La Famille Claus est un film de Noël de 2020. On ne nous explique pas tout de suite ce qui s’est passé dans cette famille qui semble avoir vécu une chose difficile. On va devoir suivre plusieurs retours en arrière pour nous montrer que le père est mort à l’hôpital (ces flash-back arrivent soudainement, pas très facile à saisir ce que c’est pour les plus jeunes) ou qu’elle. Des effets spéciaux qui nous montrent de petites personnes (leur intégration dans le film va plaire aux enfants, mais les adultes verront bien les trucages) (idem pour les fonds verts).

MESSAGES

Noël

Avec la neige et les décorations et la musique. On veut nous mettre dans l’ambiance dès le début. Les voisins ont des décorations bien voyantes et sont dans l’esprit de Noël à 100%. Le grand-père tient un magasin de jouet. Père Noël. On nous explique qui est ce personnage et comment se passe la grande distribution de cadeaux (mais même si la téléportation existe, on ne comprend pas vraiment comment il peut faire cela si vite).

Deuil

Apprendre que l’être aimé mort reste dans notre cœur. Difficile d’accepter la mort de son père (qui est décédé le jour de Noël) (et on voit que Jules n’apprécie pas qu’il y ait un nouvel homme qui tourne autour de sa mère), ne pas vouloir que les choses changent. Craindre la mort et avoir peur que le grand-père meure aussi. C’est en ayant des liens avec les autres que l’on va mieux. Importance d’avancer en osant vivre des jours meilleurs. Importance de se soutenir dans la famille. Importance d’avoir des personnes à qui parler. Importance de parler de cela, il ne faut pas faire comme si cela n’existe pas. Mort. Un film où la mort est présente. Traumatisme. Un garçon vit mal les hôpitaux depuis que son père est mort, un bip le rend mal à l’aise. Et comme cela s’est passé le jour de Noël, c’est aussi un moment qu’il dit détester. Perte. On voit comme c’est difficile pour Jules de penser à son père. Il veut le garder, ne veut pas le laisser partir.

Déménagement

Nouveau travail pour la mère. Problématique de déménager et de se retrouver loin des grands-parents. Voisins qui viennent dire la bienvenue.

Famille monoparentale

Une mère qui doit s’occuper de ses deux enfants depuis que le père est mort. On voit que ce n’est pas facile pour elle, et que c’est bien de tenter de recommencer une nouvelle vie. Grand-parent. Exemple de bonne relation avec son grand-père. Intérêt pour l’autre sexe. Il n’y a que des débuts de relations, avec des personnes qui s’apprécient bien. La maman va rencontrer un homme, Farid, le fils n’apprécie pas cela au début, mais à la fin il invite l’homme au repas de Noël. Jules pourrait être avec sa voisine, il lui a fait un cadeau, mais il est un peu trop jeune pour elle. Couple mixte.

Secret

Le grand-père a un secret et le petit fils va être dans la confidence, cela ne pose pas de problème de le cacher à la mère. Il continue à cacher des choses, en ne parlant pas du sous-sol.

La Famille Claus

La Famille Claus

Travail

Importance de prendre du plaisir dans ce que l’on fait (les elfes du père Noël n’ont pas l’impression de travailler). Compliqué lorsqu’il y a un chef peu sympathique, comme au travail de la maman. Critique de ceux qui n’osent pas se renouveler. Consommation. Quand le nouveau père Noël vient en aide à une fabrique de biscuit, il va sauver le travail de sa mère. Travail monopolisant. Une mère accepte d’aller faire des biscuits durant la nuit de Noël histoire de sauver l’entreprise qui l’avait mise à la porte. Aider les autres. S’entraider au travail.

Retraite

Le père Noël se fait vieux, et son petit fils va prendre sa place. Transmission. On voit les attentes qu’il peut y avoir pour qu’un enfant reprenne un métier. Autour d’une pression que pourrait ressentir l’enfant, à travers une imposition familiale, on va finalement très vite retourner sa veste et apprécier la chose. Vieillesse. Personne n’est immortel, on finit par moins bien aller, par mourir.

Adolescence

Un garçon se montre désagréable, mais c’est parce qu’il souffre. Quand un ado n’aide pas, quand il embête (le grand-père ou la soeur) c’est parce qu’il peut se sentir pas bien. On critique ceux qui se mettent en colère quand ils souffrent, il faut savoir passer à autre chose.

Fugue

Même si le héros n’a pas fugué, la mère s’inquiète parce qu’il a disparu.

La Famille Claus

La Famille Claus

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

En utilisant une boule magique, Jules se retrouve dans des endroits où il risque de se faire écraser par des véhicules ou couler au fond de l’eau. Le grand-père veut retourner au travail, il enlève les tuyaux et cela bip de partout (en parallèle on retrouve un moment où Jules est à l’hôpital avec un problème de bip).

Malaise

On comprend que la mère a déménagé pour ne pas pleurer dans son coin, pour réussir un nouveau départ. La petite de la famille est triste de ne pas trouver de décoration de Noël. On découvre que la situation est compliquée pour le garçon de la famille, il n’apprécie pas ce qui lui arrive (on comprend que son père n’est plus avec lui). Jules fait la tête, il n’a pas envie d’accompagner sa mère, fait la tête. Des clients ne trouvent que des choses cassées dans le magasin du grand-père et quand ils ont ce qu’ils veulent en fait ce n’est pas à vendre, et le grand-père est tout inquiet (il cache la précieuse boule à neige qu’il n’a pas vendue), mais son petit fils découvre l’objet et le prend et enclenche une chose étrange qui le fait disparaître et réapparaitre dans des endroits à l’autre bout du monde. Jules est dans la maison de monsieur Claus, il réalise que son grand-père est le père Noël, il entend des personnes qui vont entrer dans la pièce, il a peur, il parvient à revenir à l’endroit de départ et face à son grand-père il renvoie qu’il déteste Noël. La patronne de la mère se montre sévère (elle explique par exemple qu’il faut demander la permission pour aller aux toilettes). Elle renvoie à la mère qu’ils ne vont pas s’intéresser à ses biscuits. Suzanne fait gouter un biscuit à la dame avec qui elle travaille, la responsable crie, on craint que cela soit pour elle. On lui informe que le beau-père est accidenté, elle se retrouve à l’hôpital avec les enfants (la médecin explique qu’il va devoir rester coucher et arrêter ses activités, sinon il aura moins de chances). Jules ne veut pas voir le vieil homme, on voit qu’il est mal, ça lui rappelle le moment où sa mère lui avait dit que son père avait eu un accident. La mère appelle Jules, elle se fait gronder par la responsable, puis un collègue leur dit que l’usine risque de fermer si les biscuits ne se vendent pas. Le grand-père est dépité, il ne trouve pas son petit fils dans le lit pour l’accompagner. Un gros chien aboie et risque de faire découvrir le père Noël. Des voleurs veulent cambrioler une maison. On comprend qu’il y a une attente vis-à-vis de l’enfant. Un petit demande au père Noël de lui ramener son père, ça renvoie à Jules l’absence du sien, et il veut rentrer chez lui. Jules montre qu’il n’est pas vraiment motivé à aider. Jules se moque des petits elfes et commence à s’amuser plutôt que travailler à mettre les cadeaux dans la hotte. La mère veut remplacer les biscuits, il y a le contremaitre qui contrôle, on craint qu’ils soient repérés, Jet a peur. Une des elfes vient voir Jules toute stressée, le grand-père est sorti faire sa tournée et est tombé. La grand-mère appelle la mère fâchée qu’elle ait fait garder ses enfants par une fille de 14 ans. La surveillante découvre que la mère a modifié les biscuits, et elle les menace de les virer. Le vieillard veut se relever, Jules dit vouloir assumer et faire le travail à sa place. La surveillante menace de virer la mère si elle va tenter de retrouver son fils. Le grand-père a menti, il lui a fait croire qu’il n’était pas bien, mais c’était juste pour qu’il apprenne à aimer Noël (fâché, Jules descend dans la partie interdite). On apprend que le père de Jules était le nouveau père Noël et qu’il voulait que son fils suive son exemple, mais Jules dit que le père Noël est mort avec lui. Quand Jules arrive chez sa mère, celle-ci le traite d’égoïste et lui crie dessus angoissée. La voisine explique à Jules que sa mère a perdu son travail à cause de lui. Quand Jules se plaint, la voisine lui montre qu’elle a perdu sa jambe, et oublier le ballet et les jupes courtes. La mère n’a pas eu le temps de faire des décorations, ni de faire à manger pour sa famille à Noël.

Moquerie

Gunna, une des elfes un peu enrobée est montrée un peu comme bête quand elle croit devoir accoucher ou qu’elle chante ou qu’elle parle à une figurine qu’elle traite de beau garçon, elle est censée faire rire la galerie dans le film. On tente de démotiver Jules d’aller s’intéresser au sous-sol, en lui faisant croire qu’il y a des livres allemands en dessous) (en version originale, c’est le français qu’ils critiquent). La surveillante est moquée à la fin, on lui renvoie à la figure ce qu’elle a fait aux autres.

VOCABULAIRE

Classique. La version française n’est pas des plus réussie à l’écoute.

Un film pensé pour les familles à Noël. Adapté pour les petits, même si au début ils ne vont pas tout comprendre, aucun problème visuel pour eux, mais les scènes de retour en arrière risquent de ne pas être saisies. C’est aussi un film sur le deuil, avec un enfant qui a de la peine à faire face à la mort de son père et qui va se reconstruire à travers une nouvelle activité.

Un film belge qui a une apparence américaine.

Partager cette page :

 

Vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

Lost Password