Tatsumi est un film d’animation 2012. Un style qui garde l’effet manga, avec le trait du dessinateur facilement reconnaissable. Cinq courts-métrages composent cet animé, ils sont entrecoupés par l’histoire de Tatsumi (on le découvre tout à la fin en images réelles, dessinant une planche).

MESSAGES

L’importance du travail

Vie humaine. On découvre la vie d’un auteur de mangas, avec son sempai, ses premières publications, la vie au Japon, difficulté de ne pas avoir d’argent, relation à la femme.

L’ENFER

Guerre nucléaire. Découverte du Japon après guerre, avec surtout un flash-back sur Hiroshima, avec le besoin que cela ne se reproduise jamais. Fausses images. Critique de l’image montrée comme vraie. Importance de la vie. Critique du meurtre, qui malgré des « prescriptions » ou autres fausses mauvaises excuses, ne peut que rendre le meurtrier mal.

MONKEY MON AMOUR

Solitude. Besoin d’affection féminine. Importance des relations homme-femme, avec ici l’exemple d’un homme seul, avec poster de femme nue à côté de son lit, qui n’a qu’un singe comme ami. Il va croire en une relation avec une femme (qui sera en fait une « hôtesse ») et perdre son travail et sa santé mentale à cause de cela. Chagrin d’amour. Animal de compagnie. Relation avec un animal.

JUSTE UN HOMME

Vieillesse. Difficulté d’approcher de la retraite, avoir le sentiment d’être exploité dans sa famille. Sexualité débridée. Entrer dans un processus d’adultère. Passer par des réseaux de prostitution. Avoir une relation avec une employée plus jeune. Estime de soi. Se sentir impuissant dans la vie, mais pouvoir uriner sur un canon (et se sentir mieux).

OCCUPÉ

Maladie. Elle rend la vie difficile. Travail. Perdre la passion du travail, retrouver de la motivation, mais dans des extrêmes qui risquent de causer des problèmes de morale (en tout cas dans une société qui a des problèmes avec la sexualité).

GOOD BYE

Utilisation de l’autre. Ne pas avoir confiance en les hommes, autant en ses amants qu’en son père. Abus.

Tatsumi

Tatsumi

SCÈNES DIFFICILES

L’ENFER

Visuel effrayant. Vision des humains calcinés d’Hiroshima, de ceux qui peuvent errer encore vivants. Tristesse du narrateur en larmes qui se remémore ces moments horribles. Social dur. Un fils qui fait tuer sa mère pour de l’argent, qui va ensuite vouloir faire chanter quelqu’un qui connaît son secret.

MONKEY MON AMOUR

Visuel effrayant. Accident de travail. On voit le héros se faire arracher le bras par une machine, le sang qui gicle. Misère sociale. Le héros ne trouve plus de travail. Il doit se séparer de son singe qu’il emmène au zoo, on voit les autres singes se ruer sur lui et le tuer, on voit le sang. On réalise à la fin du court-métrage que le héros risque de sombrer dans la folie.

JUSTE UN HOMME

Misère sociale. Le mari sait que la mère a eu des relations charnelles avec son gendre. Différentes scènes où on voit le mari tromper sa femme.

OCCUPÉ

Sexualité. Personnage qui apprécie aller aux toilettes pour regarder les dessins pornos sur les murs.

GOOD BYE

Misère sociale. Père qui vient visiter sa fille prostituée, elle lui donne de l’argent. Alcoolisée, sa fille va l’aguicher et il ne dira pas non.

VOCABULAIRE

Doit se voir en Japonais sous-titré, avec la voix du dessinateur.

Un film qui célèbre le mangaka Yoshihiro Tatsumi, créateur du gekiga, qui se veut pouvoir montrer un dessin pour les adultes, sortir des petits Mickey, avec l’importance de regarder les choses telles qu’elles pourraient exister, avec des humains dans toutes leurs misères. Misère et sexualité, ce n’est pas pour les enfants.

Partager cette page :

Lost Password