Le Parfum d’Irak est une série d’animation de 2017, avec parfois des incrustations d’images d’archive et toujours une photo à la fin de l’épisode. Les images sont plutôt stylisées, on voit peu les visages, les plans contiennent le plus souvent peu de teintes, souvent dans un contraste noir blanc. Les épisodes nous montrent ce qui se passe en Irak de 1989 à 2011. Le dernier épisode est un épilogue qui nous reparle de certains personnages.

MESSAGES

Irak

Découverte de ce pays, à travers les images animées, mais aussi avec des images d’archives de télévision. Tradition. On nous montre une autre façon de vivre, il y a un épisode sur l’honneur de Ramadi. Le dessous de chaussure ne doit pas être dirigé en direction d’un visage.

Guerre

Après un an de paix, il y a la guerre entre l’Irak et le Koweït, puis la communauté internationale qui riposte. Et le début de la guerre avec l’Amérique, avec des soldats qui ne connaissent pas vraiment le pays dans lequel ils se trouvent. Embargo. Explication de ce que c’est ce type de pression, de ce que cela crée (misère et marché noir). Danger. On peut ressentir le danger dans un pays en guerre. Attentat. Les soldats sont les premiers visés dans les attentats. Réfugié. La plupart des personnes en Irak sont parties dans d’autres pays, mais il faut de l’argent pour aller ailleurs. Arme. Beaucoup d’images nous montrent des personnes armées. Un enfant qui s’amuse avec le seul jouet qu’il peut avoir, un pistolet, il découvre aussi ce qui contient une balle, de la poudre qui peut faire des étincelles.

Politique

On visite l’histoire en découvrant ce que met en place un régime. Guerre des milices (sunnites ou chiites). À la fin de la série, le héros ose dire aux Américains qu’ils ont fait plus de mal que de bien. La religion avec l’État islamique devient une force armée.

Totalitarisme

Un pays où on ne peut pas fréquenter qui l’on veut. Des soldats qui peuvent abuser de leurs statuts. Liberté. Peu de liberté, même dans les amours. Beaucoup de peur, et finalement les gens ne vont pas vouloir rester dans ce pays où ils ne peuvent plus rien faire.

Le Parfum d'Irak

Le Parfum d’Irak

Se décentrer

Un documentaire sur une période de la guerre en Irak, vécu de l’intérieur par une personne. On voit d’autres façons de vivre, on découvre une série d’animation qui avec des images d’archives et surtout les photos finales nous montrent que l’on a entendu une réalité.

Pauvreté

Avec l’embargo, on voit comme le pays est devenu plus pauvre, même l’hôpital n’est pas bien outillé.

Temporalité

On va avancer dans le temps, chaque épisode nous montre l’évolution de la situation en Irak. On voit l’enfant grandir.

Origine

Un enfant franco-irakien qui va visiter parfois l’Irak. Il apprend ce qu’a vécu son père autrefois, arrêté parce qu’il distribuait des tracs d’opposition. Les vacances sont un moyen d’aller voir les cousins.

Religion

Après l’embargo et la misère, l’Irak s’est tourné vers la religion, alors Saddam Hussein a fait rajouter Dieu est grand sur le drapeau (on voit des personnes prier) (mais le père du héros est resté athée). On parle finalement peu de ce thème dans la série.

Protection

On voit bien le souci que cela se passe bien dans la famille. Les personnes font en sorte de se protéger les unes les autres.

Le Parfum d'Irak

Le Parfum d’Irak

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Image d’archive où on voit un pont qui a subi un attentat. Le père a été torturé, on le voit sortir, blessé à la figure, il est emmené vers Saddam plutôt imposant. Un attentat qui vise un convoi américain, et un cousin qui risque sa vie, il doit se cacher, on craint pour sa vie (il va quitter son pays). Des moments où le héros est entouré des bruits de la guerre. Un des amis du père se fait abattre devant lui dans un café parce qu’il était accusé de travailler avec les Américains (on voit un homme tirer, et les impacts de balle sur l’homme mort). Le héros est menacé par une arme sur la tempe, il craint se faire tuer. Le héros est visé par un sniper, il y a le laser contre sa tête, on craint sa mort.

Malaise

Le jeune garçon s’amuse avec une arme. Agent du renseignement qui arrête un cousin parce qu’il sort avec une fille qui est de l’entourage de Saddam Hussein, on comprend qu’il s’est fait battre durant sa détention, on le revoit balafré, il ne fréquentera plus cette fille. Guerre où la famille du garçon risque sa vie, il va se bagarrer à l’école parce que d’autres enfants se moquent de lui. L’enfant subit des pressions, car il a des Reeboks au pied et que des personnes les veulent, car ils sont sous embargo. Crainte lors d’une fouille de voiture, on nous montre les soldats avec une certaine agressivité. L’enfant allait être recousu sans anesthésie, c’est grâce à l’argent qu’il a pu recevoir la piqure. En 2003 la guerre où le héros a de la peine à voir ce qui se passe dans son peuple, on voit des explosions et on nous dit que Bagdad brule. Les Américains torturent aussi (on voit des décharges électriques), il est en prison quand son fils va naitre, il s’engage dans la police et ont voit qu’il a été tué (avec un cd où on voit son exécution). On nous parle du début des attentats. Malaise devant les prisonniers qui vont être embarqués, ils ont un sac sur la tête.

VOCABULAIRE

Plutôt classique.

De courts épisodes que l’on peut voir à la suite comme un petit film, cela nous permet de comprendre ce qui s’est passé en Irak entre 1989 et 2011, en suivant Feurat Alani un franco-iranien. C’est stylisé, les images seront ainsi moins violentes, mais ce qui est montré peut être très dur.

Les auteurs ont produit un livre en parallèle de cette série, un roman graphique Parfum d’Irak.

Ce que disent les autres : ici le nous présente trois épisode, et ici, Libération nous présente la série.

Partager cette page :

Lost Password