Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours est un film de 2002, avec des incrustations en images de synthèse, les effets sont impressionnants, mais on peut deviner parfois les trucages (on voit les effets utilisés pour créer les différences de taille si on est un peu attentif, surtout pour les doublures à perruque dont on ne voit pas le visage. On peut voir les effets d’incrustation de personnages sur les fonds verts, par exemple quand les Hobbits sont sur Sylverbarbe). Mieux vaut avoir vu le premier film, il n’y a pas d’explication et on se retrouve là où on l’a laissé. On peut voir des flash-back. Il va se passer différentes choses en même temps, surtout que la communauté s’est coupée en trois parties et que l’on joue avec les effets de stress quand on laisse les situations tendues pour passer à une autre scène avec d’autres personnages et que l’on doit attendre 20 minutes pour retrouver la suite. Magnifiques images de nature, belles forêts, montagnes.

MESSAGES

Voyage initiatique

Sortir de chez soi, vivre des aventures, se forger, créer des amitiés. Passer du stade enfant au stade adulte, en se confrontant, en découvrant le monde. Ne pas rester un gentil et naïf Hobbit toute sa vie.

Combattre

Importance de prendre l’épée s’il s’agit de se défendre, critique des envahisseurs. Importance de faire la guerre contre le méchant, vouloir protéger son peuple est une mauvaise idée, il ne faut pas aller se cacher, il faut agir et prendre les armes. Guerre. Importance de lutter contre le mal. Si on revalorise l’idée de guerre utile, on remet aussi en cause la mort des soldats en se demandant vraiment dans quelles histoires peuvent être les hommes pour suivre une cause. Les enfants et les vieillards doivent participer à l’effort de guerre si c’est nécessaire. On voit des héros en pleine bataille qui font le concours de qui tue le plus d’ennemis. Courage. On revalorise ceux qui prennent l’épée. On nous montre des individus qui se dépassent pour une cause. Don de soi. Être prêt à mourir pour la cause. Alliance. Importance de créer des pactes, d’avoir des objectifs communs pour lutter contre un ennemi commun. Coopération. Des personnages bien différents doivent oublier leurs querelles pour fonctionner ensemble. Importance d’aller demander de l’aide.

Tolérance

Former une communauté d’espèces différentes. Ne pas rester dans des rancunes qui nous éloigne de l’autre, importance d’aller aider l’autre, même s’il n’est pas de notre clan, de notre race.

Mort

On voit la souffrance d’un père qui doit enterrer son fils. Nous sommes dans un monde dangereux, les soldats meurent facilement. On parle des elfes qui peuvent vivre éternellement et des hommes qui doivent mourir un jour, de vieillesse. Vieillesse.

Arme

On voit bien que les épées sont importantes. Elles reflètent la force des vrais hommes. Un roi qui reprend des forces va apprécier retrouver son épée.

Monarchie

Un bon et vrai roi doit prendre les bonnes décisions. On revalorise l’idée d’une personne qui prend la tête du royaume et qui guide, montre l’exemple. Leader. Il faut des personnes pour diriger en montrant l’exemple.

Amitié

On découvre un groupe qui commence à être soudé, mais surtout le lien entre Frodon et Sam.

Voyage

On réalise le long chemin parcouru par les héros en voyant la grande différence d’endroit qu’ils traversent.

Magie

Un monde d’héroic fantasy, avec magiciens et autres pouvoirs qui viennent du fond des âges.

Nature

Les paysages traversés sont magnifiques. Forêt, prairie, montagnes. Industrialisation. Critique de la destruction d’arbres pour alimenter des forges qui créent les armes. Aragorn, comme rodeur est proche de la nature, peut lire ses signes, comme les elfes qui semblent vivre en symbiose avec elle. Mordor, terre désolée, un peu comme si elle avait vécu un cataclysme écologique. Écologie. Quand une forêt a été décimée, on n’hésite pas à aller en détruire une autre.

Amour

On voit des personnages amoureux (les beaux sont avec les beaux). Quelques déceptions amoureuses (Éowyn qui ne finira pas avec Aragorn).

Maladie psychique

Gollum a une double personnalité, on le voit se parler à soi-même et des fois être un gentil simplet et des fois être un agressif fourbe (on le voit rejeter son côté obscur pour tenter de faire le bien).

Force du faible

Un petit gentil va pouvoir sauver le monde. Une petite personne peut changer le monde.

Chevaux

Gandalf appelle un magnifique cheval blanc (Gripoil), le seigneur de tous les chevaux. On parle des chevaux du Rohan.

Géopolitique

Pour vaincre, il ne faut pas y aller frontalement, on voit qu’il y a différentes choses à faire pour la victoire, qu’il faudra passer par différentes batailles et que les pions sont nombreux sur l’échiquier.

Respect

Tout le monde mérite le respect, même un bizarre comme Smeagol.

Toxicomanie

On voit bien les effets l’anneau, qui génère le besoin de la garder pour soi. L’herbe à pipe, fumée par les Hobbits, est une forme de hachich, de la drogue.

Temporalité

Avec les Ents, on nous montre un autre rythme, on voit bien que ces arbres n’ont pas notre vitesse (malheureusement, c’est un peu critiqué dans le film où il faudrait se dépêcher de prendre des décisions).

Convoitise

L’anneau attire celui qui pourrait utiliser son pouvoir. Les humains sont attirés par lui. Seuls les Hobbits peuvent, car ils sont gentils, le porter. La soif de pouvoir c’est mal, il ne faut pas succomber. Emprise. Voir comme l’anneau, le pouvoir peut gagner une personne, le rendant envouté. Maîtrise de soi. On peut être tenté par différentes choses (ici surtout le pouvoir), il faut savoir garder sa conscience. .

Monarchie

Importance d’accepter celui qui est destiné à régner. On voit clairement qu’il y a des hiérarchies entre ces personnages.

Littérature

Personnage de fiction créé par J. R. R. Tolkien.

Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours

Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Nombreux moments guerriers où des protagonistes s’affrontent. Un flash-back où on retrouve Gandalf en prise avec le Balrog, chute vertigineuse, tentative de tuer le monstre, mais on ne sait pas ce qui c’est passé à la fin lorsqu’il arrive dans l’eau. Descente périlleuse de Sam et Frodon, avec une chute que l’on croit mortelle, mais qui se fait à quelques mètres du fond. Agression de Gollum très bestiale, il s’agite fort, griffe, mord. Merry et Pippin sont transportés par les Uruk-hai, il y en a un qui ne semble pas bien aller. Scène ou de nombreux cadavres sont au sol, on retrouve un fils de roi encore vivant. Dispute entre les Uruk-hai et les Orcs bien effrayants, qui veulent manger les deux hobbits, plusieurs moments où on les croit en mauvaise posture, puis des cavaliers arrivent tuer les monstres, Pippin risque de se faire écraser par une monture. Les cavaliers du Rohan entourent Gimli, Legolas et Aragon, le nain se montre fier et on craint une attaque (ils sont cernés par des lances). On craint que la forêt où se sont réfugiés Pippin et Merry soit dangereuse, elle est sombre, mais c’est surtout l’Orc affamé leur trousse qui est effrayant « je vais vous arracher vos immondes petites entrailles », il parvient à attraper le pied d’un Hobbit qui montait à un arbre, il le fait tomber au sol et risque de le tuer. Le Ent s’empare des deux Hobbits, c’est plutôt inquiétant, ils vont être serrés fort quand cet arbre repense à ce que subissent ses congénères à cause des Orques. Frodon s’avance comme hypnotisé et finit par tomber dans le glauque marais remplis de morts, il coule et voit une sorte de mort vivant qui veut le maintenir, puis plein d’autres arrivent un peu fantomatique, des sortes d’âmes monstrueuses. Merry et Pippin se retrouvent sans Sylverbarbe, ils se font coincer sous des racines, on les voit se faire inexorablement enterrer. Gandalf le blanc n’est pas le bienvenu dans la maison du Rohan, il y a des hommes armés qui guettent ce que font les membres de la communauté. Attaque des Orc avec leurs montures, les Wargs, une scène où un soldat va se faire croquer, si on ne voit pas l’attaque finale, on devine bien la gueule se refermer sur la tête, les femmes et enfants Rohans risquent de tous y passer, les hommes vont les contrer, nombreuses morts avec des scènes où la caméra fait des gros plans. Gimli se retrouve coincé sous un animal, il risque de se faire transpercer par l’arme d’un Orc, puis dévorer par sa monture. Aragorn est aussi en mauvaise posture, il finit par chuter d’une falaise, ses amis ne le retrouvent pas et pleurent sa mort. Faramir réalise que les Hobbit ont le précieux anneau, ils sont à sa merci. À l’allure effrayante, très bestiale, bouches peu ragoutantes et cris stressants. Beaucoup de scènes de bataille au gouffre de Helm, avec les ennemis qui sont en nombre, beaucoup d’armes et de corps à corps violents, les Uruk-hai vont s’attaquer à la porte avec un bélier géant, on la voit céder. Ils ont aussi ouvert une brèche dans le mur avec de la dynamite qu’un guerrier en se suicidant a été faire exploser. Ils utilisent des grosses arbalètes, des échelles géantes et les combats font rage avec blessures où on peut voir le sang, des héros en mauvaises postures et qui doivent finalement battre en retraite. Les Ents se battent, on en voit un qui est mis à terre, un autre prend feu. Un barrage a été détruit, les Hobbits sur Syverbarbe font face à des trombes d’eau. Frodon risque de se faire mordre par la monture du Nazgul, Sam le sauve de justesse, mais son ami possédé risque de le transpercer de son épée.

Visuel effrayant

Gollum, inquiétante créature vieille de 500 ans, on la voit dans l’obscurité, puis de plus près, l’effet en capture motion est bien réaliste. Uruk-hai, créatures créées à partir de croisement d’orque et gobelin, combattants très bestiaux, avec grosses dents, bien balèzes, on voit la naissance dans une forme de matrice, c’est plutôt beurk. Orc, yeux effrayants, grosses dents, langue de serpent, oreille pointue, peau beurk et leur monture, les Wargs qui ressemblent à d’énormes hyènes croisées avec des ours. Le Balrog, monstre de flamme avec grosses cornes, sorte de fouets luminescents, allure démoniaque. Grima, personnage au teint livide, peau plutôt suintante et cheveux gras. Découverte de l’immense armée de Saroumane, c’est impressionnant et on peut se demander si nos héros ont vraiment une chance de s’en sortir. Facies de Gollum lorsqu’il dit qu’il s’est fait voler son précieux. Uruk-hai effrayants de force et de bestialité.

Malaise

De nuit, sous la pluie, Gollum observe les Hobbits. Ils sont perdus et tournent en rond dans des paysages rocailleux. Grima blafard et huileux, le conseiller du roi Théoden, a des vues sur la jolie princesse, il bannit le brave Eomer qui doutait de lui. On craint que les Hobbits soient livrés à Saroumane. Marais lugubre, avec brume et cadavres au fond de l’eau. Gollum qui mange un gros vers. Frodon sent le poids de l’anneau, il ressent aussi fort sa souffrance quand un Nazgul le survole, cela semble venir de sa blessure, on craint qu’ils soient découverts. Les trois héros veulent se défaire de Saroumane qui risque d’apparaître devant eux, ils sont désarmés et à sa merci (mais c’est en fait Gandalf qu’ils ont tenté d’attaquer). Les portes du Mordor semblent infranchissables, elles ne s’ouvrent que grâce à d’énormes Trolls des montagnes, elles sont surveillées par de nombreux soldats, on ne voit pas comment les Hobbits vont réussir à les traverser, Frodon risque sa vie en voulant se diriger vers elles, et heureusement Gollum lui propose une autre solution. Sam glisse et risque de se faire remarquer par des soldats, Frodon va à son secours et le cache sous sa cape, on craint qu’ils ne soient découverts. Éowyn semble courtisée par l’immonde Grima, on peut être inquiet pour elle, maintenant qu’il lui dit qu’elle est seule, on voit bien son insistance. Gandalf va vouloir exorciser Théoden qui est possédé par Saruman (on voit le roi tout blanc, les yeux aveugles, il est plutôt impressionnant). Grima crache dans la main d’Aragorn qui venait pourtant de le sauver. Smeagol parle avec son double psychique, Gollum, qui voudrait bien récupérer l’anneau et qui n’hésiterait pas à tuer les Hobbits. Smeagol a rapporté des lapins qu’il a tués, il les offre à Frodon et en croque un, on voit bien la chair sortir de l’animal. Frodon part seul, on craint qu’il lui arrive quelque chose, il découvre une armée, qui se fait attaquer, un soldat est expulsé hors d’une bestiole gigantesque ressemblant à un éléphant, il s’écrase mort juste à côté des Hobbits, ils veulent s’en aller, mais sont fait prisonnier, on ne sait pas vraiment par qui. Le père d’Arwen lui décrit son futur si elle continue d’aimer un homme, elle qui est immortelle le verra vieillir et on la voit pleurer sa mort. On entend que Frodon a peu de chance de s’en sortir, en acceptant de porter l’anneau il risque de mourir. Les Hobbits sont prisonniers du frère de Boromir, qui était celui qui devait leur voler l’anneau. Le père de Boromir revalorise son ainé et rejette le cadet, on parle de déception et le jeune homme est clairement mis de côté. On voit l’emprise que peut avoir un père sur son fils. On nous montre Smeagol pour une fois plutôt content qui joue avec un poisson (c’est un peu beurk comme il mange le poisson cru), et des soldats sont prêts à lui tirer dessus, Frondon doit faire en sorte qu’il soit capturé pour qu’il ait la vie sauve, mais la créature croit qu’il a été trompé par son maître et lui en veut (on le voit au sol se faire frapper par les soldats, il pleure, c’est maltraitant). Les humains ont peur de perdre la bataille, ils se croient déjà tous perdus, il y a des vieillards et des enfants chez les combattants. Tension silencieuse avant la bataille. On ressent l’angoisse chez les mères qui tiennent leurs plus petits dans leurs bras (on a déjà dit que les plus grands étaient parmi les soldats). Les Ents décident de ne pas prêter main-forte aux héros, disent que ce n’est pas leur guerre, ils ne veulent pas agir (les Hobbits sont dépités). Faramir a l’idée de remettre l’anneau à son père. Frodon semble possédé, hypnotisé, un Nazgul arrive et notre héros doit être caché, mais il sort à découvert, se retrouve devant la créature, vulnérable. Tout semble perdu pour les héros dans le gouffre de Helm, le roi a perdu espoir, les civils craignent la mort. À la fin du film, on réalise que Gollum va guider Sam et Frodon vers un piège qui risque de les tuer.

Maltraitance

Une mère demande à ses enfants de partir à cheval, la petite pleure, elle se sait condamnée, au loin arrivent une armée d’Uruk-hai attaquent les humains. Smeagol se fait maltraiter.

Tristesse

On apprend que les cavaliers du Rohan ont décimé la troupe d’Uruk-hai qui transposait les Hobbit, il y a le risque qu’ils ne soient pas vivants, tous les corps ont été brulés, leurs amis retrouvent un reste de leurs affaires dans le brasier. Mort de l’elfe Haldir sur le champ de bataille du gouffre de Helm, il se fait blesser, puis en ralenti, presque dans un silence de mort, il est achevé par-derrière, il tombe au sol sur ses hommes déjà morts.

VOCABULAIRE

Classique.

Un film impressionnant et long, pas spécialement pensé pour les enfants, des scènes peuvent être dures avec des monstres impressionnants et des morts poignantes. À la fin, le film n’est clairement pas terminé, vous restez sur votre faim, mais c’est moins tendu qu’à la fin du premier film, tout le monde est content, mais ce n’est pas terminé, et il faudra découvrir la suite. Une production qui a révolutionné le genre héroic fantasy, des images magiques, certainement mieux à voir sur grand écran. Ceux qui n’apprécient pas les combats risquent une petite saturation.

En dehors de cette trilogie, La communauté de l’anneau, les deux tours et le retour du roi, il existe trois autres films. Le Hobbit : Un voyage inattendu, La Désolation de Smaug, La Bataille des Cinq Armées.

Partager cette page :

Lost Password