Tarra est un documentaire de 2015. Le début du film nous montre quelques images avec une narratrice dans un souci de compréhension écologique, la suite est une succession de belles images qui nous fait revivre différentes choses : tout d’abord l’évolution du vivant (l’origine de la vie, la création de l’humus, les plantes qui prennent de la hauteur).

MESSAGES

Écologie

Le début du documentaire nous renvoie dès le début que l’humain bouleverse tout, on nous propose un voyage pour renouer avec notre terre. À la fin, on nous présente le risque d’une extinction massive des espèces. Le ton n’est pas positif. Activisme. Nous pouvons faire jaillir des solutions, nous avons peu de temps, il ne faut plus tarder.

Nature

Forêt en Tanzanie, puis belles images de différents lieux sur notre planète. D’une terre aride à la canopée. Forêt primaire. Les volcans. Champignon. Puis on nous parle des champignons qui sont apparus très tôt sur terre. Humus. On parle du terreau fertile qui constitue notre sol, qui permettra le peigne des plantes. La photosynthèse du carbonifère. Les origines. Avec le monde de braise et de feu que nous dévoilent les volcans. Volcans. La vie qui risque des extinctions à cause des volcans. Océan. C’est le secret de la vie sur terre, ce qui vit provient de l’eau. Les fleurs. Avec la reproduction des plantes, et les couleurs. Réserve naturelle. Okavango. Pour protéger des animaux, on doit créer des territoires pour des animaux, ne pas y mettre des humains. Et c’est montré aux touristes pour que cela puisse être économiquement viable (girafe, éléphant).

Changement climatique

Avec un peuple de Sibérie confronté au changement du climat (et à l’industrialisation). Au Bangladesh, pays centré sur l’agriculture va disparaitre à cause de la montée des eaux, les paysans qui n’ont plus de terre partent en ville.

Industrialisation

Les champs de thé qui remplacent sa forêt en Tanzanie, avec les humains qui ne veulent pas des animaux dans leur territoire. En 500 générations tout a été domestiqué sur terre. L’agriculture a tout changé sur terre, avec l’espèce humaine qui a tout bouleversé. Une ville usine qui n’hésite pas à empoisonner la planète entière, ses quartiers sont toxiques, rejets qui font le tour de la planète. Domestication. On nous montre des agriculteurs. Il y a 10 000 ans un petit groupe d’auroch sauvage était le premier à être domestiqués. Domestication des plantes. Régime alimentaire qui change, la demande en viande explose, l’élevage devient une industrie (le cow-boy utilise l’hélicoptère pour pousser les vaches). Produire toujours plus pour vendre toujours moins cher. Agriculture. Une vie économique qui peut beaucoup (raser des montagnes, déplacer des fleuves). L’eau peut venir à manquer. 1/3 de la surface mondiale a été aménagée pour l’agriculture. Protéine de synthèse. L’homme produit des molécules nouvelles, des pesticides, engrais qui tue 200 000 personnes par année chez ceux qui les utilisent. Des terres sont abandonnées à force d’avoir été dégradées. Une chimie qui était à la base pensée pour améliorer la vie, mais nous avons favorisé la production. Génétique. Maintenant l’idée est de créer de nouveaux organismes, modifier du vivant. On ne sait toujours pas si c’est dangereux, mais de toute façon on les mange tous, car l’agriculture intensive s’en sert. Industrie. Cargos qui se font démanteler, on a l’impression de grosses usines, on découpe des morceaux.

Terra

Terra

Différence de classe

On voit bien qu’il existe des personnes à d’autres endroits de la planète qui n’ont pas du tout les capacités financières que chez nous.

Animaux

Les animaux sont chassés de leur terre, les humains sont fascinés par le monde sauvage, ils les capturent actuellement dans des documentaires, mais de tout temps les hommes ont été intéressés par les animaux. Les animaux sauvages sont des réfugiés sur terre, on les remplace par des animaux domestiques. Singe, avec les colobus qui vivent en société. Amphibiens, les grenouilles, les crocodiles. Oiseaux. On nous montre ces descendants des dinosaures. Les colibris. Insectes. Avec papillons, fourmis. Les mammifères. Notre famille. Les singes capucins et les outils qui feront basculer le monde. Loup. Vache.

Temporalité

On va nous montrer les différents âges de la Terre. On nous montre Roraima une masse rocheuse très ancienne, un peu comme un retour dans le temps (on se croirait à une époque où l’humain n’avait pas encore construit des choses. La surface de la Terre comme à ses premiers jours, roches avec seulement des lichens comme vie visibles. Ce sera un matelas pour la vie, c’est rempli de bactérie.

Préhistoire

Grotte Chauvet en France, avec des homo sapiens (l’homme dessine les autres espèces vivantes). Peau pour se vêtir. Religion. Chamanisme autour de la mort et les esprits de la nature. Croyance animiste. Les divinités revoient des animaux en offrande. Célébration de la vie, avec des fêtes, Holi, avec couleurs jetées.

Chasse

On nous dit que la Namibie peut vendre des permis de chasse pour réguler.

Mort

On parle de la disparition d’espèce. On nous montre animaux tués en offrande.

Terra

Terra

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Au Népal, la déesse Gadhimai va recevoir une vie, on voit des hommes avec des machettes tuer des animaux en sacrifice, il y a plein de corps au sol, 200 000 animaux ont été sacrifiés en 2014.

Malaise

On voit un serpent, on peut craindre qu’il s’attaque à une grenouille, mais elle va être plus rapide et sauter. Tortue mata mata plutôt étrange. Anaconda sous l’eau, immense serpent plutôt impressionnant. Plante carnivore, Drosera qui comporte beaucoup d’insectes morts sur ses feuilles (on nous explique que l’animal est digéré dans les sucs). On nous montre différents insectes se faire prendre. Loups que l’on voit chasser, il s’en prend à un animal auquel il est accroché avec ses dents. L’homme a le droit de vie et de mort sur la planète. On ne compte plus les animaux, c’est du produit en kg, on voit de grandes quantités de bêtes devenues une marchandisation de la vie (parc d’engraissement sans herbe, à base de maïs et d’hormone de croissance et farine animale, de l’élevage intensif) (bêtes gavées pour le profit). La vache et la chèvre sont devenues des animaux qui doivent produire plus, on nous montre une autonomisation des bêtes qui sont traites. On nous montre des cochons qui sont brûlés dans une salle. 60 milliards d’animaux sont tués par année. On voit des cochons la tête défoncée avancer suspendu dans les abattoirs, une boucherie de travail à la chaine, on y découpe des bouts de porc. Un parc naturel risque des problèmes, parce que l’Angola et la Namibie en amont du fleuve qui le traverse, ont besoin de ce delta pour irriguer des cultures de riz. Rhinocéros transporté suspendu par les pattes, les yeux cachés pour pas qu’il ait trop peur c’est fait pour le protéger, mais c’est étrange. On nous dit que la corne de rhinocéros vaut plus cher que l’or, il y a une spéculation sur la rareté de la vie. On nous parle de la chasse en Afrique pour la gloire des trophées, on nous montre les saisies des animaux, inventaire triste, presque la folie de l’homme. Aucune région n’est épargnée, on nous montre deux ours qui se battent, et on nous dit que la banquise fond. Un peuple de Sibérie disparaît aussi, avec ses troupeaux de rennes sauvages, ces humains qui vivaient au rythme de la nature sont confrontés au changement du climat. Grosses usines de nickel qui crachent de la fumée bien sombre.

Visuel effrayant

Images fixes d’un éléphant qui est mort au sol, les défenses arrachées pour du braconnage, puis un rhinocéros.

Complexité

On nous parle des bactéries, avec du microscopique. On voit des champignons qui prolifèrent à toute vitesse, peu de chance que les enfants saisissent ces images (culture en accélérés).

VOCABULAIRE

Tout le long du documentaire, une voix off nous donne des informations, parfois soutenue par une musique classique.

Adapté pour les enfants plutôt vers 8 ans, les thèmes abordés ne sont pas vraiment pensés pour les plus jeunes et la deuxième partie peut procurer du malaise si on a une sensibilisé à la protection de notre environnement. Une bonne perception de ce que l’humain fait à la planète et aux animaux, pensés pour ceux qui ont une fibre écologique. C’est souvent beau (plutôt la première partie) et parfois dur ( plutôt la deuxième partie).

Ce que disent les autres : ici, et ici, une présentation du film.

Partager cette page :

 

Vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

Lost Password