Charlie et la Chocolaterie est un film de 1971. Long générique où du des fèves de cacao en gros plan se transforment en gros plan pour créer des plaques disponibles pour tous. Si on suit plus particulièrement Charlie, quatre autres enfants font partie de ce film. Rythme plutôt tranquille (même s’ils tentent parfois de créer des moments tendus).

MESSAGES

Pauvreté

Il existe des enfants qui doivent travailler après l’école pour se faire une petite paye. Une famille ne doit se contenter que du bouillon de chou (et le jeune garçon va offrir sa première paye pour payer du pain) (ou le tabac à son grand-père). Différence de classe. On voit clairement qu’il y a des personnes plus riches que d’autres (et ce sont les pauvres qui sont les plus gentils).

Sucrerie

Les bonbons sont appréciés de tous et apportent le bonheur. Les bonbons apportent de l’amour (c’est une chanson). Quand l’école est finie, les enfants courent acheter des bonbons. Les sucreries font partie du plaisir de l’existence. Gourmandise. On critique ceux qui veulent trop manger et qui finissent trop gros.

Excentricité

Wonka a des habits extravagants. L’usine est bien étrange, avec porte-manteau vivant, porte qui s’ouvre sur une sortie qui était différente d’avant, espace qui rétrécit.

Éducation

Pour mériter de bonnes choses, il faut être un bon enfant. On critique ici différents comportements, surtout lorsque l’enfant n’est pas respectueux de ses parents. Obésité. On se moque un peu des Allemands, avec un des gagnants qui a du surpoids, comme toute sa famille, d’ailleurs il est montré comme une personne qui exagère dans les quantités qu’il mange. Il ne faut pas céder à ses pulsions, même si parfois c’est difficile de résister devant des friandises. Caprice. Critique de l’enfant roi. Celle qui ne pense qu’à elle et qui est un véritable tyran. Ou celle qui parle mal à ses parents et qui dit surtout des je veux (critique des crises). On nous renvoie que c’est ici la faute des parents si on se retrouve avec une capricieuse. Revalorisation de l’ancien temps. Charlie est un garçon d’un autre siècle, sans télévision, il a un regard émerveillé sur les choses, il n’est pas blasé (en ayant accès à peu de choses, on s’émerveille de tout). Honnêteté. C’est important d’être honnête. On demande aux visiteurs de ne rien toucher et de ne rien révéler et ceux qui ne font pas bien sont éjectés. Bonne manière. Avoir un chewing-gum toujours dans la bouche, ce n’est pas une bonne manière.

Travail

Charlie n’a pas peur du travail, il est jeune et rapporte déjà de l’argent à sa famille. Usine. On revalorise Wonka qui a tout industrialisé son usine, qui ne veut plus d’employé et de personnes qui entrent dans son infrastructure pour éviter les espions de la concurrence. Exploitation. L’usine fonctionne grâce aux ouvriers Oumpa Loumpas que Wonka a fait venir chez lui et qui travaille pour lui gratuitement. Transmission. Wonka cherchait une personne pour hériter de son usine, ce n’est pas facile de trouver un remplaçant. Wonka veut trouver un enfant pour qu’il puisse faire les choses comme lui.

Comédie musicale

Les personnages se mettent soudainement à chanter.

Charlie et la Chocolaterie

Charlie et la Chocolaterie

Réaliser ses rêves

Lorsque l’on veut vraiment quelque chose, il faut se donner les moyens de les obtenirs (mais pour obtenir vraiment, il faut faire les choses correctement et en étant humble). Il faut dire qu’il y a des rêves que l’on considère mieux que d’autres. Espoir. Importance de pouvoir garder espoir de réussir.

Épreuve

Toute cette aventure n’était qu’un test pour trouver une personne digne de la succession.

Merveilleux

Le royaume des sucreries donne bien envie, tout est mangeable et les personnages en profitent bien. Inventivité. Wonka ose expérimenter des chemins différents des autres. Une forme de petite folie qui pleut plaire, mais qui peut aussi inquiéter.

Consumérisme

Publicité. Wonka parvient à vendre une grande quantité de chocolat en promettant une visite à ceux qui ont un billet dans leur plaque, c’est pousser à la consommation (on apprendra qu’un des gagnants a dû en acheter énormément pour trouver le sésame). On critique un peu cette surconsommation.Télévision. On critique l’enfant qui ne pense qu’à passer son temps devant la télévision et qui parle mal aux adultes (en plus regarder à la télévision des films de cow-boy, cela peut rendre violent). On critique ceux qui s’abrutissent devant la télévision et la publicité (la lecture c’est mieux).

Littérature

Une production tirée d’un livre de Roald Dahl.

Presse

On nous montre comme la presse est très présente au début du film. Elle informe les gens, et fait partie du monde de la publicité.

Amour parental

Importance d’avoir une bonne relation entre les membres d’une famille (et on voit que les enfants doivent pouvoir se montrer respectueux, ceux qui parlent mal sont finalement punis). Grand-parent. Charlie a une bonne relation avec un de ses grands pères, c’est avec lui qu’il vivra son aventure. Vieillesse. Les personnes âgées doivent parfois rester alitées. Il leur faut une motivation pour s’activer.

Force du faible

N’importe quoi peut réussir les choses.

Technologie

Les débuts de l’ordinateur ou technologie qui pourrait réduire une personne et faire en sorte de se transférer dans une télévision.

Charlie et la Chocolaterie

Charlie et la Chocolaterie

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Charlie est entouré d’une foule, il tient le ticket d’or, on peut craindre qu’il soit écrasé ou qu’on lui vole son ticket. Augustus tombe dans la rivière de chocolat, on tente de le sauver, mais il se fait aspirer, on craint un problème, il est coincé dans un tuyau et se fait expulser fortement (on peut craindre que l’enfant finisse dans la chaudière). Charlie et son grand-père sont projetés au plafond et risquent de passer par un ventilateur et être déchiquetés (le seul moyen de s’en sortir, c’est de roter). Un jeune garçon se fait miniaturiser. La fin du film va envoyer l’ascenseur contre le toit de l’usine, le grand-père et Charlie ont peur.

Malaise

Le monde d’amour dans les bonbons ce n’est pas pour le petit garçon qui n’a pas d’argent et qui regarde les autres s’empiffrer. Étrange personnage habillé de noir qui parle à Charlie devant la chocolaterie (il a beaucoup de couteaux, semble être un marchand ambulant). Quatre vieillards qui restent dans un lit (et il semblerait que cela soit depuis longtemps). Wonka a fermé son usine, et on ne comprend pas comment il parvient à faire fonctionner son usine, le grand-père dit que c’est un mystère. Un psychologue écoute un patient délirer sur un ticket d’or et va soudainement avoir lui envie d’avoir des informations là-dessus. Charlie reçoit du chocolat, tout le monde espère qu’il ait le ticket, il crie heureux qu’il l’ait trouvé, mais ce n’est pas vrai. Un père est à la botte de sa fille qui se sent obligé de faire tout ce que lui demande son enfant (il fait travailler toute son usine pour ouvrir des paquets de chocolat). On remarque un homme étrange (Slugworth) qui dit quelque chose à la petite fille, il était avant à côté du garçon en Allemagne qui avait lui aussi trouvé un ticket, il y a quelque chose de louche. La mère de Charlie travaille beaucoup à la lessiverie. Charlie est un peu dépité, car il a entendu qu’il ne reste plus beaucoup de tickets, sa mère lui dit que ce n’est pas un problème s’il ne l’a pas, mais il est triste, car il le veut vraiment et il veut que sa vie puisse changer. Le grand-père offre une dernière plaque à son petit fils, on était certain qu’il y trouve un ticket d’or, mais les deux sont bien déçus en ne trouvant rien. Un homme a été kidnappé, on apprend que les ravisseurs veulent la dernière caisse de barres Wonka. Au Paraguay, on informe que le dernier billet a été trouvé, la famille de Charlie est bien déçue pour lui. Le jeune garçon a tout entendu et pleure dans son lit. L’enseignant se moque de Charlie qui n’a ouvert que deux boites de chocolat. L’homme qui avait parlé à tous les enfants va proposer à Charlie de devenir riche, il veut que le petit lui amène une friandise de l’usine, et il lui donnera beaucoup d’argent pour lui et sa famille. Charlie veut que le grand-père l’accompagne, mais l’homme n’est pas sorti du lit depuis très longtemps, on ne sait pas s’il va vraiment y parvenir. Wonka sort de son usine, il boite fortement (mais ce n’était qu’un gag, après une culbute, il se montre bien portant). Des portes-manteau main qui semblent vivante. Wonka fait signer un contrat aux enfants, il y a de petites choses écrites, on peut craindre un problème. Endroit étrange où tout le monde est serré, ils cherchent une porte, tout le monde semble stressé. Les adultes veulent retourner en arrière, mais Wonka leur dit qu’il n’y a que la possibilité d’avancer. Les invités ont peur, ils entrent dans un tunnel avec le bateau, il va très vite et ce qui se trouvent autour d’eux est étrange, il y a des effets de monstres projetés (insectes géants) et Wonka semble un peu fou. Un des enfants prend un bonbon qui se révèle être explosif. Wonka met parfois des choses étranges dans ses chaudrons, comme un réveil, des chaussures sportives. Une petite fille prétend garder un secret, mais elle croise les doigts derrière son dos. Violette qui prend un chewing-gum devient bleue et commence à gonfler, elle crie au secours (elle va devoir être pressée). Charlie et son grand-père boivent une gorgée d’un liquide que Wonka avait interdit, ils commencent à monter au plafond, ils volent. Veruca va piquer une crise, elle veut une oie et se retrouve finalement jetée dans la trappe du rebus qui emmène à la chaudière. Une machine qui crée de la mousse et qui asperge tout le monde. Wonka laisse Charlie et son grand-père, et quand ils vont lui demander le problème, il crie sur eux qu’ils ont volé une boisson et qu’ils n’ont donc droit à rien. Le grand-père lui crie dessus, mais Wonka est toujours fâché, ils doivent partir. Charlie rend le précieux bonbon à Wonka. Slugworth n’était pas un méchant mais un employé, Wonka a trompé son monde.

Moquerie

On se moque d’un enseignant (qui a un faciès peu engageant) qui se moque de Charlie, et qui ne réussit pas bien son expérience (et qui ajourne son cours pour tenter de se procurer des billets d’or). On joue parfois avec des accents. C’est en rotant que Charlie et son grand-père se sauvent d’une situation compliquée. Une maman est traumatisée par la miniaturisation de son fils, elle fait une tête de stupide. Stéréotype. Quand on veut nous montrer un personnage qui triche en créant un faux billet d’or, la personne vient du Paraguay.

Santé

Si le grand-père dit vouloir arrêter de fumer, c’est parce que Charlie voulait lui payer son tabac (bon finalement il accepte l’argent de son petit-fils) (mais on comprend plus tard que ce n’est pas pour se payer du tabac).

Étrangeté

Willy Wonka est assez étrange (et finalement très manipulateur). La visite de la Chocolaterie nous emmène dans un univers fantastique et souvent surréaliste.

VOCABULAIRE

Il existe différentes versions en français.

Un film pour les enfants dès 7 ans. Sans en avoir l’air, ce film à l’allure extravagante va renvoyer qu’il faut bien être éduqué. C’est le gentil garçon qui est mis en avant, les autres sont bien punis (d’ailleurs cela peut être un peu stressant ce qui arrive à tous ces enfants pas sages).

Un livre qui a inspiré des films (en 1971) (en 2005) et même un Tom et Jerry (qui parodie le film de 1971).

D’autres en ont parlé :  » En réponse aux critiques de la NAACP , de l’auteur Canadien Eleanor Cameron , et d’autres personnes indignées par la description des Oompa Loompas comme des pygmées à peau noire travaillant dans la fabrique Wonka pour des graines de cacao , Roald Dahl modifia certaines parties de ses textes, et Schindelman remplaça quelques illustrations (les illustrations de la version anglaise changèrent aussi). Cette nouvelle version fut publiée en 1973 aux États-Unis. Dans la version révisée, les Oompa Loompas sont décrits comme ayant de longs et étonnants cheveux marron-doré et une peau blanche rosée. Leur origine est aussi passée de l’Afrique au pays imaginaire de Loompaland.  » Wikipedia

Partager cette page :

Lost Password