Le Chien du Tibet

Le Chien du Tibet

À partir de 14 ans

Le Chien du Tibet est un film d’animation de 2010. Le narrateur est le héros du film devenu vieux, il raconte son enfance. Différentes intrigues en parallèle. Flash-back, ellipses.

MESSAGES

Découverte de la culture du Tibet

Habitation, montagne, médecine, animaux, système hiérarchique. On y découvre une nature encore vierge de technologie et magnifique.

Animaux

On y découvre des chiens qui ont une vie sociale, des comportements réfléchis, qui peuvent se sentir redevables. Bonne interaction avec un enfant. Le chien est le meilleur ami de l’homme.

Médecine

Importance de soigner des vies, on mélange la médecine traditionnelle avec celle plus classique des Orientaux. Importance de soigner même les animaux. Critique de la fausse médecine, avec ses charlatans. Maladie.

Différents messages autour des combats

Si on nous parle de négociation et de l’inutilité de la confrontation, on nous montre aussi qu’il y a des causes où on choisit de se battre et même de donner sa vie (importance de la dette, être redevable).

Sens du sacrifice

Le père médecin a quitté sa femme et son fils pour faire son métier dans la campagne. Tenzin doit apprendre à se débrouiller seul, à donner de l’importance à ce que l’on croit. Un film qui va nous apprendre le courage ou la bravoure.

Critique du vol

On nous montre le métier de brigand, avec un repenti qui préfère rester avec son amoureuse plutôt que de voler.

Pas de manichéisme

On voit dans les différents personnages leurs parts d’ombre ou de gentillesse. Seul un monstre est le mal incarné.

Cycle de la vie

Il peut y avoir des morts, mais il y aura aussi des naissances.

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Apparition d’un ours, Tenzin est transi de peur. Attaque d’une meute de loups qui s’en prennent aux moutons, il y en a un qui poursuit Tenzin. Combats avec des chiens tibétains, grosses dents, chute en bas d’une falaise, on croit les deux chiens tombés morts. Menace sur une demoiselle en otage, un couteau sous la gorge. Le monstre va détruire village, la bataille finale nous le montre tout en rugissements, on va voir du sang. Mort. Acte machiavélique, découverte d’un troupeau décimé, on saisit qu’il y a un homme mort. Tuer sans manger la bête. À la fin du combat contre le monstre, on peut penser que le gentil chien est mort. Mais face à une avalanche qui risque de tuer Tenzin, il va trouver des forces pour le sauver et mourir dans un dernier sacrifice.

Visuel effrayant

Monstre aux yeux rouge, énorme et noirâtre, il est plutôt insaisissable dans ses premières apparitions, et d’autant plus effrayant.

Tristesse

Le jeune héros débarque dans une contrée inconnue, il doit s’adapter. Il se fait attaquer au lance-pierre par les enfants du village. Le chien est accusé à tort d’être le meurtrier des humains. Il sera enchaîné. Scène de fuite dans la nuit. Des bandits veulent s’en prendre à lui. Deux enfants perdus en pleine tempête de neige, s’endorment transis de froid, ils risquent de mourir.

VOCABULAIRE

Classique.

Comme souvent dans les films d’animation japonaise, le début du film, dans une ambiance tranquille et un caractère design presque enfantin, peut faire penser à quelque chose d’adapté pour les petits, mais la violence des scènes finales, avec sang, mort d’homme et grande mise en danger, nous renvoie à une production plus adulte qu’enfantine. Un film co-produit par les chinois, c’est peut-être pourquoi on ne voit pas vraiment de moines, et que en dehors de quelques drapeaux de prières dans les décors, on ne dirait pas forcément être au dans le Tibet du Dalaï-lama.

Partager cette page :

Lost Password