La chose perdue

La chose perdue

À partir de 7 ans

La chose perdue est un court-métrage de 2011 en images de synthèse qui fait pâte à modeler. Le narrateur, dans un monologue intérieur, nous accompagne durant toute l’histoire.

MESSAGES

Accepter l’autre

Ouverture sur la différence, sur le monde de l’autre. Importance du contact qui peut nous permettre de nouvelles façons d’appréhender notre monde, découvrir de nouvelles couleurs, s’interroger sur sa vie. Les jeunes ont plus de facilité à accepter la différence. Tolérance.

Laisser l’autre partir

Même si on peut être bien ensemble, ce n’est pas toujours possible d’être avec l’autre, trop de choses nous séparent, et l’on doit accepter de se séparer. Liberté. Altruisme.

Difficulté de sortir du quotidien

Notre monde nous conditionne à fonctionner d’une certaine façon, même des rencontres hors-norme risquent de ne pas suffire à oser sortir des rails. Affiner son regard sur le monde.

Bonté

S’inquiéter de l’autre. Prendre soin de quelqu’un que l’on ne connaît pas et l’amener chez soi.

Classifier

Mettre les choses dans des cases, besoin de comprendre et de classifier. Critique du gouvernement qui tente de gérer les choses sans mettre de l’affectif. Savoir laisser tomber et accepter des choses différentes inclassables.

Hors norme

Il existe des choses qui ne pourront pas s’adapter à notre monde et qui doivent vivre en dehors du système. Endroit adapté. Il y a des endroits appropriés pour tous, des espaces d’épanouissement. Il suffit de les chercher.

Critique de la ville

On nous la montre grise, carrée, régentée, stressée, tandis que le monde des choses perdues est plus rond, libre, avec ciel bleu et on imaginerait bien de l’herbe.

SCÈNES DIFFICILES

Malaise

Personne ne s’inquiète de la chose, personne ne vient pour elle, on la voit perdue. Le narrateur ne sait pas quoi faire avec la chose perdue. On réalise à la fin que le narrateur risque de ne pas se sortir de sa grisaille.

Tristesse

Musique parfois triste.

VOCABULAIRE

Classique.

Un beau court-métrage sur le conditionnement à être coincé dans son monde. S’il existe au moins des lieux où les choses hors normes peuvent bien vivre, l’humain n’a pas vraiment la possibilité de sortir de sa grisaille.

Il fait partie d’un film « Rose et Violette » constitué de trois courts-métrages : La chose perdueAleksandrRose et Violet

Partager cette page :

Lost Password