Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

Lou ! Journal infime

LOU ! JOURNAL INFIME

Sans dégâts dès : 4 ans - Âge conseillé : 8 ans

 

DUREE
104 minutes
MONTAGE

Film de 2014. Long générique qui présente l'enfance de Lou. Voix off. Des décors joyeux, beaucoup de couleur. Des séquences qui semblent être pensées en chapitre, un peu comme une pièce de théâtre. Effet de film vidéo pour des séquences filmées par les enfants. Dessin animé pour des séquences qui mettent en scène l'héroïne de la mère.

MESSAGE

Relation amoureuse. Timidité. Avoir des vues sur l'autre, mais ne pas oser faire le premier pas. Les jeunes se motivent en sortant en bande, voir les autres faire des bisous peut motiver Exemple d'homosexualité féminine. Besoin de ressentir quelque chose de fort lors du premier baiser, réaliser que le jeune homme embrassé n'est peut-être pas celui qui nous convient.

Importance du relationnel. C'est le lien à l'autre qui humanise. Importance du chat pour recevoir et donner facilement de l'affection. Besoin d'attention. Risque d'être asocial. On peut voir la difficulté chez Lou ou sa mère d'être dans le relationnel, de maîtriser le jeu des relations sociales. Ne pas s'enfermer dans sa bulle (pour ça, la littérature, les jeux vidéo, les passions sont un risque de passer à côté des autres). Protection. La collection et l'accumulation peuvent faire un rempart.

Malaise existentiel. Difficile de rester seul, on voit une mère célibataire qui s'enferme dans les jeux vidéo, qui reste dans son peignoir. L'amour est quelque chose qui peut nous peser (en fait surtout si l'on n'en a pas).

Amitié. Danger de perdre sa meilleure ami, surtout si on ne pense qu'à ses propres problèmes, si l'on est trop centré sur un garçon ou en soucis pour sa mère (danger de ne plus être sur la même longueur d'onde). C'est intéressant de critiquer l'égocentrisme d'une petite fille. Ne pas être trop centré sur soi, une meilleure amie mérite d'être aussi regardée. Difficulté de partager sa meilleure amie avec des autres. Égoïsme.

Revalorisation de soi. Importance de la confiance en l'autre, il y a une grande complicité entre la mère et la fille et surtout de la reconnaissance. Avoir la force de tenir tête.

Famille. Un film où l'on voit différents systèmes familiaux. Monoparentale. Avec une mère qui s'occupe seule de sa fille. On voit une petite fille parentalisée, c'est elle qui doit prendre soi de sa mère, elle va finir par espérer que la mère se remette avec quelqu'un d'autre. Relation aux parents. Si Lou s'entend bien avec sa mère, on peut voir une de ses amies qui insulte et dénigre la sienne. On peut voir une crise avec la grand-mère, qui génère une fugue. Critique du parent sévère comme la grand-mère (qui fait tellement peur à sa fille qu'elle doit ranger l'appartement et accepter toutes les petites manies de sa mère). Soutien parental. Excentricité. Personnages qui sortent de l'ordinaire, la mère est bien hors norme.

Sortir de l'enfance. Une jeune fille commence à moins s'intéresser aux poupées Barbie, vient le temps de concrétiser avec un garçon.

Créativité. Une jeune fille qui exprime ses sentiments à travers de l'artistique (histoire en vidéo, livre photo). La mère parvient à s'extérioriser grâce à une héroïne de science-fiction.

Soucis d'argent. On réalise que ce n'est pas facile pour une mère seule de gagner assez d'argent, on la voit demander de l'argent à la grand-mère, même si leur relation est compliquée. Critique de la grand-mère sur la gestion familiale.

Maître de sa vie. Lou se retrouve avec une page blanche à écrire.

Féminité, sexualité. Difficulté pour certaines femmes de se montrer sexy. La maman est asexuée, elle se cache derrière ses gros habits, ses grosses lunettes, ses longs cheveux. Elle se transcende à travers son héroïne littéraire, que l'on verra dans quelques séquences animées mettre en avant ses gros attributs.

SCENES DIFFICILES

Petite souffrance de la vie. On peut voir une mère qui peine à subvenir aux besoins de sa famille, on la voit déprimée de sa vie. Lou ne semble pas heureuse, même après être avec celui qu'elle a toujours voulu, peine de coeur. On va voir la voisine pleurer, cela semble provenir de problèmes de couple (en tout cas elle suivait une thérapie de couple). Vie d'adulte. On voit une fois la mère alcoolisée. On voit que la maman a passé la nuit avec son voisin. Adulte irresponsable. Heureusement qu'il n'y a pas de services sociaux dans ce monde, la mère pourrait malheureusement avoir des soucis avec eux.

Tensions. La grand-mère a des mots durs, elle reproche à sa fille d'être tombée rapidement enceinte en voulant partir avec n'importe qui dans la grande ville, elle lui reproche de ne pas bien gérer son argent. On voit qu'elle fait peur aux gens. Lou hurle contre elle et fait ensuite une petite fugue.

Laser game de l'amour. Une symbolique de la recherche de l'être aimé qui passe par une partie de confrontation à l'aide de pistolet laser (une bonne revalorisation de ce loisir que certains ne pourront pas apprécier être mit en évidence positivement).

VOCABULAIRE
Il peut y avoir des gros mots (ferme ta gueule, saloperie, merde, connerie).

Commentaires. Bien adapté à un public d'enfants, ce seront plutôt les adultes qui auront de la peine avec le montage du film qui ne joue pas le rythme trépidant des productions actuelles. Un film qui met surtout en scène ce qui se passe autour de la relation amoureuse, pour une fille et sa mère célibataire. Un morceau de vraie vie, qui peut être vu par des petits, parce qu'une mère qui pleure ça peut être la réalité, après c'est toujours bien d'être avec à cet âge (notez qu'en Suisse, l'âge légal est quand même 8 ans). Après le dessin animé, on retrouve les personnages de la bande dessinée de Julien Neel, n'hésitez pas à lire les livres ils approfondissent plus les personnages, et on ressent mieux les émotions.

Thèmes. Timidité. Intérêt à l'autre sexe. Créativité. Soucis financiers. Soutien parental. Famille monoparentale. Égoïsme. Amitié. Besoin d'attention. Excentrique.