Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

L'étrange créature du lac noir, pour les enfants ?

L'ÉTRANGE CRÉATURE DU LAC NOIR

Sans dégâts dès : 9 ans - Âge conseillé : 10 ans

 

DUREE
79 minutes
MONTAGE

Film en noir blanc de 1954. Long générique au début. Le film a été pensé pour être vu en 3D. Le rythme est plutôt lent, les séquences sont longues. On reconnait bien les trucages qui montrent des fonds qui ne vont pas avec le premier plan. On voit que la créature est un homme dans un costume.

MESSAGE

Gestion des risques. Ne pas accepter de suivre les demandes d’une personne qui risque de mettre les autres en danger.

Quête du savoir. Recherche scientifique. Intérêt des savants pour les nouvelles choses. Expédition scientifique avec termes compliqués (on parle d’ichtyologiste). Devoir apporter des preuves pour être cru. Paléontologie. Une main fossilisée qui sort d’une paroi, pas du tout réaliste.

Respect du vivant. Certains scientifiques n’ont pas envie de tuer la créature, ils veulent l’observer dans son milieu naturel. Mais on voit que celui qui dirige est plutôt du type chasseur de trophée et qu’il souhaite plus ramener un cadavre de bête que des photos. Écologie. On ne peut être que consterné de voir comme les hommes peuvent vouloir s’approprier la nature. Certains ne pensent qu’à leur profit (ou à pas grand-chose vu la scène où la demoiselle lance son mégot dans l’eau). Produit toxique. Impressionnant de voir que les humains pouvaient envoyer de grande quantité de roténone (produit aujourd’hui interdit) dans le lagon pour paralyser la créature (au moins,ils ne pensaient que la paralyser).

Faire face à un environnement hostile. L’homme est puissant, il peut vaincre ce qui est dangereux. On nous présente la forêt vierge comme étant ce qui pouvait exister au Dévonien, et les hommes osent s’y aventurer.

Se protéger. Les films d'horreur ont la bonne idée de nous faire comprendre que devant certaines conditions, le mieux c'est de partir pour ne pas finir tué.

Ouverture sur l’autre. Il ne faut pas se fier aux apparences, il y a une humanité derrière le monstre (ici juste parce qu’il est tombé amoureux de la jolie fille). L’humain doit comprendre les autres espèces, et ne pas les détruire. Le plus monstrueux sera un des membres de l’équipage qui ne recherche que la gloire.

Divergence d’opinions. On nous montre bien qu’il peut y avoir différentes façons de penser. Il ne faut pas accepter ce qui peut être dangereux pour soi-même, même si c’est la demande du patron.

Plastique de la femme. Même un gros monstre peut tomber sous le charme d’une demoiselle bien formée. Un maillot que l’on a parfois l’impression d’être transparent met bien en évidence ce corps de femme qui nous gratifiera d’un ballet aquatique presque érotique.

Faible femme. Une demoiselle fait aussi partie de l’équipe, mais elle est plus là pour batifoler dans l’eau que pour participer aux recherches. En fait, elle est surtout là pour être mise en danger et pour que les hommes aillent l’aider (une faible femme ça peut inquiéter en pleine forêt vierge). On la voit surtout crier en fait.

Religion. Une introduction qui nous renvoie qu’au commencement Dieu créa le ciel et la terre. En même temps, on nous parle surtout d'évolution.

Persévérance. Ne pas laisser tomber. Se montrer combattif.

Couple. La femme de l'équipe est en couple depuis six mois avec le gentil scientifique (ils parlent déjà de mariage). Femme soumise. La femme doit être belle, être reconnaissante d'avoir du travail et offrir son épaule lorsque son homme enlève ses palmes (mais, le film devait être progressiste pour l'époque, vu que la demoiselle a quand même un travail dans un centre de recherche).

Indigène. On nous montre que les blancs sont plus courageux que les indigènes, plutôt montrés comme inférieurs (ils sont uniquement dans de basses besognes et se font zigouiller les premiers) (le capitaine les fait bosser en donnant une tape. Un autre reçoit une claque pour qu'il cesse d'avoir peur).

Évolution. On espère découvrir des choses qui pourront permettre aux hommes d’évoluer encore plus, de s’adapter à de nouvelles planètes.

Monstre. Un film qui dévoile un monstre qui va devenir un classique.

Frisson. Faire face à ses craintes, dans un film d'horreur qui a bien vieilli et qui peut être montrable à un enfant. Peur.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Caméra subjective, on craint que quelque chose se dirige vers la tente des indigènes, une main apparait, on voit l’homme qui a peur devant une créature que l’on ne voit pas, seuls les bras sont visibles. Finalement, deux hommes sont mis à terre par ces étranges mains qui se posent sur leurs bouches, on voit la tente bien bouger. On voit deux hommes descendre en plongée dans le lagon, musique inquiétante, on craint l’apparition du monstre (on le voit caché derrière des algues). Kay nage et on voit dessous que la créature la suit, elle n’est pas consciente du danger, le monstre s’approche d’elle puis s’éloigne, on ne comprend pas ses motivations. Il la touche au pied, elle descend voir ce que c’est, mais il se cache. Deux hommes descendent avec un harpon, ils découvrent une créature et il y en a un qui lui tire dessus. Pendant qu’ils discutent, la créature est montée sur le bateau et s’en prend à un homme d’équipage qui hurle quand il se fait attaquer. On voit la créature monter de nuit dans le bateau, Kay le voit et hurle. La créature marche en titubant, elle semble avoir de la peine à respirer, se dirige vers Kay cachée derrière un arbre, un homme s’interpose, mais il se fait étrangler, la demoiselle tombe et se fait capturer. Pendant que l’homme qui la surveille discute, la créature saute hors de sa cage, elle allait tuer un des docteurs, mais Kay lui envoie une lampe qui l’enflamme (cris rauques de la bête en flamme). Une branche empêche le bateau d’avancer, c’est la créature qui veut les freiner, Reed tente de la dégager avec le treuil, c’est un peu stressant, ils ne parviennent pas à l’enlever et la créature est dessous, elle détache le fil, Reed doit descendre dans l’eau avec Williams. Échange de coups de poing entre les deux hommes qui ne sont toujours pas d’accord sur les priorités. Sous l'eau, la créature s’attaque au Dr Reed, William lui dire dessus et la poursuit, elle parvient à enlever le harpon et contre-attaque. Elle entraine l’homme au fond, combat dans le sable, le tuyau d’oxygène est arraché. Reed va l’aider et parvient à faire fuir la créature, mais il voit son compagnon inerte dans l’eau qui remonte à la surface (il est mort). La créature passe son bras par un hublot, pour atteindre un homme blessé au visage qui ne peut pas crier, on le voit angoissé. Reed redescend dans l’eau pour injecter de la roténone directement au visage de la créature, celle-ci s’approche trois fois près de lui, il s’en sort. Pendant qu’ils enlèvent un obstacle, la créature à moitié sonnée par les pesticides, monte sur le bateau, gros plan sur la bête qui s’empare de la demoiselle et l’emmène dans son repère. La créature attaque Reed qui était venu sauver sa fiancée, il sort un couteau et le lui plante dans le cou, la bête le soulève, puis il se fait tirer dessus par des fusils, plusieurs fois, il continue d’avancer, on voit les impacts de balle.

Malaise. On retrouve une main crispée dans le campement, les hommes sont bien morts. La jeune femme est au bord de l’eau, la main du monstre s’approche d’elle, on craint une attaque (mais la chose reste dans l’eau). Les hommes pensent que c’est une bête sauvage qui a tué les indigènes, mais nous savons que c’est un monstre. Le bateau tangue, le monstre est pris dans les filets, les hommes ne parviennent pas à le remonter et la bête finit par s’échapper, ils ne retrouvent qu’une griffe, ils sont inquiets. Ils déversent un poison dans l’eau, tous les poissons viennent à la surface, mais pas la créature. Le gentil Dr Reed va regarder où il peut se trouver, dans une grotte ils trouvent ses traces. Capturé et mis dans une cage aquatique, on voit bien le visage de la créature, il fait un peu peur avec ses yeux fixes et sa bouche ouverte. L’homme de garde s’est assoupi, la créature tente de sortir de sa cage, on craint qu’elle s’échappe. Scission dans l’équipe, Williams veut continuer de poursuivre la créature tandis que les autres veulent repartir. Les humains sont dépités, ils ne savent plus que faire.

Santé. Tout le monde fume dans ce film. Le conducteur du bateau a souvent un cigare à la bouche. Un autre a une pipe. La femme a une cigarette.

Visuel effrayant. Une main identique à un fossile qui vient d’être découvert sort de l’eau, elle est palmée et a des griffes (une musique bien stressante accompagne la scène). Un monstre qui a marqué des générations. Bestiole à écaille, gros yeux globuleux, écaille visqueuse, plis et bouche de poisson, il est très étrange.

Pas vraiment de fin. La créature semble morte au fond de l'eau, mais le film se conclut rapidement, on ne sait pas vraiment si elle est encore vivante (et oui, il y aura des suites).

VOCABULAIRE
Classique.

Commentaires. Un film qui devait bien faire peur à l’époque, mais ce qui le maintient stressant aujourd'hui, c'est surtout la bande sonore. C'est impressionnant de constater qu'un film qui était considéré comme horrible (il y a quelques années) est nettement moins stressant que beaucoup de dessins animés actuels. Un bon moyen de commencer à se faire peur, mais mieux vaut être à côté de l'enfant pour ses premières expériences (les longues séquences où on craint qu'il se passe quelque chose sont quand même nombreuses, et c'est souvent ce qui génère le plus de stress) (et il y a des morts, même si ça devient presque banal dans les productions aujourd'hui).

Thèmes. Monstre. Frisson. Peur. Archéologie. Écologie. Différence. Respect de la vie. Persévérance.