The Elephant Queen

The Elephant Queen

À partir de 7 ans

The Elephant Queen est un documentaire de 2019. Un narrateur présente le film, les éléphants ont différents noms, pas toujours facile de les différencier. Belles images de la nature. On sent bien que le montage veut nous faire vivre différentes histoires. Petites ellipses.

MESSAGES

Éléphant

Les éléphants aux défenses géantes. On nous parle de leur fonctionnement, avec les petits qui sont élevés par tous, les troupeaux de mâles et de femelles (avec les petits qui quittent les femelles quand ils deviennent adolescents). Ce sont les éléphants qui entretiennent le trou d’eau. Soutien entre pairs. Ils extraient le sel du sol pour s’en nourrir. Relationnel. L’agressivité est rare chez les éléphants, quand ils se retrouvent ils se saluent et ils partagent. On nous montre ces grands animaux en dévoilant leur douceur, leur calme.

Nature

Nous découvrons des animaux dans la nature, avec de l’eau nécessaire à la vie, les arbres d’un environnement africain. Écosystème. Les éléphants sont important pour les autres animaux, ils font partie d’un écosystème qui fonctionne ainsi grâce à eux (gestion de l’eau, compost pour les graines ou nourriture pour les bousiers, Guêpiers qui apprécient les éléphants en lien avec les sauterelles, les bébés Killi sont transportés sous forme d’oeuf d’un trou d’eau à un autre, collés sur les éléphants…). Danger. La nature est sauvage, et ce qui tue des animaux en nourrit d’autres. Les saisons imposent des déplacements qui peuvent être fatals.

Animaux

On nous montre les bêtes qui entourent les éléphants, les grenouilles, des oiseaux, tortues … La migration des passereaux, en nuées impressionnantes. Famille. On nous parle de comment les animaux créent leur famille, la saison des amours, et têtards qui tombent des arbres. On nous parle des chaleurs des éléphants. On voit comme un clan mené par une éléphante (Athéna) peut en rencontrer d’autres (on parle de Satao, un mâle âgé avec des décences énormes, qui ne serait pas contre faire un bébé avec une des femelles du troupeau). Bébé. On nous montre comment fonctionne des bébés éléphants, ou de Ouette d’Égypte. On nous montre la naissance d’un éléphant, mais on voit l’éléphanteau lorsqu’il est déjà hors de la maman et plutôt sec.

Protection parentale

On voit bien comme la famille des éléphants veut aider la plus faible d’entre elles. Ils soutiennent la plus jeune, Mimi. Un parent peut aider, mais on voit aussi comme la grande sœur est bien présente.

Mort

On nous montre qu’un bébé éléphant, malgré qu’il soit protégé, va finir par mourir, car il n’avait pas assez à manger. Le groupe tente d’aider, mais perd des forces en le faisant. Parfois, malgré la tristesse, la mort est un soulagement. Ils peuvent faire attention au groupe plutôt qu’à un individu. On voit les éléphants caresser un crâne de leur trompe, en se souvenant de l’un des leurs.

Sécheresse

L’importance de l’eau, on verra des éléphants changer de territoire pour trouver une rivière, mais ils seront ensuite accompagnés par de nombreux autres mammifères, et il n’y a pas assez à manger pour tout le monde (on meurt de faim durant une sécheresse). Les éléphants sont capables de sentir la pluie arriver, en étant à des centaines de kilomètres des gouttes.

The Elephant Queen

The Elephant Queen

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Les petits oisillons de Ouette d’Égypte doivent quitter le nid, ils sautent de très haut, on voit qu’il y a des prédateurs au loin, et il y en reste un qui est à la traine et les autres partent sans lui. Bousier qui doit passer entre les jambes d’éléphants pour retrouver sa balle. Tortue qui n’a plus de cachette et qui se retrouve à côté des éléphants. Il reste peu d’eau, on nous montre un poisson qui est projeté sur le dos de l’éléphant, on nous dit que ses jours sont comptés. Les bébés crapauds se font engloutir par ceux qui étaient sortis avant eux.

Malaise

Scène d’orage de nuit, il pleut il y a des éclairs, on voit des images que l’on n’arrive pas toujours à identifier, les animaux sont inquiétants. Le caméléon risque de se faire écraser, les éléphants ne regardent pas ce qu’il y a sous leur pied (et en plus on peut craindre qu’il finisse dans la bouche d’un éléphant). Les têtards qui se font manger, avec une grosse tortue qui atteint un nid (meringue moelleuse fourrée aux têtards dira le narrateur). On nous laisse entrevoir que si le trou d’eau s’assèche, les éléphants devront quitter la région. Gros caca d’éléphant qui est un cadeau des Dieux pour le bousier (qui se dépêche d’aller la trouver sous une musique tonitruante). Le petit oiseau se retrouve seul après une baignade, on le voit tout bien penaud mouillé et on le dit perdu, il croise plein d’animaux, y compris un énorme serpent. La maman d’une petite éléphante produit peu de lait, on nous dit qu’elle ne doit pas en perdre une goutte. On nous dit que Athéna craint que Mimi, la petite dernière du troupeau risque des difficultés et qu’elle risque des problèmes avec un voyage, on la voit coincé vers un rondin et elle doit avancer (il n’y a rien de pire pour être un éléphanteau que d’être abandonné). On nous redit que Mimi a du mal à suivre. Les Passereaux sont arrivés en nuées, ils ont pris toute l’eau. Mimi semble bien faible et la chef a retardé le voyage pour qu’elle prenne des forces, mais cela ne semble pas être le cas. Mimi a trop soif, car sa mère n’a plus de lait, elle tente d’aller boire, mais est empêchée par un des éléphants qui craint qu’elle reste coincée dans la boue, c’est accompagné d’une musique triste, on nous fait comprendre que si elle n’a pas de lait, c’est comme si elle n’avait rien mangé. Une tortue ne veut pas cuire au soleil, et va se cacher dans la boue, avec le risque d’être écrasé. La terre qui était un refuge, avec de l’eau, s’est peu à peu transformée en prison, les éléphants doivent aller de plus en plus loin pour trouver à manger, et finalement il n’y a plus rien et les pluies n’arrivent pas, la sécheresse arrive. On voit un éléphant adulte tomber au sol et mourir. On nous montre de nombreux cadavres d’animaux séchés au sol. Athéna doit faire partir son clan au bon moment, car s’ils restent au « refuge », ils vont mourir de faim, et si elle part trop vite, ils risquent de mourir de soif (elle décide de rentrer). On voit un éléphant mort au sol, une tempête de sable en tourbillon. On nous montre que sur leur territoire la situation est aussi critique, la vie des crapauds qui se sont enterrés est en suspens, ils sont pris au piège, et il doit pleuvoir pour qu’ils sortent de leur torpeur. Les éléphants traversent les terres arides en tentant de protéger les plus jeunes du soleil (mais quand on est petit, on doit faire deux fois plus de pas, et on nous dit que c’est beaucoup d’efforts). Le troupeau s’arrête devant un squelette d’éléphant. On nous dit que leur destination est toujours frappée par la sécheresse. On voit un monsieur tortue qui monte sur la dame, on entend son bruit qui fait très jouissance.

Tristesse

Mimi semble faible, avance dans la boue avec sa mère qui la soutient à côté, mais le bébé va finir par ne plus bouger, on nous dit que son petit coeur n’a pas pu aller plus loin, on voit cette mère à côté de la dépouille du bébé, les autres éléphants arrivent et constatent la mort du bébé. « Pour une mère, il n’y a rien de pire ». On apprend à la fin que le vieux mâle Satao a été tué par des braconniers durant le tournage, et Athéna aussi est morte, on ne sait pas pourquoi.

VOCABULAIRE

Classique. Il peut y avoir des doublages différents en fonctions de ce que vous regardez, j’ai eu accès à une version qui humanise beaucoup, en donnant des prénoms aux animaux (Athéna qui a une fille, Princesse) (et des commentaires anthropomorphes, style malin, il fait tout pour s’en faire une amie, faire la fête, caméléon au bord de la panique, on parle de royaume pour le territoire, bandit de grand chemin) (et c’est plutôt une spécialité des versions québécoises) (la musique va aussi jouer la carte de l’anthropomorphisme, avec musique mexicaine dans un combat de bousier avec bruitage de coups et de petits cris).

Un documentaire qui nous montre la vie d’animaux autour des éléphants en Afrique, on nous parle de la famille. Les plus jeunes (et même les autres) risquent d’être touchés par la souffrance de ces animaux, et surtout la mort de la dernière petite née et trop faible pour survivre (mais cela peut être intéressant de faire découvrir cela avec accompagnement). Une narration qui va souvent interpréter ce que ressentent les animaux avec des sentiments humains. Une vie difficile rythmée par la recherche de l’eau.

Réchauffement climatique : on comprend qu’il faut peu de choses pour que tout un système qui fonctionne se grippe. Les animaux n’ont pas nos moyens de survie, mais cela n’est pas abordé dans le documentaire, on nous dit juste à la fin qu’autrefois les éléphants régnaient sur toute l’Afrique (plus chaud que le réchauffement climatique, les humains).

Partager cette page :

Lost Password