêter son lit.

Recherche de promotion

Accepter des projets aux dépens de sa vie de famille. Avoir un patron qui demande des heures supplémentaires, qui fait travailler dur, et qui donne finalement ce que souhaite la mère (du temps pour son fils). Travail.

Critique du vol

Ce que l’on trouve n’est pas à soi. Critique des personnes qui arnaquent les parents qui ne trouvent plus le jouet qu’ils veulent.

Stéréotype racial

Un nous montre un acteur noir pour jouer l’elfe comique stupide de service.

Mauvaise fréquentation

Il ne faut pas suivre les personnes qui nous amènent dans de mauvaises directions. Un des deux méchants va finalement réaliser qu’il fait le mal en volant le père Noël.

SCÈNES DIFFICILES

Malaise

La mère et l’adolescent ne se comprennent pas et sont dans des malentendus. Le jeune est puni même s’il est innocent. L’elfe est capturé, attaché sur une chaise.

Tristesse

La police arrête le gentil elfe à la place du voleur de sac de Père-Noël. Le chien est emmené à la fourrière.

VOCABULAIRE

Langage classique.

Un film qui joue avec la notoriété du chien Beethoven (avec pour la première fois de moments où il parle et où il fait des yeux de chien battu). Les petits vont apprécier les nombreuses chutes (mais il y a souvent du rire aux dépens des personnages). On peut aller dans des gags de pets, de rots, pas certains que les parents y trouvent leur compte.

La franchise Beethoven est constituée de plusieurs films: le n°1 et 2 ont les mêmes acteurs. Les n°3 et 4 sont une autre famille. Le 5 et 6 sont indépendants. Il y a même un spécial Noël.

Partager cette page :

Lost Password