Monstres & Cie (Monstres et Compagnie) est un film en image de synthèse de 2001. Linéaire, complexe, de nombreuses scènes différentes s’enchaînent rapidement. Deux personnages principaux, mais beaucoup de secondaires. Le générique final comporte un bêtisier.

MESSAGES

Performance au travail

Vouloir être considéré comme un bon travailleur, une personne qualifiée, vouloir se sentir le meilleur dans son job.

Vantardise

Compétition entre les équipes de travailleur pour montrer que l’on est les plus forts. Mettre plus d’énergie pour se montrer le meilleur que pour bien faire le travail.

Amitié

Former une équipe, se sentir solidaire, complémentaire. Amitié entre deux hommes, entraide, complémentarité. Coopération.

Créer une famille

Thème de la découverte de la paternité, sans forcément être passé par la case couple. Sullivan qui doit apprivoiser la petite fille » va devoir apprendre à bien fonctionner avec un enfant (lui qui en avait peur, il va devoir faire avec). Protection parentale.

Peur des monstres

Ce film pourrait exorciser la peur des monstres qui sortent du placard de vos enfants, mais attention à ne pas le montrer à des trop petits, car cela risquerait de provoquer l’effet contraire. La première scène où un monstre va faire peur à un enfant est sombre et effrayante (yeux sous le lit, ombre tentaculaire). Peur du noir.

Monstres et Cie - Monstres et Compagnie

Monstres et Cie – Monstres et Compagnie

Autonomie

La petite Bouh va oser briser l’interdit d’ouvrir la porte qui la relie à un autre monde. La porte chez le tout petit est quelque chose qu’il n’a pas encore le droit d’ouvrir seul et de franchir.

Énergie propre

On doit réfléchir à ce que l’on fait lorsque l’on veut obtenir de l’énergie. Une certaine critique du nucléaire qui peut produire de la souffrance. Si les monstres ont réussi à rendre leur énergie sympathique, nous devrions aussi en être capables.

Plaisir du jeu

Découverte du rire et du jouer ensemble.

Méfiance

Ne pas se fier aux apparences. Le véritable méchant se cache derrière un sympathique apparence.

Force du bonheur

L’humour, le rire est plus puissant que la terreur. Revalorisation du rire, pas des larmes.

Cupidité

Le profit des entreprises. On nous montre que l’important, ce n’est pas de rentabiliser les choses au maximum. Critique d’un gros patron prêt à tout pour que son entreprise fonctionne. Innovation. Si on réalise que l’on fait quelque chose de pas sympathique, des solutions alternatives peuvent permettre à l’entreprise d’évoluer, de mieux fonctionner.

Les enfants c’est mignon

On revalorise la petite fille, qui est vraiment trop mignonne. La plus jeune héroïne du cinéma d’animation, difficile de donner un âge à Bouh, car elle ne parle presque pas, mais chante parfaitement, bouge comme un enfant de deux ans et dessine comme un de 4 ans.

Monstres et Cie - Monstres et Compagnie

Monstres et Cie – Monstres et Compagnie

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Le méchant de l’histoire, Léon va créer beaucoup de tension. Ambitieux, sournois et retors. Dernière scène de poursuite. Il attache Bob dans une sorte de séance de torture. Les quelques scènes de monstres dans les placards ou sous les lits (avec une mention spéciale pour la première scène du film).

Tristesse

Waternousse qui semblait être un sympathique patron paternaliste bannit Sulli et Bob dans un monde de glace. Tristesse quand Sulli doit abandonner Bouh.

Visuels effrayants

Certains personnages (pas seulement du côté des « méchants ») peuvent être effrayants de par leur physique monstrueux. Lorsque Jack Sullivan joue au méchant et hurle. Il fait même peur à Bouh.

VOCABULAIRE

Langage actuel.

Comme dans presque tous les Pixar, le film contient des références culturelles qui s’adressent à un public adolescent ou adulte que les plus jeunes ne peuvent pas saisir, mais l’histoire est intéressante et peut être profitable à un enfant de 7 ans.

Un deuxième film est sorti en 2013, une préquelle qui raconte comment les deux héros se sont rencontrés, Monstres Academy.

Partager cette page :

Lost Password