Le Secret de la Petite Sirène

Le Secret de la Petite Sirène

À partir de 6 ans

Le Secret de la Petite Sirène est un film de 2008. Ce troisième film se situe juste avant le premier. La ligne temporelle n’est pas évidente, après six minutes la petite fille Ariel est devenue une adolescente. Et on apprend qu’elle a six soeurs. La suite est plutôt linéaire, on accompagne Ariel dans son émancipation. Il peut se passer plusieurs choses en même temps.

MESSAGES

Deuil

Après la mort d’une mère, un père entre en dépression, on le voit plein de malaises, il n’est pas bien. On ne doit pas s’enfermer dans sa souffrance, on en devient injuste ou méchant avec les autres. La personne disparue ne doit pas devenir taboue et être annihilée, on doit pouvoir s’en souvenir.

Surprotection

Il ne faut pas tout rigidifier et ne créer que des règles pour protéger ses enfants. Le monde n’est pas (que) dangereux.

Relation père-fille

Ne pas être cantonné à un respect de façade, le lien doit être plus fort et déclencher de la tendresse.

Critique de la rigidité

Un père est trop sérieux, uniquement intéressé par la ponctualité, la rigueur. À cause de lui, on n’a pas le droit de s’amuser, il n’y a pas la possibilité de batifoler. Il existe des lois qu’il est bien de transgresser. Loi.

Jeu

Importance de pouvoir s’amuser, prendre du plaisir dans ce que l’on fait.

Autonomie

Début d’indépendance pour une jeune fille.Transgression de la règle posée par le père. Ouverture sur le monde.

Accepter la sexualité de ses enfants

On voit que les grandes soeurs ont dû maintenir leur libido. Ce n’est que grâce à la transgression d’Ariel que le relationnel et la sexualité (les allusions sont nombreuses) pourront refaire surface dans la famille royale.

Valorisation de la musique

Elle peut provoquer de beaux sentiments. On critique l’idée de l’interdire.

Apparence

Les femmes s’intéressent à leurs apparences (on voit Benjamin qui embellit Marina, qui veut être belle). Les princesses sont plutôt « pouffes », intéressées par le maquillage et les garçons.

Ne pas se fier aux apparences

À travers le crabe Sébastien, on découvre qu’il peut y avoir sous l’aspect austère un artiste fou fou qui se cache.

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

L’arrivée d’un bateau d’humain au début du film, durant une tempête, ce sont des pirates, ils foncent contre un rocher et on comprend que la reine Athéna est morte. Derrière le cachot, il y a d’effrayantes anguilles électriques, il y aura différentes occasions d’avoir peur à cause d’elles (on voit leurs yeux jaunes dans le noir, Marina les envoie tuer Ariel, on les verra la poursuivre). Répression contre les amateurs de musique, la poursuite entre Polochon et les requins policiers. Marina n’hésiterait pas à tuer Ariel.

Tristesse

La mort de la reine Athéna, la maman d’Ariel (il y a peu d’images pour ne pas heurter, mais cela en devient peu cohérent). Puis l’ambiance n’est pas vraiment gaie, la mort de la maman déprime le roi. Sacrifice de soi, la fausse mort d’Ariel.

Malaise

Le roi n’accepte pas que ses filles s’amusent. Le passage secret pour se rendre où l’on fait de la musique est lugubre. Le roi Triton fâché, qui fait emprisonner tous les poissons du caveau, il donne le travail de Sébatien à Marina et détruit l’entrée, il punit ses filles.

Étrangeté

La drague entre poissons et sirènes est un peu bizarre. Tout aussi bizarre, le rôle de Benjamin, le doux lamantin qui accompagne la « méchante » du film.

VOCABULAIRE

Classique

Il n’y a pas de sorcière pour une fois, les enfants vont vivre moins de mises en danger, mais cela reste tendu, surtout autour du relationnel. La qualité de l’animation est inégale, moins bonne que le premier film, mais meilleure que le deuxième. De nombreuses chansons, mais pas dans la veine de celles du premier film, elles sont nettement moins intéressantes (dommage pour un film dont l’intrigue tourne justement autour de la musique).

Partager cette page :

Lost Password