Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

Pirates des Caraibes, la fontaine de jouvence

PIRATES DES CARAÏBES 4: LA FONTAINE DE JOUVENCE

Sans dégâts dès : 11 ans - Âge conseillé : 12 ans

DUREE
140 minutes
MONTAGE

Un film d'action de 2011, avec un rythme qui va souvent à 100 à l'heure. Des paysages impressionnants, des décors réalistes, des personnages que l'on croirait réellement sortir de cette époque pirate.

MESSAGE

Couple. Relation compliquée pour un pirate qui veut garder sa liberté même s'il tient à une demoiselle. Nous sommes un peu dans le stéréotype de l'homme qui n'ose pas s'engager et de la femme qui peut facilement tout pardonner. Amour impossible. L'amour passionné et glamour d'un prêtre et d'une sirène.

Dieu et les païens. Les pirates et leur monde qui fricote avec le fantastique sont ici en rivalité avec les Espagnols qui au nom de Dieu ne peuvent tolérer le sacré des païens comme une fontaine de jouvence qui ferait de l'ombre à Dieu. Religion.

Temporalité. Quête de l'immortalité. Vieillesse. Avoir besoin de rester jeune, ne pas vouloir mourir. Mort. Une chose que l'on veut éviter, mais qui se rencontre durant toute l'aventure, parce que les combats sont nombreux et que le monde des pirates est sans pitié. On ne nous cache pas la mort dans ce film. Scène finale où on nous montre bien de quoi est constitué l'humain (de chair et d'os).

Mensonge. Le mensonge, la tromperie, sont des moyens d'arriver à ses fins. On a de la peine à savoir ce qui est vérité, ou les véritables sentiments.

Importance du lien au père. Sens du sacrifice qui doit plutôt se faire dans le sens du parent à l'enfant et pas le contraire. Sacrifice de soi.

Mauvais pouvoir. Critique d'une monarchie obèse, d'une justice sans jugement et avec un peuple qui ne pense qu'à la potence.

Hispanique. On voit beaucoup de latinos (la belle demoiselle y est pour quelque chose). On entend une musique parfois bien typée. Les Espagnols viennent mettre leur grand de sel chez les pirates.

Racisme. Critique de l'exploitation d'une espèce. On nous montre la traque d'une espèce que l'homme veut utiliser à ses fins. Les sirènes ont des allures d'animaux sauvages et on peut percevoir la critique de leur battue et la cruauté des hommes quand ils en capturent un spécimen. Exploitation.

Excentricité. Personnages qui sortent de l'ordinaire, surtout Sparrow.

Sexualité. De nombreuses allusions à la sexualité: du gag en lien avec la position du missionnaire aux références à la première rencontre de Sparrow avec une demoiselle d'un couvent espagnol. Sparrow semble embrasser une vieille aristocrate dans le cou, c'est pour lui voler une boucle d'oreille. Il se retrouve le nez entre les seins d'une femme (une enseigne en bois). Sensualité. De très belles sirènes plutôt attirantes et un beau prêtre qui n'hésite pas à se mettre à torse nu.

Vol. On ne critique pas forcément cette manie de pirate.

Danger. Dans le monde des pirates, on se trouve facilement en danger, ça fait partie de l'aventure, et il y a forcément des morts.

Surnaturel. Un monde rempli de différents monstres. Sirène. Elles peuvent user de leur charme pour vouloir dévorer l'homme.

Peur. Faire face à certains monstres, même le spectateur va devoir surmonter sa peur.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger de mort. Moment où Barbe noire semble jouer avec la vie de sa fille, il va la mettre en danger avec une sorte de roulette russe, il va préférer se sauver lui que sa fille. Gibbs risque la potence, il est à deux doigts de se faire pendre. Sparrow va sauter d'un grand précipice.

Mort. La fausse mort du gentil prêtre (mais peut-être qu'il est quand même mort à la fin). Barbe-noire se fait tuer par derrière. Un matelot envoyé à la mort, brûlé par une gerbe de feu. De nombreux squelettes dans les décors du film, dont un dans un lit qui semble bouger. La mort de Barbe noire, qui se décompose littéralement devant nous, dans un tourbillon d'eau qui semble lui arracher la peau pour ne lui laisser que les os.

Tristesse. La sirène est emprisonnée et les hommes veulent la faire pleurer en la torturant. Elle sait user de son triste visage. On ne peut être que dépité par la destruction de la fontaine magique par des guerriers de Dieu.

Des scènes de frayeurs soudaines. Un homme ressortit de la mer que l'on pense mort qui ouvre les yeux soudainement. Le petit singe qui apparaît en face de nous quand on ne s'y attend pas.

Visuel effrayant. Mythologie effrayante. Il existe des choses au-dessus de l'humanité. On découvrira les sirènes, d'abord belles, mais ensuite on va voir qu'il peut y avoir des canines pointues et qu'elles se montrent sauvages. Avec un combat de nuit, où leurs mains traversent le bois, où elles foncent à toute allure contre les marins et utilisent des sortes de lianes pour les happer. Des zombies comme membres d'équipage, qui peuvent se faire transpercer sans mourir, à moitié défigurés et les yeux vides. Poupée vaudou, piquée et on verra la cicatrice que cela fait sur Sparrow.

Environnement souvent sombre, les scènes de combats se passent dans la nuit, avec des effets de feu.

VOCABULAIRE

Classique, parfois complexe. Beaucoup de bruits et de la musique forte qui rythme bien les scènes d'action.

Commentaires. Un film impressionnant qui fait partie d'une grande saga. Même s'il a été réalisé par Disney, ce n'est pas un film pour les petits, les scènes sont bien réalistes et peuvent faire peur, même si cet épisode est celui avec le moins de monstres effrayants.

Thèmes. Aventure. Mer. Pirate. Sirène. Zombie. Religion. Temporalité. Vieillesse. Couple. Amour impossible. Relation au père. Sacrifice de soi. Racisme. Exploitation. Sexualité. Vol. Danger. Mort. Surnaturel. Peur. Hispanique. Excentricité.

Pirates des Caraïbes: 1, "la Malédiction du Black Pearl". 2, "le Secret du Coffre Maudit". 3, "Jusqu'au bout du monde". Et le 4, "la Fontaine de Jouvence".