Le Dictateur

Le Dictateur

À partir de 10 ans

Le Dictateur est un film noir-blanc de 1940. Un long générique au début. Il reste des effets de film muet, pour le premier film parlant de Chaplin. Effet spécial avec petite maquette. Un narrateur donne des informations supplémentaires. Rythme lent.

MESSAGES

Critique des régimes totalitaires

On se moque d’un dictateur qui pourrait ressembler à un Hitler. Discours d’un excité, mélange d’allemand, d’anglais, de yiddish borborygmes, long et risible. Critique des troupes de la mort, qui se permettent de piller les honnêtes marchands. Critique de l’homme qui peut vouloir exploiter les femmes. On se moque du culte de la personnalité. Fuir dans un pays libre. Critique des traités entre pays totalitaires. Défilé militaire, avec armements en tout genre.

Critique d’un pouvoir qui pourrait jouer avec le monde et le faire exploser

Emprise d’un séducteur qui par son art peut faire ce qu’il veut. Mégalomanie, critique du désir de conquête du monde.

Résistance

Devoir de révolte. Il ne faut pas se laisser faire, et combattre le totalitarisme. Héroïsme: courage d’une fille qui ose se battre contre les méchants. Haut gradé, comme Schulz qui ose exprimer ses valeurs contre le tyran. Mais il ne faut pas exagérer, mourir pour ses idées n’est pas une bonne idée.

Message humaniste

Le grand et dense discours de fin du faux dictateur est encore très d’actualité. Tolérance, démocratie et paix. Dans ce monde chacun de nous a sa place et la Terre est assez riche pour nourrir tous les êtres humains, avoir une vie belle et libre. Donner le bonheur à son prochain, pas le malheur. Critique de l’envie qui empoisonne le coeur des hommes. Importance de la bonté, la fraternité. Cela est dit par un homme au grand coeur. Esperanto. Chaplin s’est intéressé à cette langue, ici elle sera utilisée dans certains magasins de sa ville « imaginaire ».

Guerre

Histoire. Chaplin nous montre les risques d’une deuxième guerre mondiale, avec la montée du fascisme d’Hitler. Le film parle de l’Allemagne, de l’Autriche, de l’Italie, Hitler ou Mussolini, même si les noms ne sont pas les mêmes (Hynkel, Tomainie, Osterlich, Bactérie ou Napaloni).

Antisémitisme

Juifs qui sont discriminés. On critique l’idée d’une race parfaite, race aryenne moquée. Critique du ghetto où sont confinés les juifs, les biens confisqués. Racisme.

Espoir

Même si la situation peut être dure, que l’on se retrouve prostré, un message humaniste, de l’amour peut redonner courage (et peut-être même la foi).

Romance

Tomber amoureux l’un l’autre. Souffrir de la séparation et finalement pouvoir se retrouver dans un monde plus beau.

Critique de la guerre

Armement présenté comme les jouets du dictateur. Envahir un pays. Le soldat ne doit pas être du bétail, chair à canon, jouet du pouvoir qui les manipule et les fait entrer en guerre. Ne pas être des hommes machines.

Le Dictateur

Le Dictateur

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Scène de guerre au début, avec armes et soldats, différents tirs. Une bombe n’a pas explosé et le héros doit voir ce qu’elle a. Schultz rate un envoi de grenade qui se glisse dans son habit. Se retrouver dans l’armée ennemie après être passé dans du brouillard. Schultz se retrouve dans un avion dont le pilote s’évanouit, il n’y a plus d’essence. Soldats qui s’en prennent au barbier, veulent le taper, le secouent. Puis toute la troupe va s’en prendre à lui, ils veulent le pendre. Se cacher et risquer d’être découvert par les troupes de la mort, ils se font capturer.

Violence

Guerre est déclarée, juifs qui se font voler. Vignerons qui se font violenter, forte claque qui fait tomber une fille et coup de poing qui fait tomber un vieillard. Agressivité de Hynkel, qui parle fort, qui peut se montrer agressif, cruel.

Mort

On voit un homme se faire tirer dessus et mourir (il pensait avoir un uniforme anti-balles). Un autre va sauter d’une fenêtre (on va réaliser que son parachute n’aura pas fonctionné). Un jeune homme se fait tirer dans le ventre (musique stressante).

Tristesse

Jeune fille canardée de tomates pour avoir osé se rebeller contre les méchants soldats, tout son travail de lessive est gâché. Le barbier perd sa boutique, on la voit brûlée.

Stéréotype

On se moque de la seule femme forte du film.

VOCABULAIRE

Classique. Rare vulgarité (merde, la ferme). Fin du cinéma muet pour Chaplin, avec quelques jeux de mots, mais la version française est mal doublée.

Beaucoup de gags, guerre ou camp d’internement un peu trop comique pour être vraiment mal perçues. Même si ce n’est pas sensé être un film avec Charlot, le barbier lui ressemble beaucoup, il aura même un moment le costume au chapeau melon, peut-être que les plus jeunes risquent d’avoir de la peine à saisir le jeu de sosie entre le barbier et le dictateur joué les deux fois par Charlie Chaplin. Mieux vaut avoir la capacité de comprendre le second degré, il y a des paroles très dénigrantes à l’encontre des juifs.

Ce que disent les autres. Pour ceux qui veulent voir une analyse de la mise en scène, ici une intéressante vidéo présentée par Arnaud Diderot. Contraste du muet et du parlant, jeu entre l’homme et la femme.

Des longs métrages de Chaplin: The KidLes Temps ModernesLe CirqueLe Dictateur. Des courts métrages: Charlot MachinisteCharlot PompierCharlot dans le parc. Il existe aussi une série en images de synthèse, Chaplin and Co.

>

Partager cette page :

Lost Password