Le Petit Poucet

Le Petit Poucet

À partir de 12 ans

Le Petit Poucet est un film de 2001. Poucet est le narrateur adulte qui introduit l’histoire, il pose le cadre et ouvre le rideau sur un conte linéaire. De nombreux effets de caméra, de gros plans, cela peut bouger dans tous les sens.

MESSAGES

Force du faible

Un petit peut être héroïque. Poucet est un garçon, considéré comme le plus petit, le plus faible, chétif. Mais il se révèlera ingénieux. Courage.

Quête identitaire

Se construire. Le héros s’investit d’un rôle, va devoir ruser vaincre l’agresseur. Il finira messager pour la reine, sera gratifié et pourra ainsi répondre au manque de la famille en apportant à manger.

Romance

Il y a aussi l’intérêt pour Rose, une des filles de l’ogre (nouveauté du scénario de ce film) qui se rebelle contre sa condition et qui vivra l’amour avec Poucet. Imposition familiale. Ne pas suivre sa famille.

Incidence de la misère

Elle peut pousser à faire des choses que l’on peut regretter. Les parents devraient protéger leurs enfants même s’ils n’ont pas de moyens.

Symbolisme des couleurs

Des couleurs qui saturent le film nous embarquent dans l’allégorique « brun et jeune acide pour la ferme de Poucet qui désigne sa pauvreté; rouge et mauve pour l’ogre et la mort; bleu pour la forêt hostile et le monde de la peur; jeune doré pour le bonheur et la richesse » voir dossier PDF de Anne Henriot.

La guerre est à éviter

C’est mieux de faire le lien entre les royaumes et les hommes. Respecter les autres et aimer leurs différences.

Foyer

Importance d’avoir son lieu de vie, sa maison, ses parents.

Perte

Difficulté de perdre son foyer. Devoir retrouver son chemin.

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Beaucoup d’agressivité. Le pillage des ennemis qui volent toute la nourriture, qui menacent de brûler tout le monde. Les frères de Poucet qui mettent la faute sur lui. La scène finale dans l’orage avec l’ogre qui poursuit les enfants.

Malaise

Ambiance sombre. L’ensemble du film semble se passer durant la nuit, lumières artificielles qui rendent l’atmosphère étrange. La forêt, le château de l’ogre font peur.

Tristesse

La difficulté constante des parents à nouer les deux bouts, à pouvoir nourrir leurs enfants. Leur décision de perdre les enfants dans la forêt.

Personnages anxiogènes

Le soldat à la jambe de fer (dans des scènes de combats), les loups (grosses dents et poursuite éperdue dans la forêt) et l’ogre dévoreur d’enfants (qui stresse même quand il n’est pas là. Voix agressive et tout ce qui va avec).

VOCABULAIRE

Vocabulaire riche, mais accessible à tous.

Un film plutôt magique, un peu surjoué et avec une image qui nous pousse du côté du conte. Heureusement, car la violence du scénario est très présente. On se rapproche bien du récit initial, mais ce que l’on voit est impressionnant. On est ici bien confronté à la difficulté de montrer un conte plutôt que de laisser l’enfant produire ses images lui-même. Vraiment à déconseiller aux plus jeunes. Si ce n’était pas « Le petit Poucet », on n’aurait pas l’idée de montrer ça à des enfants.

Partager cette page :

Lost Password