Les chroniques de Zorro est une série en images de synthèse de 2015, fluide, mais pas vraiment riche en structures. Le premier épisode nous raconte l’arrivée de Diego, ensuite ils ne se suivent pas particulièrement, mais des événements particuliers se déroulent et créent une ligne générale, il y a une évolution en trois saisons. Dans chaque épisode Don Diego se change en Zorro en musique, en reprenant toujours les mêmes images d’un épisode à l’autre.

MESSAGES

Combattre

Il ne faut pas se laisser faire et prendre les armes pour lutter contre les méchants. Résistance. C’est important d’agir, mais face à un pouvoir brutal, mieux vaut le faire discrètement, sans mettre en danger sa famille, en oeuvrant dans l’ombre (ici avec un masque). Défendre. Zorro est le défenseur des opprimés, autant des citoyens que des Indiens.

Courage

Importance de se montrer fort, de se confronter aux méchants. Force. Un exemple de héros qui met son masque pour sauver les opprimés. C’est un Batman avant l’heure, à lui seul il se défait de tous ses assaillants. Cape et d’épée. Une série où les combats se font principalement à l’épée.

Historique

On nous montre la Californie et surtout Los Angeles, lorsqu’elle avait franchement la tête d’une région mexicaine. Il y a un certain souci du détail dans les environnements. Sans en avoir l’air, on découvre la colonisation des Espagnols (mais le sujet n’est pas du tout explicité dans la série, il y a surtout la vilaine armée).

Totalitarisme

Avec les militaires qui commandent, ce sont eux qui sont les méchants et qui abusent des autres (s’approprier de l’eau). Différence de classe. On voit clairement les riches qui ont du bétail et les gens du peuple et Zorro est pour les gens du peuple en étant pourtant un riche. Finalement c’est normal qu’il y ait des riches et des pauvres, il ne faut juste pas que les riches soient trop méchants.

Femme performante

Que cela soit la femme du maire ou la soeur de Diego, on les montre plutôt agissante, ce ne sont pas des faibles (même si personne ne peut égaler l’homme Zorro). On voit bien que les scénaristes ont bossé pour remettre un peu de la femme performante dans cette série qui en avait pas vraiment.

Intrigue politique

On voit l’envie d’une femme qui intrigue pour que son mari soit maire pour remplacer le commandant de garnison. Politique. On nous fait comprendre comment cela se passait à l’époque, avec une excellence qui gère le commandant qui gère tout le reste (une époque où les femmes n’avaient pas accès à grand-chose.).

Cheval

Les destriers sont bien présents et Tornado est le beau cheval noir de Zorro.

Secret

Zorro préfère rester caché pour être plus performant. Deux personnes sont au courant, la soeur de Diego et son ami muet. Tromperie. On fait croire que Bernardo est sourd. Malpensa est un des hommes important de la ville est en fait un malfrat, avec des brigands à sa solde.

Multiculturalité

Diego est sa soeur sont les enfants d’un Espagnol et d’une princesse d’une tribune Indienne.

Indien

On nous montre parfois la tribu des Chumash, des Indiens typiques comme on se les imagine.

Obésité

Le sergent Garcia mange trop et est pataud. Un exemple stéréotypant de l’obésité.

Romance

En arrière-fond, il y a de petites amourettes, Diego a des vues sur Carmen et Ines est courtisé par Antonio.

Littérature

Une série inspirée des romans de Johnston McCulley, c’est un personnage de fiction créé en 1919.

Importance de la vie

Zorro ne tue pas, il ridiculise l’ennemi, mais n’est pas agressif (contrairement aux soldats qui veulent avoir l’ordre de tirer au canon).

Les chroniques de Zorro

Les chroniques de Zorro

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Indiens attachés qui doivent être punis par le capitaine pour l’exemple. De nuit, avoir peur de son ombre, des bruits d’animaux. Le père de l’amoureux de la soeur de Diego veut se débarrasser du jeune homme pour que son fils hérite de tout, il l’amène dans un endroit désert et on le voit glisser le long d’un précipice, puis tomber au fond, il est vivant mais sa jambe est coincée.

Malaise

Méchanceté des soldats qui ne donnent pas à boire aux prisonniers. Exploitation des Indiens par l’armée, le garde a un fouet pour les faire travailler. Don Diego joue au pleutre pour mieux endosser son masque de Zorro, c’est parfois un peu lourd de le voir se dénigrer ainsi. On accuse facilement Zorro de crime qu’il n’a pas commis.

Moquerie

Le sergent Garcia est montré comme le petit gros soldat plutôt faible, gourmand et couard, c’est presque le plus sympathique des soldats, mais il est souvent traité d’imbécile. Critique de l’armée. Ce sont les méchants de l’histoire et si leur commandant est agressif, les autres sont bêtes.

VOCABULAIRE

Langage classique.

Un Zorro plutôt jeune et moqueur, qui se retrouve avec une sœur (eh oui faudrait pas que les filles ne se sentent pas concernés par l’animé). Un serviteur n’est plus vraiment bien vu chez un héros, alors Bernardo devient plus un copain.

Il existe une série en noir blanc, avec acteurs, Ici, et une série d’animation japonaise, ici.

Partager cette page :

Lost Password