Snowflake, le gorille blanc est un film de 2011, avec incrustation d’images de synthèse de qualité, même si parfois cela ne se marie pas toujours très bien. Le début de l’histoire montre la vision du bébé gorille, la caméra étant ses yeux. Générique elliptique qui explique les cinq mois passés avec des humains en appartement. Au moins trois différentes intrigues en même temps. Ellipses.

MESSAGES

Respect de la différence

Ne pas être comme les autres, ne pas avoir la même couleur de poils que les autres. On critique ceux qui rejettent Snowflake parce qu’il a une apparence étrange, parce que c’est un Gorille albinos. On se moque du Panda roux parce que personne ne croit ce qu’il dit, lui qui se sent être une panthère et pas un panda roux. On peut tous avoir nos spécificités, bizarreries, l’important c’est d’être accepté. Tolérance.

Intégration

Importance d’être accepté. Estime de soi en lien avec intégration dans le groupe.

Surprotection

Père trop protecteur, qui interdit à sa fille de fréquenter un garçon étrange.

Deuil

Importance d’avoir des liens de substitution quand les parents sont morts (l’amitié d’une petite fille, puis l’amour avec une petite gorille).

Soutien parental

Parents qui doivent croire leurs enfants, mais qui au moins s’excusent quand ils réalisent leurs erreurs.

Solidarité

Soutenir le petit gorille dans son projet. Avoir des amis sur qui compter.

Intérêt à l’autre sexe

Difficulté de relation avec une demoiselle. En se montrant attentif à l’autre, en étant gentil, on peut gagner son coeur. Si les singes en sont au stade du bisou sur la bouche, les enfants sont au stade de la joue.

Superstition

Croire aux pouvoirs, aux sorcières. Le méchant de l’histoire est maudit et a de la malchance, on le voit fonctionner avec différentes croyances qui lui permettrait de réduire son problème (jeter du sel par-dessus son épaule, utiliser des amulettes, écrire avec une patte de poulet).

Héroïsme

Même de jeunes enfants peuvent se montrer capables de sauver quelqu’un, de lutter contre un méchant. Force d’une petite fille, qui a plus de pouvoir que ses parents sur le petit gorille. Affronter différents dangers pour soutenir l’autre.

Réincarnation

Un animal qui semble être animé d’une certaine sagesse, nous dit qu’il n’est pas un panda roux, mais une panthère noire. On parle de karma, de chakras. Devoir faire des méditations. Religion.

Méfiance

Crainte de l’autre. Ne jamais monter en voiture avec des inconnus, ne pas faire confiance aux messieurs, même s’ils font semblant d’être gentils. Danger.

Snowflake, le gorille blanc

Snowflake, le gorille blanc

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Se faire capturer dans un sac. On voit des animaux empaillés dans la camionnette où sont capturés les animaux.
On entend que le méchant veut arracher le coeur du gorille pour se soigner, on le verra à différents moments dans le film. Il va se retrouver face à lui, un couteau à la main, puis combattant une gentille sorcière qui veut l’empêcher de commettre ce geste horrible (il sera finalement capturé). Le méchant menace les enfants avec un rouleau à pâte, les enferme dans une chambre froide, la température baisse, on voit la jeune fille grelotter, morceaux de gel sur elle.
On voit le petit singe sanglé sur une table, le méchant est prêt à lui planter un poignard dans le coeur, mais le manque à la dernière seconde. Libéré, le méchant va le poursuivre et tenter de lui donner des coups de hache, on le sent bien énervé, les enfants tenteront de l’arrêter, mais il est fort, se montre brutal, tient la demoiselle au cou. Agressivité de gorille, gros plan, faciès sévère, grognement.

Tristesse

Le papa gorille refuse que ses enfants s’amusent avec le nouvel arrivant à cause de son apparence étrange : «Il ne sera jamais l’un des nôtres, parce que c’est un monstre». Se sentir incompris par son amie qui ne veut pas l’aider à résoudre son problème.

VOCABULAIRE

Classique. Chanson générique de début et de fin en espagnol. Les animaux se parlent entre eux (mais nous on n’entend que leurs grognements).

Inspiré de la véritable histoire d’un gorille Albinos, qui a été pensionnaire au Zoo de Barcelone. Une famille d’humains va intégrer le petit gorille pour lui permettre de mieux se sentir (pour ceux qui ont vu le documentaire «Le projet Nim», c’est une absurdité), puis le Zoo est montré comme un lieu de protection pour le petit animal, il serait mieux en liberté. Sinon l’histoire est plutôt sympathique et peut convenir à un jeune public.

Partager cette page :

Lost Password