Team America, police du monde

Team America, police du monde

DECONSEILLE AUX ENFANTS
À partir de 16 ans

Team America, police du monde est un film avec marionnettes sorti en 2005.

MESSAGES

On se moque de l’émotion

Les différents moments qui créent de l’émotion dans les films sont tournés à la dérision. On se moque des moments de désespoir dans les films, quand plus rien ne va, quand il y a des tensions dans l’équipe. On se moque de la déchéance du héros, on se moque de ses efforts pour parvenir à devenir le plus fort.

Critique de la lutte antiterroriste

On se moque de la police de protection qui peut vouloir stopper les méchants en causant beaucoup de dégâts, en agissant de façon risible. On se moque du message qui dit que les terroristes en veulent à tout le monde, qu’ils ont des armes de destruction massive. Les missions sont source de gags en tous genres où l’américain aux gros biscoteaux, la psychologue de mission sont risibles.

On se moque des antimilitaristes

On se moque des acteurs qui prennent position, qui croient qu’ils peuvent avoir une action sur le monde. Critique de l’extrême gauche qui peut aussi vouloir détruire.

Combattre

La meilleure défense, c’est l’attaque.

On se moque du métier d’acteur

La sexualité apparaît un peu n’importe quand dans les situations de la vie, surtout dans le monde d’Hollywood. Le talent peut provenir de souffrances vécues. Star-système.

Héroïsme

Tenter de sauver le monde. Gagner la confiance. Se sacrifier. Faire partie d’une équipe: remplacer un équipier mort. Le héros est lui aussi montré comme risible.

Intérêt à l’autre sexe

On voit des équipiers qui peuvent être attirés les uns par les autres. Vouloir maîtriser ses sentiments pour ne pas souffrir de la disparition de l’autre. Du bisou à la scène torride (on peut voir un peu toutes les positions que des poupées peuvent faire).

Stéréotype des méchants

Que cela soit les personnes à grandes barbes typées musulmanes, ou ceux qui ont les yeux bridés (on cible franchement la Corée du Nord).

Santé

Critique de l’abus d’alcool. Avec un héros qui finit soul dans la rue, vomissant à outrance.

Team America, police du monde

Team America, police du monde

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Beaucoup de combats : utilisation de mitraillettes et autres engins de guerre. Différentes catastrophes (rupture d’un barrage, gens emportés par les eaux, criant, beaucoup de cadavres gisent dans le fleuve. On voit différents actes de terrorisme). Scènes de torture, presque tous les héros sont en mauvaise posture. Beaucoup de morts. Avec sang mis en évidence. Tués durant des combats, ou gratuitement d’un coup de révolver. Envoyé dans un aquarium se faire manger par un requin. Suicide de Michel Moore. Au début du film, Carson un membre de l’équipe fait enfin sa demande en mariage, il va se faire tirer dessus au même moment. Effet de ralenti, avec agonie. Chats qui s’en prennent à des acteurs, on voit qu’ils mangent leur chair. Mort brûlé, empalé.

Sexualité crue

Termes explicites, on voit des scènes de sexe.

Peur

Petite bête beurk, un cafard sort de la bouche de King Jong Hill. Faciès des méchants terroristes, gros plan et méchants yeux.

Banalisation de la violence

On peut rire de grandes souffrances. On se moque un peu de tout. Comédie musicale sur le SIDA. ONU qui fâché envoie des lettres quand ils ne sont pas contents. Traumatisme. Être responsable de la mort de son frère.

VOCABULAIRE

Nombreux termes parfois très vulgaires. Chansons en anglais pas traduites (dommage, elles apportaient aussi une compréhension supplémentaire de la dérision des thèmes).

Du politiquement incorrect, on est ici dans le pastiche de Thunderbirds (les sentinelles de l’air), où les marionnettes devaient à chaque épisode sauver le monde des méchants. Ce sont Trey Parker et Matt Stone, les créateurs de South Park qui sont à la source de ce film. Références à Star Wars, Kill Bill et autres James Bond pullulent et feront plaisir aux amateurs du genre.
S’il devait encore être nécessaire de préciser que l’apparence des films ne correspond pas forcément à ce qu’ils transmettent, ce long-métrage de marionnettes n’est pas pour les enfants. Les réalisateurs se défendent de vouloir proposer des messages, et sont plutôt dans l’idée de se moquer de tout (pourtant les messages sont nombreux, une critique de la société plutôt intelligents, et plutôt de gauche).

Partager cette page :

Lost Password