Cars 3 est un film d’animation en images de synthèse de 2017, particulièrement réalistes (on croirait parfois avoir affaire à des décors réels) (pour les voitures, elles ont un style animé qui nous sort un peu de cette réalité). Une ligne temporelle qui n’est pas évidente à suivre pour un petit, il y a beaucoup d’effets d’ellipses, on donne des informations à travers des entretiens de voitures dans des journaux télévisés ou show à l’américaine. Il s’est passé plusieurs années entre les différents films et visuellement, on ne voit pas que Flash a vieilli, ce qui est une chose importante à saisir pour l’histoire. Flash-back. Rêve éveillé, lorsqu’elle imagine les voitures de course en tracteur-vache. Générique ellipse qui montre ce qui se passe ensuite. Dernier gag à la fin du générique.

MESSAGES

Compétition

Le monde de la course automobile, avec des concurrents qui veulent gagner, qui peuvent prendre plaisir à participer à des compétitions. On nous montre bien ce qui tourne autour de ces championnats, que ce soit les sponsors, les équipes qui travaillent avec les champions, les entraînements. Entrainement. Tenter de repousser ses limites au maximum. Utilisation de nouvelles technologies pour établir de nouveaux records. Lorsque l’on a plus la même énergie, on doit trouver d’autres moyens pour gagner (ici, prendre l’aspiration, saisir les opportunités, gérer les intervalles). Importance de l’entraineur. Flash va finir par devenir celui qui donne des conseils, motive, permet de réussir. Persévérance. Importance de ne pas laisser tomber, mettre de l’énergie pour continuer (et quand on réalise que c’est vraiment plus possible, c’est important de bien assumer sa reconversion).

Retraite

Il vient un âge où on est moins performant, où il faut être prêt à passer à autre chose qu’à fonctionner sur le terrain. On nous montre la reconversion d’un champion qui va devenir entraineur, qui va donner sa chance à une petite jeune. On parle de vétéran. Vieillesse.

Star-système

On nous montre comme des champions peuvent susciter l’engouement, mais comme ils peuvent aussi disparaitre dans un presque anonymat avec le temps. Un sponsor préfère que l’on garde une bonne image de son champion sous contrat, quitte à ne plus le faire courir lorsqu’il devient moins performant. Musée. Aller jusqu’à créer un musée autour de Flash et la compétition.

Temporalité

Tout change. Les choses évoluent, on nous le montre ici surtout par la technique, les nouvelles générations sont plus connectées, high-tech. On nous montre différentes générations, on réalise que le temps passe et provoque chez nous une diminution des capacités (on vieillit tous).

Origine

En recherchant dans le passé, on peut trouver des exemples qui vont nous servir (ici Flash réalise que son mentor a retrouvé la joie de vivre en devenant son entraineur, que c’est un nouveau challenge, et il va choisir de prendre aussi cette voie de l’enseignement, avec la transmission).

Mort

On reparle du mentor de Flash, Doc Hudson, il est mort entre le premier et deuxième film, et il nous revient en mémoire, à travers ce qu’il a transmis à Flash, ce que notre héros voudra reproduire. On nous montre des personnes de sa génération. La mort n’est pas présente dans le film, il y a un accident grave, qui aurait pu conduire à la mort, mais ce qui nous est montré sera plus dans la mémoire de l’autre, ce qui nous transmet. Et aussi certainement un peu l’idée que le temps passe et que l’on ne peut que disparaitre un jour.

Quête identitaire

Flash McQueen doit repenser qui il est, mais c’est surtout la jeune Cruz Ramirez qui va devoir comprendre qui elle est et ce qu’elle sera capable de réaliser. S’affirmer. La jeune demoiselle n’a pas osé faire face à des voitures sures d’elles. Importance de se croire à la hauteur, se considéré capable de réussir. Il faut oser faire face à son patron quand il est dans une mauvaise idée (Flash va faire courir Cruz alors que celui-ci lui avait demandé de partir).

Femme performante

Critique du sexisme. On critique l’idée que certains sports sont réservés aux femmes. On nous montre l’exemple de Ramirez qui dans un premier temps a abandonné face à tous ces hommes (on voit bien comme un vantard comme Storm ne l’imagine pas être capable et la dévalorise) et qui va finir par gagner la course. Féminisme. On nous parle d’une vieille automobile qui a du faire sa place dans un monde d’homme.

Consommation

Une petite critique des produits dérivés, avec un Flash qui apprécie moyennement n’être qu’une marque qui permet de vendre des trucs. Publicité. On voit bien comment cela fonctionne, on mise sur quelque chose d’apprécié, et on en fait un produit.

Estime de soi

On voit bien comment un petit musée autopromotionnel va revaloriser Flash et lui permettre de se faire un peu avoir par les idées de son nouveau boss. Les flatteries, cela fonctionne toujours.

Nouvelles technologies

Une voiture doit avoir un téléphone intégré, doit se doter de plein de choses techniques, on nous montre des écrans qui servent d’entrainement, des simulateurs. Les technologies de pointe permettent de meilleurs résultats (gestion de trajectoires optimales, bien tenir la corde) et semblent un peu déshumaniser les choses (rien ne vaut un bon entrainement sur un vrai terrain, se frotter à la réalité).

Dénigrement

On nous montre bien que ceux qui dénigrent les autres, que cela soit Chick Hicks ou Jackson Storm, ne sont que des vantards et sont plutôt du côté des méchants. Quand on est un gentil, on n’embête pas les autres.

Danger

Il y a des risques à pratiquer un sport, on nous montre un accident qui aurait pu mal finir (ça nous rappelle celui de Doc Hutson qui a mis fin à sa capacité de courir). Il faut clairement apprendre à ne pas dépasser ses limites. Mais finalement c’est le temps qui nous empêchera tous de bien fonctionner.

Journalisme

Beaucoup de référence aux journalistes sportifs, on voit comme leurs informations arrivent au public (c’est un peu nous le public, le film est parsemé d’extraits de nouvelles journalistiques). Critique du journaliste paparazzi qui court derrière les photos et qui peut mettre des personnes dans l’embarras.

Dépression

On nous montre un moment (où Flash est sans sa peinture, tout gris) où on peut vouloir ruminer seul, se morfondre dans du passé. Il faut oser continuer d’avancer (parfois les amis (où une amoureuse) sont là pour nous soutenir).

Homosexualité

Il y a une petite réaction de la journaliste TV lorsque c’est Cruz qui est déclarée vainqueur qui pourrait laisser penser qu’il y a un intérêt spécifique de ce côté-là (mais c’est fugace et peut-être pas forcément juste).

Argent

Le sponsor se fait racheter deux fois, on voit bien que c’est l’argent qui fait le monde (c’est mieux d’en avoir).

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Un accident impressionnant, Flash va crever un de ses pneus et la scène nous montre bien la violence d’une carrosserie qui heurte le bitume, l’effet du silence, du temps suspendu est lourd, débris, c’est réaliste et inquiétant. Flash et Cruz Ramirez se retrouvent sur un circuit où les voitures sont surtout là pour se foncer dessus (derby de démolition), ça va dans tous les sens, on craint plusieurs fois un accident (on voit bien que certaines voitures sont mal en point, mais il y a une certaine dérision. Miss Fritter est plutôt agressive avec ses grosses cornes, son allure imposante, elle va foncer sur Cruz qui est coincée et ne peut rien faire, puis vouloir s’en prendre à Flash. S’entrainer dans le bois avec le risque de foncer contre des arbres. Storm pousse Cruz contre le bord, on craint un accident, il y a des étincelles.

Malaise

On réalise que Flash n’a plus d’amis dans les courses, ils ont tous arrêté, remplacés par des voitures plus technologiques, de nouvelle génération. On comprend que ceux qui sponsorisaient Flash ont vendu leur entreprise, Flash est dépendant d’un nouveau parton qui le verrait plutôt en image promotionnelle, en dérivé de produit qu’en coureur. Flash reçoit un peu plein de piques comme quoi il fait partie des vieux (il peut être traité de fossile). Flash, trop impatient, veut faire du simulateur et crée un accident qui l’endommage. Son sponsor n’a plus confiance en lui, il préfèrerait ne plus le faire courir. Les plans d’entrainement de Flash ne fonctionnent pas, en plus il doit plus s’occuper de son entraîneuse qu’autre chose. Le déguisement de Flash s’enlève et il est découvert, tout le monde réalise que c’est lui. Dispute entre Flash et son entraîneuse, ils se séparent, elle part seule sur la route. Flash entend qu’il a que 1,2% de chance de gagner, il doute, ne sait plus comment s’améliorer. Et finalement, même avec ses entraînements spéciaux, il est bien essoufflé et se faire même battre par Cruz, sentiment de malaise, il n’est plus assez rapide.

Dénigrement

Chick Hicks qui se moque des défaites de Flash ou Jackson Storm, ne sont que des vantards et sont plutôt du côté des méchants. Quand on est un gentil, on n’embête pas les autres. Le patron va demander à Cruz de quitter la zone de course, elle n’est qu’une entraîneuse, et pour lui elle n’a rien à faire là. Dans la course finale, Storm se moque bien de Cruz et parvient presque à la faire perdre en lui disant qu’elle n’est pas à sa place parmi les coureurs.

Tristesse

L’histoire de Cruz qui était une jeune prodige de sa ville, mais qui abandonne la course et ne réalise pas son rêve.

LANGAGE

Langage classique.

Un film qui ose parler de la vie, du temps qui passe, c’est plutôt subtil et légèrement caché derrière des histoires de compétition, mais le contenu est riche de sens, dans un thème qui n’ose pas si souvent que cela être mis en avant (ça mérite d’être vu et discuté, même la mort est présente et absente en même temps, un peu comme dans notre vraie vie) (finalement un film introspectif). En dehors de la scène de l’accident de Flash, son expérience dans un derby de démolition et de sa longue prise de conscience qu’il n’est plus capable d’être un champion, le sexisme autour de Cruz, le film se montre plutôt tranquille (bon, vous aurez compris, ça reste un film avec différentes tension, même un 6 ans risque d’être scotché sur son siège, et à cet âge cela mérite un accompagnement.

En dehors du premier et deuxième film, il existe une série de courts métrages, ici ou ici.

Partager cette page :

Lost Password