Sally Bollywood est une série de 2009, faite avec des palettes graphiques. Les scènes sont entrecoupées de mini animations, il y a aussi sur la fin, une chanson dansée par épisode (avec une tonalité qui n’a pas grand-chose à voir avec l’Inde).

MESSAGES

Série policière pour enfants

Des enfants de 12 ans sont détectives, résolvent les enquêtes que leur demandent de petits camarades. Ils savent crocheter des serrures, maîtrisent l’informatique, ont plein d’idées et sont le SBI. Un Bollywood ne renonce jamais.

Force du faible

Ce sont les enfants qui se montrent performants.

Résoudre un problème

On nous montre comme le cerveau doit fonctionner pour résoudre des problèmes.

Importance de l’école

La révision des leçons est presque à égalité avec les enquêtes.

Amourette

Doowee est intéressé par les jolies filles (renifler les saris), mais on est surtout confronté aux petites chamailleries entre les deux héros, une preuve qu’ils s’aiment bien. Dispute.

Ne pas suivre le mal

Les méchants font des choses qui sont mal. Le trafic d’oeuvres d’art, tricher pour une interro. Le concierge de l’école veut détruire les téléphones portables.

Inde

Juste une héroïne qui est de cette culture. Peu de véritables informations.

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Les détectives se mettent parfois dans des situations périlleuses, ils ont affaire à des malfaiteurs, sont poursuivis par un gros chat monstrueux.

Crainte

Atmosphères sombres, petites musiques qui font peur et présence de différents méchants. Mais cela reste plutôt gentil.

VOCABULAIRE

Classique

Une série où les enfants se débrouillent aussi bien (voir mieux) que les parents. Sally a pris modèle sur son papa pour devenir détective privée. Loin des stéréotypes féminins, on nous la montre bien affirmée, avec son caractère bien trempé, fonceuse, dynamique. Quelques clins d’oeil pour les adultes (pas certain que les enfants saisissent une référence à la vénus de Milo). Tentative d’amener un peu de Bollywood dans la série, mais ce n’est pas assez convaincant pour une sensibilisation à cette « culture ». Au moins les petites Indiennes auront une héroïne à leur image (pour autant qu’elles se mettent un tilak, un bindi saint sur le font).

Partager cette page :

Lost Password