Quels films pour nos enfants ?

Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

L'histoire sans fin

L'HISTOIRE SANS FIN

Sans dégâts dès : 10 ans - Âge conseillé : 10 ans

 

DUREE
94 minutes
MONTAGE

Film de 1984, avec effets spéciaux marionnettes. On va suivre un jeune garçon, et l’histoire qu’il lit en parallèle. On entend Bastien comme narrateur. Le rythme est plutôt lent.

MESSAGE

Voyage initiatique. Avec tous ses ingrédients (médaillon protecteur, Dragon porte bonheur en adjuvant, vieillard qui donne des indices, gnomes qui le soignent) où un jeune garçon peu sur de lui va pouvoir évoluer, avec un exemple de jeune héros qui peut nous montrer comment devenir fort. S'affirmer. Se renforcer. Bastien se fait traiter de pleurnichard, il n’ose pas affronter et doit apprendre à se défendre. Il va oser des choses dans le monde magique, être héroïque, prendre des responsabilités, et il va ramener cela dans son monde en assumant son rôle.

Force du faible. Un enfant normal peut faire de grande choses. Force de l'enfant. On peut être petit et puissant ou important, que ce soit le narrateur, héros, impératrice, les personnages principaux sont des enfants. Courage.

Imagination. Importance de l’imaginaire. Un livre peut nous envoyer dans un monde magique qui nous crée de l’émotion, qui nous fait vibrer. Lecture. Revalorisation de la lecture.

Importance des rêves. Critique de l’adulte qui renie le merveilleur, veut être dans la performance (ce que montre le père au début du film). Le vide craint tout au long du film est l’absence de fantaisie, les gens perdent l’espoir oublient leurs rêves. Réaliser son rêve.

Famille. Vivre seul avec son père, après la mort de sa mère. Ne pas correspondre aux désirs du père qui souhaite que son fils sorte de ses nuages. Être dans un rapport distant. Famille monoparentale. Enfant qui vit seulement avec un parent, sa mère étant morte. Deuil. Enfant qui n'arrive pas à s'ancrer dans une réalité qui lui fait mal.

Maladie. Trouver un remède pour sauver une impératrice. L'important n'est pas forcément un médicament, mais le lien avec la personne.

Racket à l’école. Bastien se fait malmener par des plus grands qui lui demandent son argent. Il va apprendre à ne pas se laisser faire, demander de l’aide, agir. Harcèlement.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Un géant fait de roc, immense, qui se déplace avec un vélo qui détruit tout les arbres à grand bruit. Le néant en tempête, qui embarque tout. Le monde de Fantasia qui disparaît, avec Bastien qui peine à réaliser que c’est lui qui doit le sauver. Tout se fissure chez l’impératrice, on peut craindre le pire. Les yeux du sphinx qui s’ouvrent et qui lancent un rayon laser sur un chevalier en armure qui trépasse. Atréju se risque quand même dans l’épreuve. malgré les ossements, ou le faciès brûlé du chevalier. Les yeux s’ouvrent et les rayons manquent de peu le héros.

Visuel effrayant. Le bestiaire fantastique est impressionnant, même les gentils peuvent faire peur. Le loup Gmork va faire peur. Dans l’obscurité on ne voit que ses deux yeux et sa gueule pleine de dent, il rugit. Il s’élance et la caméra fait office de ses yeux. Il est souvent accompagné de sons stressants. On le voit partir en direction du héros pris dans la vase, il s’en est fallu d’un cheveux qu’il ne l’attrape. Plus tard, il va le menacer de le découper en morceau, il va lui sauter dessus, mais le jeune homme va lui planter un poignard de pierre dans le thorax (on le verra ensanglanté). De plus il parle, ce qui peut ajouter un côté effrayant.

Malaise. Insupportable vénérable tortue immense millénaire qui ne s’intéresse plus aux choses, même celles qui seraient importantes. Compliqué de faire face à une personne qui relativise ainsi les choses. Environnement. Les marécages de la mélancolie, sombre et en piteux état. Avec le risque de s’enfoncer et de périr noyé. Ciel nuageux, effets d’éclairs et tonnerre.

Tristesse. Le beau cheval blanc Artax s’enfonce dans les marais, on voit son maître Atréju lutter, pleurer, le motiver. Rien n’y fait on le retrouve prostré devant la mare qui a englouti son destrier. Maladie mortelle de l’impératrice, jeune fille qui se meurt, semble bien faible. À la fin on la sent désespérée par l’inaction de Bastien, elle pleure. Se retrouver séparé de son ami dragon, se retrouver seul. Quand le géant de pierre raconte comme le néant a pris tous ses amis qu’il n’a pas pu, même avec ses grosses mains, retenir.

Maltraitance. Bastien se fait poursuivre par des plus grands qui l’insultent, ils le jettent dans la poubelle, on le sent démuni. Bastien rate l’école, on réalise qu’il transgresse le règlement quand il ne va pas à son contrôle de math, mais qu’il va lire un livre à la place.

Crainte. Entrée dans la forêt de, on y entend un grand bruit, on ne sait pas ce qui se passe. Il fait plutôt sombre, les personnages y sont bizarre, et certainement effrayants pour les plus jeunes (le géant de pierre, voix caverneuse, énorme, gris ou le vagabond, à la tête de sorcière). Inquiétude face à l’inconnu. Le néant, déjà raconté, comme une chose qui fait disparaître les choses, qui fait peur. Même en simples paroles on craint cet chose inconnue. On va le craindre de plus en plus, en le voyant déraciner les arbres, en voyant le géant de Pierre le fuir (beaucoup de bruit). On a affaire ici à quelque chose d’incompréhensible, d’effrayant.

VOCABULAIRE
Classique.

Commentaires. Tiré d’un merveilleux livre, ce film n’est que la première partie, certainement la plus visible, parce que Bastien ne travaille pas encore son côté obscur. Un film qui joue avec les mises en abîme et qui ravira le jeune spectateur qui aime se plonger dans les choses plutôt complexes. Beaucoup de substance dans ce film (et quand-même un loup qui risque de faire bien peur).

Thèmes. Dragon. Monstre. Courage. Famille monoparentale. Deuil. Imagination. Lecture. S'affirmer. Harcèlement. Maladie. Réaliser son rêve. Voyage initiatique. Géant.

Il existe un deuxième et troisième film.