L’Ours est un court-métrage de 1998, les images semblent animées avec des crayons de couleur, bien fluide.

MESSAGES

Travail monopolisant

Les parents sont aimants, mais ils ne voient pas vraiment ce qui se passe pour la petite fille. L’enfant doit être avec ses parents, dans sa famille (on découvre une enfant entourée d’adultes qui travaillent ou regardent la télévision et qui va devoir compter sur un ours pour vivre des aventures). Importance de la maison. On doit pouvoir rentrer chez soi, que l’on soit un ours ou une petite fille. Foyer.

Ami imaginaire

Besoin de protection, de douceur, quand le doudou ne suffit plus, on peut se rêver un ami imaginaire. Importance du doudou. On ne peut pas remplacer un doudou, il est unique. Souffrance de l’enfant quand il disparaît trop vite.

Protection

Un enfant a besoin de chaleur, que l’on prenne soin de lui.

Séparation

On nous fait ressentir la souffrance de ceux qui perdent quelque chose, l’importance d’avoir quelqu’un à ses côtés (que cela soit un doudou, une image de quelqu’un de fort, des parents). Perte. La relation est éphémère, l’autre ne peut pas toujours rester avec nous, on ne doit pas maintenir l’autre dans quelque chose qui ne lui convient pas. Chacun sa place.

Protection des animaux sauvages

On réalise bien que l’ours doit vivre dans la nature, et pas dans un zoo. On voit une nature remplie d’animaux, mais la forêt n’est ni pour la petite fille que l’on sent mal à l’aise dans cet environnement, ni pour un ours polaire. L’ours va retrouver sa famille, retourner chez lui.

Soutien surnaturel

Les étoiles vont aider l’ours et la petite fille. Il y a des instances supérieures qui peuvent agir dans notre monde. Constellation. On nous montre la Grande Ourse, comme étant un guide, aidante. Rêve ou réalité. Les choses magiques ne sont pas que des rêves.

Jeu d’enfant

On voit la petite fille s’amuser à patiner avec son copain ours.

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Pendant que la petite fille dort, une ombre sombre est à l’extérieur, la musique est stressante, on la voit s’approcher, l’ours pose sa grosse patte contre la vitre, c’est plutôt tendu, on ressent bien son imposante masse (on comprend ensuite qu’il est gentil). Différents moments où l’enfant peut penser que l’ours va être découvert par les parents. Gros bateau en ombre qui se met en mouvement, il va briser de la glace où se trouve la jeune fille, elle dérive sur un petit morceau et risque d’être renversé par la proue.

Environnement sombre

Sortie de nuit, il peut y avoir un effet de tonnerre, la neige tombe. Sans les étoiles l’environnement encore plus sombre.

Bêtise

Le petit peut être un peu tendu de voir que la petite fille peut se créer des problèmes en gardant l’ours chez elle, avec des dégâts d’eau à la salle de bain, des dégâts dans la cuisine.

Tristesse

Un petit ours quitte sa maman, se retrouve perdu et seul sur un morceau de glace en pleine mer. Une petite fille est triste d’avoir perdu son doudou ours en peluche, il tombe dans la fosse de l’ours qui s’en empare et l’apporte dans sa tanière. L’ours sort de la chambre de la petite fille qui se retrouve avoir froid dans son lit, elle réalise qu’il est parti, on la voit triste regarder par la fenêtre, ne veut pas le perdre. Larmes de la fillette quand l’ours va décider de la quitter pour suivre l’étoile qui va le mener vers les siens.

Malaise

La petite fille est sur l’ours en pleine nuit, il neige, elle n’a que son pyjama, on a froid pour elle.

Onirique

Il y a des choses qui ne sont pas vraiment claires, les choses ne sont pas réalistes et l’enfant va se créer ses propres réponses. Musique triste. Les tonalités sont souvent tristes ou étranges, cela accentue bien les tensions ou l’étrange.

VOCABULAIRE

Sans paroles, musique symphonique bien présente.

Très beau film, bien réalisé, mais l’accompagnement est nécessaire pour les enfants qui sont encore dans des craintes d’abandon, s’ils sont sensibles aux questions de séparation, ils risquent de ressentir beaucoup de malaise. Il y a plusieurs degrés de lecture, avec la nécessité d’être accompagné dans les moments difficiles.

Ce film est présenté avec un autre court-métrage qui utilise la même technique de réalisation et qui est du même auteur, le bonhomme de neige et le petit chien, dans un DVD, Les merveilleux contes de la neige. Ils ont les deux en commun la même technique d’animation, mais aussi la thématique de la perte.

Partager cette page :

Lost Password