U est un film d’animation de 2006, où chaque scène ressemble à un tableau coloré, figuratif, mais pas trop. Une explosion de couleurs, encore renforcée par la musique. Il y a une ellipse, où Mona passe de l’état enfant à celui d’adolescente.

MESSAGES

Voyage initiatique

Passage de l’enfance à l’âge adulte. Accepter l’évolution, le changement, le temps qui passe. Temporalité.

Relation amoureuse

Découverte de l’amour, allusions à la sexualité en lien avec les âges des personnages. Discours sur embrasser et autres découvertes. Adultère. On nous montre le problème que constitue un homme intéressé par une femme quand il est déjà marié (on le voit flirter, ça rend agressive sa femme). Jalousie.

Dépression

On nous montre la souffrance d’une jeune fille qui ne supporte plus la cruauté de ses parents adoptifs, elle a besoin d’avoir une amie, d’être réconfortée.

Liberté

Valorisation de la vie de bohème, d’artiste, être sensible à leur charme. Critique de ceux qui critiquent leurs bruits.

Musique

Sensibilisation à la musique tsigane, manouche. Saltimbanque.

Tolérance

Accepter des mentalités différentes à côté de chez soi. Fréquenter des personnes qui font tsiganes.

Ami imaginaire

U est apparue pour soutenir Mona durant une période difficile de sa vie, elle disparaitra quand on n’aura plus besoin d’elle.

Famille recomposée

Les familles sont non conventionnelles. Mona vit avec son père adoptif et la mère de ce dernier; les Wéwés sont un assemblage d’animaux hétéroclites autour d’un couple parental de lapins.

Rêve

Devoir faire face à un cauchemar.

SCÈNES DIFFICILES

Étrangeté

L’atmosphère poétique onirique du film, avec des paysages de couleur, des animaux bizarres peut interpeller les plus jeunes.

Agressivité

Goomi, la vieille ratte est méchante avec tout le monde. Elle traite son fils avec cruauté.

La tristesse

Souffrance de Mona quand U disparaît et l’anticipation de ce moment. Le moment où U s’envole définitivement.

Peur

Le cauchemar de U (enchaînée, menacée par une lance, effets étranges).

VOCABULAIRE

Riche; le lézard parle parfois en anglais.

La poétisation du film donne de l’épaisseur aux différents caractères des personnages. C’est assez étrange, l’imaginaire y trouve bien de la place. La musique porte le message du film, sur le temps qui passe et rythme, rend l’action fluide. Le travail des comédiens ainsi que la musique, composée par Sanseverino, sont remarquables. Une belle manière d’initier ses enfants à la musique tzigane. L’enfant percevra les choses à son niveau et l’adulte pourra savourer toute la subtilité propre à chaque personnage.

D’autres en ont parlé. Un article analytique intéressant dans le Monde. Et un dossier pédagogique sur le site du film, pour les enseignants qui veulent expliquer comment on développe un film.

Partager cette page :

Lost Password