Les 101 Dalmatiens est un film d’animation de 1961. Long générique. Rythme plutôt lent. Le chien Pongo est le narrateur de l’histoire, on l’entend beaucoup au début du film. Linéaire, mais on ne suit pas toujours les chiens, il y a de nombreux personnages.

MESSAGES

Importance de la famille

Que cela soit des humains ou des chiens, on nous montre l’importance d’être en couple. Couple. On s’ennuie quand on est célibataire. Pongo mate des demoiselles pour son maître (c’est lui qui va favoriser la rencontre entre les deux humains). Cela les emmène directement au mariage. Naissance. On voit le stress du père (qui n’est attend derrière la porte durant l’accouchement). Risque de la mort dans des portées nombreuses. Fratrie. Exemple d’une famille nombreuse (mais non, il ne sont pas 101). Créer une famille. Des humains et des chiens qui vont former un couple, une famille. On nous montre bien l’importance de l’homme (c’est celui qui donne l’impulsion, qui a les idées, qui sait se positionner).

Chien

Revalorisation du chien dalmatien, on voit bien le plaisir de fonctionner avec cet animal. La sortie du film a entraîné une vague d’adoption pas toujours heureuse de Dalmatiens. À savoir que ce sont des chiens vifs qui doivent pouvoir beaucoup sortir et vivent difficilement en ville.

Aider l’autre

Réseau, solidarité pour aider les dalmatiens. Protection parentale. Les petits doivent pouvoir être aidés. Les parents protègent leurs enfants.

Message anti-fourrure

Les manteaux en poils d’animaux c’est bon pour les méchants.

Revalorisation de la beauté

Pongo choisit une femme douce, modeste, aimante pour son maître, les autres ne sont pas pour le beau Georges. Apparence. Nous sommes ici dans le monde de la mode, avec besoin de manteau de fourrure. Mais celles qui sont trop belles ou extravagantes ne sont pas bien, mieux vaut de jolies simples. Obésité. Le petit chiot le plus gros est celui à cause de qui ils risquent de toujours se faire attraper (on nous le montre sans cesse vouloir manger).

Domestique

Un temps où on pouvait avoir des domestiques, une gentille vieille dame bien disponible (il y a une remarque rabaissante « qui par le moment à l’âme d’un chien« ).

Argent

Critique de ceux qui ont de l’argent et qui croient pouvoir tout acheter.

Télévision

Tentative d’éducation des parents qui regardent la télévision avec leurs enfants (ils reprennent leurs enfants qui à cause de l’émission s’expriment mal) (on nous fait comprendre les moyens mis en oeuvre pour qu’une fiction crée de l’émotion, avec un chien qui fait semblant d’être mort à la télévision) (on nous montre comme il peut y avoir de la publicité à l’écran) (danger d’être trop absorbé par la télévision avec un chiot qui ne voit pas que tous les autres se sauvent). Critique d’émission qui se permet, de jouer avec des bandits à un jeu du style devine la malversation qu’il a fait… plutôt glauque.

Stéréotype de genre

Les personnages qui agissent sont surtout masculins (on n’a qu’à voir tous les animaux qui relaient le message et ont des attitudes proches de gradés de l’armée sont des hommes). Dans le couple la gentille femme est bien en retrait (autant chez les hommes que chez les animaux).

Les 101 Dalmatiens

Les 101 Dalmatiens

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Cruella est fâchée de ne pas avoir les chiens, elle traite Rober de crétin, claque la porte, on peut se douter qu’elle ne va pas se laisser faire. Arrivée tendue dans le château de Cruella, il fait penser à une maison hantée, c’est la nuit, il est délabré, il y a une musique stressante. Jasper tire des fléchettes contre le chat (il parle même de le manger). On stress quand le chat tente de libérer les chiots, on craint qu’ils soient découverts (surtout d’un petit obèse qui ne parvient pas à entrer dans le trou). Le fait que les méchants veulent tuer (en fendant le crâne) et écorcher les chiots est clairement dit. Dès le moment où les petits chiens sont délivrés, il y a une course poursuite stressante à suspense où les chiots doivent se cacher et où ils sont retrouvés à chaque fois. Un des bandits à son pied de biche derrière lui, on le sent bien menaçant. Les parents se battent contre les deux hommes, dans une atmosphère rouge. Des gouttes d’eau tombent sur le maquillage des chiens, ils sont repérés et doivent fuir les méchants qui foncent derrière le camion, un petit risque d’être éjecté.

Malaise

Deux malfrats guettent le départ des adultes pour entrer dans la maison, ils tentent de se faire passer pour des inspecteurs en électricité, comme cela ne fonctionne pas, ils forcent la porte et maintiennent la bonne  à l’écart pendant qu’ils kidnappent les chiots. Les humains sont démunis face au kidnapping, personne ne retrouve les animaux. Un des chiens ne comprend pas bien le message, il croit qu’on parle de marsouin. Le chat tente de ne pas se faire voir des deux gardiens. Les parents risquent un accident avec un camion, ils se retrouvent en pleine tempête en pleine nuit, seront coincé par un fleuve où ils osent finalement se lancer (mais on ne sait pas ce qui va leur arriver). Les chiens risquent d’être repérés quand ils traversent la route, Pongo tente d’effacer leur trace, mais Curella les remarque et sait dans quelles directions ils sont partis. Les animaux qui voulaient prendre un véhicule sont cernés par les méchants et ne peuvent pas s’approcher du camion.

Tristesse

À la naissance des chiots, on imagine un moment qu’un des bébés est mort. George doit lui faire un massage pour qu’il vive finalement. Perdita est enceinte, cachée sous un meuble et pleure, regrette d’avoir ses enfants si c’est pour qu’ils soient vendus à Curella qui ne va pas pouvoir les aimer. Pauvres chiens dans la tempe de neige, les petits sont exténués, il en manque un.

Santé

On verra plusieurs fois les personnages fumer. Déjà le gentil Roger fume la pipe, puis on verra Cruelle fumer des cigarettes et Jasper fumer un cigare. Alcool. Jasper prend du plaisir à boire de l’alcool (et le vilain ne veut pas partager).

Les méchants

Cruella, mesquine, caustique, cruelle sans aucun remords, Horace et Jasper Badun, petits voyous voleurs violents et bêtes qui exécutent les basses besognes, ces personnages vont pouvoir causer des craintes aux petits spectateurs. Visuel effrayant. Sur la fin, quand Cruella est en fureur, les yeux rouges, elle fait bien peur lorsqu’elle poursuit les petits chiots.

Moquerie

Cruella se moque d’Anita qu’elle perçoit comme pauvre. Dénigrement. Un des bandits se permet beaucoup de remarques sexistes quand il kidnappe les chiots (style tu n’es pas mon genre). On entend un camionneur parler des femmes au volant.

VOCABULAIRE

Classique, avec des pointes d’argot pour faire vilain ou humoristique (on se tire, on en a marre, pognon, tu vas la boucler imbécile).

Un classique de Disney qui comporte quand même des scènes qui font peur (j’ai eu des commentaires de parents qui disent que leurs enfants ont bien eu peur de Cruella). Faut dire que ce Disney touche la corde sensible du kidnapping. Je ne suis pas spécialement d’accord avec le 4 ans posé plus bas, mais comme c’est intéressant, je mets en évidence que l’on peut penser ce film adapté pour cet âge. Il existe une suite. Et des versions live.

Ce que disent les autres. Extrait de « Psychanalyse des dessins animé » de Geneviève Djénati. « À partir de 4 ans. Contenu latent: d’emblée, la parole est donnée aux animaux qui discutent entre eux comme des humains, prennent des décisions et inversent les rôles en appelant leurs maîtres : fidèles compagnons. Les parents chiens ont un comportement affectueux, protecteur et éducatif, propre à celui des « bons parents ». Les chiots ont des caractères suffisamment repérables pour qu’ils puissent être bien différenciés. Les parents appliquent à la fois une règle commune à la fratrie et des traitements particuliers à chacun. Les relations dans la famille montrent nettement les quatre registres (famille, couple, fratrie, individu) permettant aux jeunes spectateurs de retrouver des points communs et des questionnements sur leur vécu propre. L’autorité bienveillante du père associée à la sollicitude de la mère favorise le climat de confiance et assure la réussite du sauvetage des chiots. Le déplacement dans le monde animal d’angoisses catastrophiques de l’enfance (abandon, séparation, mort) rend le spectacle supportable pour de jeunes enfants et permet une discussion avec eux suffisamment « à distance » pour évacuer l’angoisse. Notre avis : Cruella, sorcière moderne, est tellement caricaturale et entourée de deux acolytes si stupides que la crainte qu’ils inspirent est vite remplacée par le rire. Les 101 Dalmatiens présentent l’avantage de proposer une ambiance familiale, à laquelle les spectateurs pourront adhérer, quels que soient leurs âges, en s’identifiant, suivant leur âge, aux jeunes chiots, à leurs parents ou aux maîtres qui peuvent être perçus comme des équivalents de grands-parents par leur bienveillance et leur disponibilité. La solidarité entre les générations et des images parentales fiables justifie le visionnage par des enfants jeunes ou/et craignant les séparations. »

Partager cette page :

Lost Password