Joyeux Noël Madagascar

Joyeux Noël Madagascar

À partir de 7 ans

Joyeux Noël Madagascar (Merry Madagascar) est un court-métrage de 2009. Rythme assez rapide. Aucune présentation des personnages, on a intérêt à connaître les autres films. L’histoire va suivre les quatre animaux principaux, et en parallèle le roi sur l’île. Ellipse, pour montrer tout le travail effectué par les amis la nuit de Noël, on montre à la suite le traîneau dans différents endroits de la Terre.

MESSAGES

Noël

Une ambiance de fête, mais sans la neige (on est sur Madagascar). Le père Noël existe, on explique même comment volent ses rennes. Noël est une fête importante, il ne faut pas la mélanger avec n’importe quoi.

Penser aux autres

Importance d’offrir des cadeaux, que tout le monde en profite. Critique de l’égoïsme du roi Julian. Avoir plein de cadeaux ne remplit pas le vide à l’intérieur. Faire plaisir à l’autre peut nous faire plaisir.

Réparation

Lorsque l’on fait une bêtise, il faut se montrer responsable.

Ouverture sur l’autre

On peut tomber amoureux de quelqu’un qui fait partie d’une bande rivale, qui est d’une autre espèce.

Persévérance

Importance de faire un travail en entier, ne pas laisser tomber au milieu, même si on est découragé. Sens du sacrifice. Il y a des choses plus importantes que soi.

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

L’angoisse des animaux quand leur dirigeable prend feu, avec les flammes et les cris qui vont avec. Peur. L’apparition subite de « cannibales » (en fait le roi Julian).

Malaise

On réalise que la menace que l’on vient d’éradiquer est en fait le père Noël. Expression d’un conflit bizarre, les rennes du père Noël ont des accents de mafieux du nord, ils sont en conflit avec les pingouins.

Tristesse

On peut s’inquiéter pour la santé du père Noël, qui a une grosse bosse et perd la mémoire, et que l’on peut croire mort quelques secondes lorsque son traîneau lui fonce dedans.

VOCABULAIRE

Il peut y avoir des termes populaires (« armez les bidules », « j’aurai ta peau », « il n’y a pas de quoi péter un câble », « je pige », « le hippy zarby », « flipper »)

Dans tous ces moments déjantés, un petit moment de bonheur quand une petite fille noire légèrement hyperactive fait prendre conscience aux quatre amis qu’ils ont une mission qu’ils doivent gérer jusqu’au bout. L’humour est toujours aussi déjanté, pas certain que les plus jeunes saisissent la moitié des gags. Mais cet épisode est moins agressif que le premier Madagascrar spécial Noël, même si l’humour est toujours aussi corrosif. Mieux vaut accompagner l’enfant s’il n’a pas encore ses 7 ans. Il existe un film n°2 et 3 ainsi qu’une série.

Partager cette page :

Lost Password