Valérian et la Cité des Mille Planètes est un film de 2017 avec des images de synthèse impressionnantes, les animations de visages sont, pour une fois, plutôt bien réalisés et les décors impressionnants. Le film commence par des images d’archives de 1975 d’une station spatiale qui évolue au fil des années jusqu’à devenir un énorme agglomérat, une cité galactique (la station Alpha). Effet de mondes différents, avec des séquences qui nous montrent les héros en alternance dans la réalité et dans une réalité virtuelle et surtout beaucoup d’atmosphères différentes, bien rendues avec des endroits extra-terrestres bien spécifiques. On joue un peu avec la notion de temps, avec un rêve qui montrait des images de 30 ans en arrière. Un scénario complexe pour un enfante. Rythme souvent rapide.

MESSAGES

Paix

On critique les actes de guerre, on revalorise un peuple pacifique qui a su ne pas verser dans la violence malgré son éradication. Revalorisation du travail sur soi (c’est ce que conseillent les gentils Pearls au méchant militaire qui a détruit leur planète). Guerre. Critique des dégâts collatéraux que des conflits guerriers peuvent provoquer (ici la destruction d’une planète et de tous ses habitants). Un soldat ne doit pas accepter d’appliquer les règles si elles ne sont pas éthiques.

Tolérance

On nous montre des poignées de mains entre différents peuples de la terre, puis entre entre des races extra-terrestres. Racisme. On critique ceux qui restent dans leur coin et interdisent les étrangers en les montants comme stupides et agressifs. On critique la domination de l’humain sur les autres races, mais en fait les héros sont ici les humains et leur manière de n’avoir rien à faire des autres (surtout qu’ils ont tous de sales têtes de monstres) nous ferait presque douter du message (on aurait presque l’impression que ce qui ne nous plaît pas n’a pas vraiment une raison d’être laissé en paix).

Intérêt à l’autre sexe

On va suivre la tentative de séduction de Valérian durant tout le film, la création d’un couple. Drague. On voit bien comme un garçon peut tenter de plaire à une fille (oui c’est lui qui fait tout le boulot, la demoiselle n’a qu’à dire oui ou non ou peut-être). Amour. L’apparition du sentiment amoureux. Ce n’est pas avec toutes les qualités d’un héros que l’on conquiert sa belle, mais en se montrant bon et attentionné. L’amour est au-delà des règles, importance de placer la confiance dans l’autre être altruiste. La difficulté de véritablement s’engager dans une relation, ne pas vouloir d’un tombeur.

Valérian et la Cité des Mille Planètes

Valérian et la Cité des Mille Planètes

Femme performante

Laureline n’a rien à envier à Valérian, elle se montre capable d’agir (mais un peu plus dans le réflexif, la conduite ou la technique que dans l’action où l’homme reste celui qui part au front). Dans la relation, elle ne se laisse pas faire.

Aider l’autre

Importance du partenaire qu’on ne laisse pas tomber.

Apparence

Vu le physique des personnages (les héros sont des beaux) et l’intérêt pour les costumes, le look soigné qu’aura souvent Laureline, ce film est plutôt pour mettre en avant son apparence (ou se moquer lorsqu’une alien tente de plaire en montrant des robes).

Consommation

Une petite critique de la consommation, avec une foule de touristes qui vont consommer dans un monde de réalité virtuelle (et quand on est bedonnant ou un peu moche, cela veut dire que l’activité n’est pas fantastique).

Loi

Les héros sont du côté de la loi, ils défendent la justice. On devine un système hiérarchique complexe avec différentes branches d’intervention, comme l’armée que l’on va découvrir avoir été disfonctionnante, avec un chef de haut niveau qui a caché des actes de guerre interdits (heureusement, tout le monde n’est pas véreux). Il faut rester intègre et respectueux de la loi, même si cela met à mal l’économie ou l’honneur. Le méchant va finir puni (rien ne sert de se venger, il y a des lois pour cela). Quand on est un héros qui est du côté de la loi, on peut tuer, voler, utiliser l’autre (et être un gros vantard bien intéressé par les demoiselles).

Complot

Il existe des données classifiées qui ne sont pas disponibles, on nous cache des choses. Cela va dans le sens des secrets que le gouvernement n’a pas envie de nous transmettre (même si ici, c’est surtout l’oeuvre d’un haut gradé qui n’a pas envie de reconnaître une grosse bourde qu’il a fait).

Exploitation

Critique de l’exploitation d’une danseuse qui espère plutôt un véritable rôle. Une femme est obligée de danser pour plaire aux hommes, elle préfèrerait être reconnue comme artiste (on explique qu’elle est clandestine et qu’elle n’a pas vraiment le choix de faire ce travail).

Sexualisation de personnage

On met bien la plastique des héros en avant, surtout dans la première scène où on les voit en maillot de bain, puis avec Laureline qui reste avec juste ce qu’il faut pour cacher sa poitrine. Sur leur planète, les extra-terrestres de la planète Mül ont des habits transparents, on devine les seins de la princesse, la forme de ses fesses. Sexualité. Au début du film, Valérian propose à sa collègue qu’ils couchent ensemble, mais elle lui renvoie bien qu’avec le peu de temps qu’ils ont, cela ne va pas être intéressant pour elle. Laureline critique le tableau de chasse du jeune homme. À la fin du film, les héros ont deux heures tranquilles dans une capsule de sauvetage et vu le baiser torride, on peut deviner comment cela va continuer. Bubble, interprétée par Rihanna apprécie être regardée et appréciée par les hommes (on voit Valierian baver devant sa prestation), elle aimerait être revalorisée dans son rôle d’actrice, mais reste ici surtout une femme-objet obligée de plaire en jouant la sexy pole danse (tous les stéréotypes y passent, de l’infirmière en passant par les bas résille, soubrette ou (sic) la petite écolière) (et quand Valérian va la sauver de la domination de son proxénète de patron, c’est pour l’utiliser à son tour, et elle y perdra la vie). On va passer dans un quartier rempli de prostituées.

Écologie

Le peuple de la planète Mül est un exemple de fonctionnement écologique, ils vivent en harmonie avec leur environnement, cela contraste bien avec les vaisseaux de guerre noirs qui traversent leur atmosphère.

Science-fiction

Beaucoup d’éléments propres à la science-fiction (vaisseaux spatiaux, race extra-terrestre, monde virtuel évolué, prendre possession du corps de l’autre, réplicateur, métamorphe …).

Cupidité

On nous montre trois personnages (les Doghan-Daguis) qui ont des informations, mais qui ne les donnent qu’en échange d’argent. Si le militaire n’a pas voulu reconnaitre le génocide des Pearls, c’est aussi pour éviter de devoir payer un dédommagement qui aurait sapé l’économie des humains.

Vie après la mort

On nous montre une sorte d’âme qui peut survivre à la mort (et disparaître lorsqu’elle est en paix).

Vantardise

Valérian a une bonne estime de soi, c’est un héros qui sait qu’il est beau (ça en devient un peu lourd, difficile de le faire descendre de son piédestal).

Héroïsme

Avec courage et oser foncer faire son travail en se mettant en danger.

Valérian et la Cité des Mille Planètes

Valérian et la Cité des Mille Planètes

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

On voit bien qu’il y a un problème avec des vaisseaux détruits qui tombent sur la belle planète Mül. Les habitants entrent dans un vaisseau, il y a un cadavre au sol, tout est calciné, un énorme appareil s’écrase et pour se protéger ils ferment une porte, qui ne pourra plus se rouvrir, laissant la princesse dehors, on voit bien la souffrance des parents qui ne peuvent rien faire. Elle meurt en faisant face à la vague de chaleur qui souffle tout sur son passage. Dans le monde virtuel, il y a des échanges de tirs. Un des membres de l’équipe de soutien de Valérian va se faire sauter dessus par un des chiens monstrueux en tentant de protéger le héros (on ne voit pas la scène, mais c’est bien explicite qu’il va mourir, on l’entend crier). Le contrebandier menace Valérian de le retrouver n’importe où et de le tuer. Un gros monstre bien massif, avec une grosse bouche pleine de dents impressionnantes est envoyée contre l’équipe qui fuit avec un engin blindé, mais les balles et le blindage n’arrêtent pas la bête qui arrache le toit et extermine les hommes un à un (on ne voit pas de sang, mais ça doit faire mal), nos deux héros parviennent à fuir, mais leur adversaire est accroché à leur vaisseau. Quelque chose d’inconnu va attaquer durant une rencontre de dirigeant, personne ne peut rien contre eux, ils projettent un liquide qui maitrise tout le monde et kidnappent le commandant, on craint pour la vie des héros en se demandant s’ils peuvent respirer. Valérian va s’arrimer au vaisseau ennemi pour le prendre en chasse, mais ne maitrise plus la vitesse, il appelle à l’aide Laureline et finit par se crasher, et son signal s’est perdu, on ne sait pas où il se trouve. Laureline se retrouve entre d’énormes bêtes aquatiques qui ne sont pas contentes qu’on leur ait substitué une bestiole collée sur l’une d’elles, on les voit attaquer le petit submersible où elle se trouve, grosses dents, et musique stressante. Laureline qui trouve un beau papillon se fait en fait happer par ce qui était une sorte d’appât, elle finit au bout d’une canne à pêche d’un gros monstre, puis mise dans une cage. Utilisation d’une arme pour congeler un soldat. Combat chez des extraterrestres anthropophages ou Laureline risque de se retrouver être un met de choix, beaucoup de morts chez l’ennemi à qui l’on donne de nombreux coups d’épée, Valérian coupe même la tête du souverain, on voit deux soldats s’empaler mutuellement à leur lance, mais comme ce sont les méchants, c’est trop cool. Les deux héros et leur comparse foncent contre tout ce qui reste du peuple de ces Aliens, ils parviennent à les éviter au dernier moment en sautant dans un trou, mais celle qui les aidait meurt en disant de jolis mots sur l’amour que Valérian doit porter à Laureline. On nous remontre la scène de la destruction de la planète, on voit bien qu’elle a entièrement explosé, les survivants ont été expulsés en orbite et ont dû se débrouiller seuls. Le militaire ordonne à ses robots de faire feu et tuer tout le monde, différents combats où il faut en même temps tenter d’arrêter un minuteur qui risque de tout faire exploser.

Malaise

Il y a deux personnes qui observent derrière Valérian et quand il se retourne, elles ne sont plus là. Les héros doivent s’emparer d’un bien précieux qui va être vendu au marché noir, l’infiltration est tendue, on réalise qu’ils doivent faire face à différents dangers, Valérian est immobilisé par une salve de billes qui l’alourdit. On retrouve les habitants de Mül et on ne sait pas vraiment quelles sont leurs intentions). La station Alpha est menacée par une zone qui semble s’agrandir, aucun soldat n’est revenu de leur mission d’exploration. Injustice, avec Laureline qui se fait arrêter parce qu’elle commence à approcher d’un secret militaire. Laureline retrouve Valérian dans un endroit sombre, pierreux. On réalise bien que les robots laissés par le méchant militaire pourraient être dangereux (ils ne sont pas reprogrammables).

Visuel effrayant

Les images sont réalistes et les êtres monstrueux sont courants (des sortes de chien de garde rouges grognant, un gros vendeur clandestin au nez éclaté, …).

Moquerie

On peut se moquer de personnage, surtout en lien avec l’apparence (un guide ou une servante alien au faciès qui singe le handicap). On peut rire de la mort d’alien (que cela soit le chien monstre qui se retrouve à tomber depuis la stratosphère ou le monarque à qui Valérian a coupé un peu de tête).

Maltraitance

Scène de torture à l’encontre d’un alien de Mül. On le voit sans défense et déjà bien diminué sur une chaise, le militaire qui coordonne l’opération ordonne de le tuer s’il ne livre pas les informations, on craint que quelque chose s’introduise dans son crâne. — Laureline apparaît plutôt bien habillée devant un roi qui tente de trouver le plat qui lui convient, nous réalisons que sa satisfaction de la voir, c’est surtout qu’il a en tête de lui couper le sommet du crâne pour gouter au cerveau, on le voit sortir un objet type coupe oeuf à la coque géant. — Non-reconnaissance du génocide du peuple des Pearls, avec un responsable qui fait tout pour cacher cela et va même tenter de faire disparaître les derniers survivants.

Santé

Laureline doit faire confiance à un homme qui va l’emmener dans son navire, il reçoit de l’alcool comme paiement et on le voit boire.

Sexualité

On ne montre rien, mais on comprend qu’il peut se passer beaucoup de choses (ce qui est le plus dommage, c’est qu’on nous sort surtout l’idée de l’homme consommateur de femme et de demoiselle qui se fait courtiser, sans vraiment approfondir la problématique avant d’accepter finalement les deux heures de jambe en l’air.

VOCABULAIRE

Plutôt classique. La musique est parfois bien présente et peut augmenter l’effet de stress.

Un film qui a voulu faire attention de ne pas montrer de sang histoire de faire baisser l’âge pour être vu. Si on a bien l’impression que les scènes sont pensées pour ne pas dépasser les grandes tensions, on ne peut pas faire disparaître la violence du scénario (il y a deux morts de gentilles demoiselles, une trahison de grand chef, une torture, une planète qui explose avec tous ses habitants) (sans compter les nombreuses morts de méchants, utilisation d’armes et de monstres) (donc non, même si le monsieur au téléjournal il dit qu’il n’y a pas de sang et que c’est pour toute la famille, ce n’est clairement pas tout public, en Suisse c’est déconseillé aux moins de 12 ans). Si vous avez un enfant de 13 ans, l’histoire est plutôt intéressante et les effets impressionnants, il va en prendre plein la face et devrait vous dire merci, mais le rapport homme femme méritera d’être rediscuté, on voit ici surtout un jeune homme qui est bien motivé à courtiser une demoiselle et qui finira par arriver à la mettre dans son lit. Sans compter la domination de l’homme sur toutes les autres cultures imprègne un peu toute l’oeuvre (une bonne excuse pour aborder le spécisme).

Pour les plus jeunes, vous pouvez toujours leur montrer la série animée.

Partager cette page :

Lost Password