Marraine ou presque (Godmothered) est un film Disney de 2020. On va suivre une fée marraine plutôt gourde et gauche, mais sympathique qui va aider une petite fille (mais elle a grandi depuis le temps où elle avait envoyé sa lettre, et a même des enfants). Rythme plutôt lent, en dehors d’une scène avec une calèche volante à la fin. Quelques petits effets en images de synthèse. Cela se termine avec un épilogue en dessin animé.

MESSAGES

Noël

Nous sommes dans cette période, avec la décoration des maisons, et les chansons typiques. Aider les autres. Un travail de fée marraine qui est d’aider les autres, faire en sorte qu’ils réussissent leur rêve (ou au moins réussir à être heureux dans sa vie).

Optimisme

Dans un monde dur, c’est utile d’avoir une fée marraine optimiste qui vient aider. Les vieilles personnes risquent de ne plus croire à ce qu’elles font, il faut du sang neuf. Motivation. Une femme célibataire ne croit plus à l’amour, ne croit plus à l’espoir, ne pense plus que l’on peut vivre heureux. Il ne faut pas se laisser aller. Bonheur. Il faut oser des recettes de bonheur différentes (celles des anciennes fées marraines qui prônaient une belle robe, un château et un prince charmant pour un amour véritable heureux pour toujours).

Famille monoparentale

Une maman doit se débrouiller seule avec ses deux filles (bon, il y a aussi parfois la tante qui aide). Une mère doit pouvoir donner confiance à ses enfants. Deuil. Difficile de croire au bonheur lorsque l’on a été frappé de malheur (le papa est mort d’un accident de voiture il y a 4 ans) (dans la famille, on n’en parle pas, cela fait de la peine). Pourtant ici la femme va commencer à s’intéresser à un nouvel homme (mais ce sont les enfants qui sont le plus importants dans les familles monoparentales, l’amour des enfants c’est le seul amour véritable.

Naïveté

On nous montre une fée marraine qui ne comprend pas toujours tout. Même un petit va comprendre que cette femme est déphasée et n’est pas de notre monde (non ce ne sont pas les souris qui conduisent les véhicules).

Parodie

Une certaine parodie du conte et de la magie, avec la fée typique qui pense que les princes charmants, les robes et les châteaux font partie de la panoplie des gens heureux (et elle est plutôt souvent risible) (on utilise un raton laveur pour aider la famille). Magie. Les baguettes magiques et les sorts existent, il faut croire au merveilleux.

Presse

On critique un patron qui veut faire le buzz en proposant des articles qui doivent être sensationnels (critique de ceux qui créent la peur pour vendre, ou mettent en avant des faits divers stupides). Il ne faut pas montrer ce qui est bien, mais uniquement la problématique. Fake New. On voit comme la course à l’audience peut motiver à créer des histoires de toutes pièces (une coupure de courant devient un sabotage).

Marraine ou presque

Marraine ou presque

Chant

Revalorisation de la musique, que cela soit la guitare ou le chant (une des filles, Jane chante très bien). Trac. On nous montre comme la timidité peut être maladive (la fille a quasiment des crises d’angoisse, elle a même déjà vomi). Timidité.

Estime de soi

Quand le parent a peur d’accepter de bonnes choses, elle peut conditionner ses enfants à mal se sentir. La résolution du problème, c’est déjà reconnaitre avoir mal agi et montrer à l’enfant que l’on croit à ses potentiels.

Romance

Un début d’intérêt pour l’autre sexe, avec le couple qui semble pouvoir se créer, avec drague sympathique, mais cela ne se conclura pas (peut-être pour un deuxième film). Cela nous montre qu’une femme n’est pas obligée de finir avec un homme pour réussir sa vie et vivre un amour véritable (l’amour véritable c’est les enfants).

École

On nous montre l’importance de l’école, où la fée marraine a envie de montrer qu’elle est motivée à progresser. Apprentissage. Nécessité de faire ses preuves. À la fin du film, Eleanor la débutante va finir enseignante.

Travail

Il ne faut pas accepter de renier ses compétences professionnelles, on nous montre une femme qui a de bonnes capacités de journaliste et qui a fait des reportages stupides pour plaire à son patron.

Apparence

Plutôt intéressant de nous montrer des personnages qui ne sont pas forcément dans les canons de la beauté, avec une fée marraine un peu en surpoids, et deux petites filles pas très belles. Cela nous permet d’accéder à un monde plus proche du nôtre, plus proche de ce qu’on est nous. Consommation. Quand la mère peut avoir du temps pour elle, son plaisir c’est d’aller faire les emplettes. On nous montre que l’habit est important (quand Jane a une belle robe, ça la met bien en valeur).

Vieillesse

Les personnes trop vieilles doivent laisser la place aux jeunes. La fin du film nous montre une nouvelle génération de fée marraine.

Marraine ou presque

Marraine ou presque

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Eleanor est risible quand elle arrive dans notre monde en glissant sur de la glace, hurlant et finissant sur les fesses. Avec un carrosse tiré par un chat transformé en cheval, ils risquent un accident avec une voiture.

Malaise

Eleanor sait une réponse, mais l’enseignante n’est pas motivée à la questionner. Eleanor se rend de nuit dans l’endroit où elle pourrait trouver une mission, on craint qu’elle ait des problèmes. On nous montre une enseignante (Moira) plutôt sévère, qu’il ne faut pas déplaire. Eleanor ne réussit pas à changer les citrouilles, elle les fait toute exploser et est maintenant toute sale, en plus personne ne s’arrête, elle est seule dehors, finit épuisée contre un arbre et quand une camionneuse vient l’aider, Eleanor se montre bien déphasée (au point qu’elle croie qu’elle a pris de la drogue). La fée trouve Mackenzie Walsh, mais elle n’a plus 10 ans et n’est pas intéressée par ce qu’elle considère comme une femme un peu folle, alors elle appelle la sécurité pour l’éjecter. La fée transforme l’habit de Mackenzie, elle a comme une sorte de robe sac de couchage, elle a honte et ne veut pas être vue de son patron. Même si Mackenzie réalise que Eleanor est une véritable fée, elle va la faire dormir dans une cave sombre. La fée ne se souvient plus de la formule pour remettre un manteau correct à sa nouvelle amie. Personne ne s’intéresse à la mère quand elle rentre chez elle, ses enfants restent devant leurs écrans. La mère n’est pas vraiment contente d’entendre que sa fille a été choisie pour faire un solo à un concert (elle craint un problème, parce que sa fille avait eu une crise d’angoisse il y a quelque temps, et elle imagine que cela va recommencer). L’enseignante fée autoritaire réalise que Eleanor n’est plus là. La fée a refait la décoration de la maison, c’est très kitch, elle a aussi remis de gros sourcils à Mackenzie, qui est toute embêtée (et en plus elle a transformé le chien en cochon). Eleanor qui s’empiffre de nourriture va avoir une grosse allergie, sa lèvre gonfle, Mackenzie veut la piquer pour la soigner, mais la fée prend peur, se débat, envoie un coup de baguette magique qui crée un feu d’artifice impressionnant (et la presse à sensation veut faire croire que c’est une arme de décence spatiale qui a été enclenchée). Effet étrange avec une horloge, en son centre apparait étrangement la camarade de chambre de la fée. Eleanor et les deux enfants vont chanter dans la rue (cela fonctionne bien, il y a même un clochard qui vient chanter avec eux) mais des gamins envoient une boule de neige sur Jane qui est déjà bien timide. Jane avait besoin d’être revalorisée par sa mère, mais celle-ci ne fait pas vraiment d’encouragement. Le portail magique va être fermé dans deux jours. On craint que le pays des fées disparaisse, et qu’Eleanor perde ses pouvoirs, et l’enseignante fait pression sur la colocataire de la fée pour qu’elle donne des informations sur l’endroit où se trouve la fugueuse. Mackenzie n’est pas motivée à sortir et aller à la fête du travail, mais on lui renvoie que si elle veut rencontrer des personnes, elle a intérêt à sortir. Mackenzie est à la fête, mais Eleanor y est aussi et elle change la musique en envoyant aussi un sort à Mackenzie qui se met à danser avec son collègue une sorte de valse où elle prend le dessus, quand tout s’arrête, elle a bien honte et part se cacher aux toilettes. La fée lui transforme ses habits en lui mettant une robe de princesse qui lui fait honte, elle veut rentrer, et commence à dire plein de choses, et elle ne sait pas que tout le monde les entend à travers un micro, c’est une véritable honte. La fée commence à raconter des choses sur la journaliste, et son patron comprend qu’elle aurait, avec son équipe, bidonné un reportage, on craint qu’elle soit renvoyée. Eleanor avoue à Mackenzie qu’elle veut l’aider aussi pour faire en sorte de sauver son monde (la jeune femme est dépitée et ne veut plus entendre parler de celle qu’elle croyait être son amie, elle se sent trahie). On craint que tout soit perdu. Les collègues de Mackenzie la considèrent comme une tricheuse. Le patron veut utiliser la fée pour faire de bon reportage, mais Mackenzie ne veut pas et elle se fait virer quand elle ose dire les quatre vérités au patron. Jane pleure au sous-sol, elle se considère comme une ratée, une bonne à rien, elle aurait envie d’être revalorisée, mais la mère n’arrive pas à le faire et dit qu’ils ont besoin de la fée. Moira arrive dans notre monde, on craint un problème. Eleanor n’arrive pas à transformer les citrouilles en véhicule, elle les casse toutes. Eleanor offre sa dernière chance de repartir chez elle pour laisser à la famille une chance d’amener Jane à son concert. Jane veut oser chanter, mais elle a trop peur et abandonne, c’est enfin sa mère qui lui redonne du courage. Sur scène, Jane a encore le trac et n’arrive toujours pas à chanter, c’est un peu la honte. Moira arrive sur scène et gronde Eleanor, elle lui renvoie que même si elle a tenté d’aider Jane, ce n’était pas elle qui devait soutenir, elle veut lui reprendre sa baguette.

Moquerie

On nous montre une fée bien naïve. Les fées doivent dormir sur beaucoup de matelas. Eleanor est risible avec sa robe rose.

Santé

Alcool. Les héros boivent de la bière (et d’autres alcools), on voit un début d’ivresse.

VOCABULAIRE

Classique.

Un film pensé pour les familles à Noël. Adapté pour les petits, il n’y a pas de méchants ou de situations dangereuses. Mieux vaut attendre 6 ans pour comprendre l’histoire, mais les plus jeunes peuvent le voir (même si une adolescente se retrouve bien triste au fond d’une cave, en ayant l’impression qu’elle est nulle) (mais tout va pouvoir mieux aller, parce qu’il y a une fée marraine et une maman qui va rependre confiance en la vie).

Partager cette page :

 

Vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

Lost Password