Zarafa est un film d’animation de 2012 de bonne qualité graphique, si on excepte quelques secondes de synthèse. L’histoire est racontée à des enfants, il y aura plusieurs interruptions où on verra le narrateur conter. Un rythme plus tranquille que dans les productions américaines. Ellipse.

MESSAGES

Altruisme

Rapport à l’autre, où un enfant donne son énergie pour accompagner un animal, pour tenter de tenir sa promesse. Importance de l’amitié, du lien avec l’autre. Critique du mensonge.

Esclavage

Critique l’esclavage, avec un enfant qui parvient à s’échapper des griffes d’un esclavagiste français. Racisme.

Dénigrement

Critique des petites phrases ou mots qui font mal.

Tolérance

Ouverture sur l’autre. Revalorisation de la liberté, de l’accueil de l’étranger, du respect d’autrui. Ouverture entre les peuples.

Cycle de la vie

Le temps est présent, avec un vieux narrateur qui se révèlera être le petit garçon de l’histoire. La mort est présente, mais on met en évidence les naissances. Vieillesse. Avec la notion de temporalité.

Mort

On voit la mort de la maman girafe. Mort bien présente, on peut la craindre.

Réaliser son rêve

Film plutôt réaliste qui montre que l’on ne peut pas toujours réussir ce que l’on veut au plus profond de soi, mais avec le message que même le plus petit de tous peut s’en sortir et vivre une vie heureuse (une vie heureuse c’est avoir une famille). Influence des puissants sur les plus petits. Les plus petits ne gagnent pas toujours.

Sagesse

On nous montre un vieux conteur, qui explique plein de choses (les mirages, la réincarnation, le zoo, l’éclipse). Il ose parler de choses difficiles, mais il va ensuite accompagne pour soulager.

Leçon d’histoire

Découverte de l’Afrique du XIXe siècle. On fait un voyage, du Soudan à Paris, en passant par Alexandrie, Marseille, les Alpes, pour y découvrir différents personnages historiques (le pacha d’Égypte, Charles X, Geoffroy Saint-Hilaire). On y sent une critique de l’action européenne à l’époque (le méchant est un français cruel et esclavagiste).

Sentiment de supériorité

Critique des riches imbus d’eux-mêmes, de la monarchie décadente. Cupidité.

Mode

Critique des effets de mode. Un jour on aime, le lendemain on jette. Apparence.

Alcool

Un des personnages noie sa souffrance dans l’alcool.

Il ne faut pas se fier aux apparences

Des pirates peuvent être gentils.

Voleurs

Critique du pillage de tombes.

Protection des animaux

Critique de celui qui tue les animaux. Vouloir protéger un Girafon. Zoo. On ne peut pas être bien dans un Zoo.

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Scène de nuit avec des enfants enchaînés, tentative d’évasion, on voit un crocodile, une poursuite avec un chien qui peut faire peur, grosses dents, nécessité de se cacher, oppression. Se retrouver assoiffé dans le désert. Attaque des loups, qui tuent une des vaches du voyage. Chute de la montgolfière en pleine tempête. Effet de tonnerre dans le jardin des plantes et ses squelettes.

Tristesse

Quand la mère de Zarafa se fait tuer. Quand l’enfant se fait rejeter, Hassan ne le veut pas dans le voyage. Le zoo tout gris avec des animaux malheureux à l’intérieur. Quand on réalise qu’il ne va pas pouvoir ramener la girafe au pays.

Fausse mort

Avec Hassan, qui a été abattu dans le dos (moment assez horrible, même si on nous apprendra un peu plus tard qu’il a été soigné).

Tension

Le jeune Maki a la pression de se faire attraper par l’esclavagiste durant tout le film.

Sentiment dépressif

Moments où rien ne va, Hassan est devenu alcoolique, les deux enfants sont domestiques, Malaterre survit à peine avec sa montgolfière.

VOCABULAIRE

Classique

Un film inspiré par l’histoire de la girafe offerte par le Pacha d’Égypte au roi de France en 1827. Un film qui peut facilement faire tirer des larmes, même si des choses s’arrangent un peu à la fin. Un beau film à voir en famille.

Partager cette page :

Lost Password