Les Chroniques de Spiderwick

Les Chroniques de Spiderwick

À partir de 12 ans

Les Chroniques de Spiderwick est un film fantastique de 2008, avec incrustations d’images de synthèse. Une ellipse de 80 ans au début du film. Moments de flash-back. Rythme souvent rapide. Caméra subjective.

MESSAGES

Divorce

Problématiques d’une famille monoparentale, avec enfant qui croit encore à la réconciliation, qui en veut à un des parents (on revalorise ici plus la mère qui doit tout gérer seul et on critique le père qui a refait sa vie avec une autre). Souffrance du déménagement. Fratrie. Tension avec la grande soeur qui veut tout gérer et jeune frère qui devient bouc émissaire. Jumeaux avec différence de caractère.

Amour parental

Rien ne doit éloigner l’enfant d’un parent, ni le travail, ni une passion, ni un divorce. L’enfant doit se construire à côté de son parent.

Autonomie

Esprit d’aventure, oser se confronter au danger, vaincre le mal. Des enfants vont montrer qu’ils peuvent se débrouiller seuls. Exploration. Curiosité.

Esprit d’équipe

On se soutient dans l’adversité dans la fratrie. Critique de celui qui fait cavalier seul.

Méfiance

Il faut se méfier des apparences. Tout n’est pas comme on le pense, il ne faut pas avoir confiance à certains vieux messieurs, le mal peut emprunter plusieurs visages. Monde magique réel. Il existe un monde parallèle au nôtre, féerie. Avec de gentils et de méchants individus.

Importance des interdits

On peut générer des problèmes en ne respectant pas les interdictions. Il est des choses qu’il ne faut pas approcher, qui sont trop dangereuses (même si elles sont captivantes). Critique de l’imprudence.

Fille forte et valeureuse

Dans la fratrie, c’est la soeur qui manie l’épée.

Les Chroniques de Spiderwick

Les Chroniques de Spiderwick

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Simon se fait kidnapper par des gobelins, il se retrouve dans une cage, il sera menacé d’être tué. Il se fera poursuivre. Monstre dans un passage souterrain qui fonce sur les enfants. Attaque de la maison, avec un énorme monstre qui détruit tout. Quand tout est calme et que l’on croit que c’est fini, cela recommence, et le monstre prend la forme du père, puis d’un serpent.

Visuel effrayant

Les personnages de féérie ont souvent une allure monstrueuse. Blessures avec du sang, griffure ou morsures. Grognement, éclairs. Peur. Ambiances sombres, souvent de nuit, avec bruits effrayants à l’extérieur.

Malaise

Tension avec la mère, un des garçons ne lui montre pas de respect, la fait crier avec son agressivité. Se sentir abandonné par son père. Beaucoup de moments où on ne sait pas ce qui se passe. Des mouvements de caméra qui représentent quelque chose d’inconnu, qui épie. Sentiment d’être dépassé par des évènements.

Tristesse

L’histoire de l’arrière-grand-oncle qui disparaît devant sa petite fille (qui sera en plus traitée de folle et mise dans un asile).

VOCABULAIRE

Langage classique. Musique et grondements souvent tendus.

Des effets de synthèse impressionnants pour les plus jeunes, un scénario relativement complexe. Un bon moyen d’entrer dans le monde de féérie, il existe aussi différents livres autour de ce monde, on y retrouve bien les différents monstres. Intéressant de savoir que les deux frères jumeaux sont en fait le même acteur.

Partager cette page :

Lost Password