Tito et les Oiseaux est un film d’animation de 2018. Une ellipse au début du film. Un animé à l’apparence hors norme, avec des décors qui font très peinture (normal, l’animation est dans un style de peinture sur verre).

MESSAGES

Peur

Craindre des choses. La peur se transmet par des idées. On critique l’idée de peur que certaines personnes tentent de conditionner pour avoir le pouvoir. Les maladies peuvent faire peur (ici, on parle d’une maladie dangereuse) et on voit comme les personnes paniquent quand ils craignent une épidémie (on critique ceux qui ont intérêt à maintenir la peur chez les gens pour leur proposer ensuite des espaces sécuritaires chers). Danger. Le monde est parfois considéré comme dangereux pour certaines personnes. Chez les animaux, la peur provoque la fuite ou le combat, mais les humains doivent pouvoir se rassembler et attendre que la peur passe pour combattre ce qui peut la provoquer. Sécurité privée. On critique ceux qui jouent sur la question de la sécurité, en proposant des logements sécurisés, en critiquant la crainte de sortir la nuit. Les informations mettent surtout la question de la peur en avant et cela conditionne les gens. Chaos social. On voit bien comme les humains pourraient mal finir si un gros problème se généralisait.

Presse

On voit bien comme on peut transmettre de l’information (et ici de l’information qui fait peur). On critique ceux qui ne pensent qu’à leurs intérêts quand ils font passer un message. Alaor Souza est un présentateur de télévision qui va monter un business autour de la peur. Fake News. Lutte contre la désinformation. Il faut entretenir l’esprit critique et y croire.

Famille monoparentale

On nous montre la difficulté pour une mère d’élever seul son fils (on parle de l’argent qui peut être problématique, de mère qui peut crier quand elle est en soucis même si elle aime son enfant). Séparation. Avec des parents qui se séparent, une mère qui accuse le père d’être irresponsable, d’avoir mis son enfant en danger. Culpabilité. Avoir l’impression que les problèmes proviennent de soi, avec un enfant qui se sent coupable. Surprotection. La mère de Tito est une angoissée qui a toujours peur qu’il arrive quelque chose à son fils.

Conflit

Des parents qui se séparent, c’est certainement la mère qui a demandé au père de partir pour protéger l’enfant. Loyauté. On nous montre bien comme un garçon est pris dans le lien avec son père, même s’il n’est plus dans la famille.

Maladie

On nous parle d’un virus, une maladie qui crée beaucoup de victimes. On voit comme cela peut provoquer des réactions de peur chez les personnes. Les personnes malades ont besoin d’affection.

Oiseau

Un homme qui crée une machine pour comprendre le langage des oiseaux. On fait une différence entre les oiseaux libres et les autres. Les pigeons qui nous côtoient depuis longtemps nous connaissent (dans le film, ce sont eux qui nous rappellent comment lutter contre la peur).

Tito et les Oiseaux

Tito et les Oiseaux

Force du faible

Des enfants n’ont pas peur et s’entraident. On peut être petit et sauver le monde. Coopération. Ensemble, on peut vaincre la peur. Les humains tirent leur force de la coopération.

Inventeur

On nous montre un père qui tente de vivre sa vie en créant des machines. Le professeur Rufus est un exemple de scientifique qui œuvre pour le bien du monde. Intelligence. On revalorise ceux qui ont de l’intelligence et on critique ceux qui sont montrés comme bêtes.

Critique de société

Un film qui se veut critiquer la trop grande consommation et l’intolérance.

Consommation

On voit comme des gens peuvent vouloir se faire de l’argent, en utilisant n’importe quel prétexte (on critique ici les opportunistes qui se font de l’argent en exploitant la peur).

Ségrégation

Les enfants viennent de différentes classes sociales. Tolérance. Le film vient du Brésil, une communauté où différentes apparences se côtoient, on nous montre comme des enfants vont vivre en bonne harmonie, comme il ne faut pas s’enfermer derrière des murs de protection.

Amitié

Avoir des camarades avec qui on s’entend bien, sur qui on peut compter. École. Des camarades de classe qui fonctionnent à l’école, on peut voir des compétitions, à savoir qui va être le meilleur à un concours d’invention.

Vantardise

Teo est un vantard bourgeois, il se considère comme le meilleur. On va nous montrer comme il va pouvoir évoluer et comme sa famille est responsable de son état pourri-gâté.

Méfiance

Il ne faut pas se fier aux apparences, et un gentil animateur qui sourit beaucoup et fait plein de promesses, c’est louche.

Tito et les Oiseaux

Tito et les Oiseaux

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Accident, avec une machine qui explose, Tito se retrouve blessé. La mère crie parce qu’elle voit une personne se faire transformer à cause d’une maladie, puis on a l’impression qu’elle est elle-même contaminée. Les enfants sont sur un échafaudage, il se détruit et ils sont projetés à travers une vitre, Tito est blessé à la jambe. Tout le monde autour de Tito se transforme, on voit comme Sarah devient une pierre, ainsi que le père.

Malaise

Début du film où on parle de la peur, ambiance un peu étrange, bruit, musique tendue. Tito présente son invention, il a de la peine à la découvrir, puis il va le mettre en marche (la mère a peur, car c’est la même machine qu’avait fait fonctionner le père, avant qu’elle explose), la machine fait de la fumée et toute la salle s’enfuit. La mère le réprimande et lui renvoie qu’elle ne veut plus entendre parler du père qu’elle considère comme irresponsable, il est puni injustement pendant un mois, on le voit pleurer dans son lit. Rêve de Tito, plutôt étrange, avec bruit de coups et malaise de ne pas découvrir le secret des oiseaux. Une vieille dame qui fait un peu SDF parle à Tito dans le bus. Tito et son amie doivent laisse Buiu à l’extérieur, car il n’est pas invité par Théo. On voit comme un domaine sécurisé peut donner des décharges à un pigeon qui voulait entrer dans un lotissement. Une enseignante est malade, il y a une épidémie et les cours doivent être suspendus. Tito qui est mal à l’aise parce que son amie parle de son père devant tout une assemblée et ensuite une de ses camarades renvoie qu’il n’a pas de père. On réalise bien que le père de Theo veut surtout faire de l’agent, il ne veut pas améliorer la situation. De nuit, Buiu voit une femme commencer à se transformer, des hommes avec des habits de protection apparaissent et le poursuivent dans une ruelle. On comprend ensuite qu’il a été mis en quarantaine dans un hôpital. Le père de Tito est ramené de son ile, on le voit bien barbu. On voit Tito faire du skate rapidement dans les rues, puis croiser une sorte de vieille folle inquiétante qui parle des pigeons. On ne comprend pas vraiment ce que fait le père en s’introduisant dans une machine, puis on saisit qu’il a dû se transformer en oiseau, mais Alaor, l’industriel le met dans un sac, on comprend qu’il ne veut pas aider à résoudre le problème et qu’il est méchant. Les enfants arrivent à l’hôpital, il y a plein de personnes malades, il fait sombre, ils cherchent leurs camarades, il y a une brigade antipanique (hommes en tenue de protection) qui les poursuit, une musique stressante). Tito doit passer par des conduits d’aération, c’est stressant, il marche entre les personnes qui ont été contaminées, et il trouve son ami. La mère est complètement angoissée, on la voit bien cernée, ses bras sont devenus plus courts, elle est bien contaminée. Tito dévoile l’apparence de Buiu, il est devenu une grosse pierre, cela fait pleurer Sara qui prend son ami dans ses bras. Les enfants espéraient sauver leurs amis, mais en faisant fonctionner la machine, il n’y a pas d’amélioration sur leur état. Le professeur Rufus est en cage, mais il parvient à s’enfuit, il est retenu. Les enfants vont parvenir à s’enfuir de la demeure, ainsi que le professeur toujours dans le corps de l’oiseau, on les voit bien stressés, ils arrivent vers des pigeons, mais sont poursuivis par des policiers, ils descendent finalement une rue, et s’écrasent contre un mur, la précieuse machine est cassée, Tito est désespéré. Les enfants arrivent dans le centre de recherche, il y a beaucoup d’hommes en combinaisons, ils veulent faire voler la machine avec l’aide des pigeons, on craint qu’ils n’y arrivent pas, qu’ils soient arrêtés par les hommes masqués, ils vont être poursuivi par la police, mais leurs deux camarades qui sont derrière le véhicule parviennent à faire un accident, les policiers commencent à se transformer, on peut craindre que les deux garçons aussi. Tito et ses amis se posent vers l’hôpital, Théo se fait récupérer par son père, il prend aussi la précieuse machine, mais Tito s’y agrippe, on craint qu’il tombe de haut. Téo se transforme en pierre, on craint qu’il roule hors de l’hélicoptère. Sara craint que Tito inconscient au sol soit mort, elle commence aussi à se transformer. Puis Alaor qui craint la disparition de son fils se transforme aussi, tout semble perdu. Le père parvient à redevenir humain, mais il dit avoir échoué, ne pas avoir compris comment soigner les gens, il est désespéré et se transforme aussi.

VOCABULAIRE

Parfois vulgaire (casse-toi, dégage, abrutis).

Un animé à l’apparence hors norme, avec des décors qui font très peinture, cela peut surprendre les enfants. L’histoire fait vivre des moments difficiles à ses jeunes héros, Tito et ses amis doivent montrer du courage et les images sont souvent sombres, la musique est parfois bien tendue. On nous montre une sorte de fin du monde qui semble se conclure par une population entière condamnée, les thèmes sont pensés pour être adaptés aux enfants, mais ils sont une bonne critique de la société. Une conclusion un peu rapide, tout ce que les personnages ont vécu durant tout le film se résous bien facilement. Des thèmes qui touchent une population brésilienne qui a besoin de tolérance, on les voit s’enfermer dans des zones de villa sécurisées.

Partager cette page :

Lost Password