La Nuit des morts-vivants (Night of the Living Dead) est un film de 1968 en noir et blanc. Long générique. Un film qui utilise la caméra sur épaule. Effets qui peuvent faire sursauter.

MESSAGES

Courage

Réussir à se confronter à des évènements difficiles qui mettent en danger. C’est l’homme qui agit (la femme est juste bonne à se faire agresser et perdre ses moyens). On critique celui qui est couard. Force. L’humain se demande comment survivre, on comprend que l’on est plus fort en étant plusieurs (se terrer dans une cave ce n’est pas bien, le mieux c’est de combattre). Coopération. Ce n’est pas toujours facile de trouver les bonnes personnes pour nous aider. Il faut la coopération de tous devant des difficultés.

Zombie

Apparition de personnes qui attaquent les vivants, on ne sait pas d’où ils viennent, pourquoi ils sont là, ce qu’ils craignent. On comprend qu’ils mangent la chair des vivants.

Presse

Importance d’avoir des informations à travers la radio. Mais ici rien ne rassure, ce que l’on entend ne va pas aider, même la télévision ne pourra rien pour les héros (au pire, ce qui est transmis va faire mourir les héros). Le pouvoir des médias est plutôt important, et les spectateurs croient pouvoir obtenir des informations, même si on les guide ici vers leur perte.

Aider les autres

Ben tente de sécuriser Barbra Blair qui s’est fait agresser par un zombie. Égoïsme. On critique ceux qui ne seraient pas venus aider cette femme (ils l’entendaient crier et sont restés cachés dans la cave).

Danger

Il existe des dangers autour de nous, cela peut arriver n’importe quand, on doit faire attention. Mieux vaut savoir d’où vient le danger. On va réaliser finalement que l’idée d’affronter le danger était une mauvaise idée, les héros auraient été sauvés s’ils s’étaient enfermés dans la cave. Jump scare. Effet de sursaut parfois.

Questionnement identitaire

En nous montrant ces zombies, presque humains, mais plus vraiment, ce film peut nous renvoyer ce qui fait de nous de bons humains (surtout que les personnes terrées dans la maison ont des comportements pas toujours appropriés).

La Nuit des morts-vivants

La Nuit des morts-vivants

Danger de la science

Les zombies n’arrivent pas de n’importe où, on critique ici le danger de s’approcher des étoiles et finir par enclencher des rayons dangereux (ce n’est pas bien de voyager trop loin dans l’espace, on prend des risques).

Racisme

Le héros du film est noir. On voit que c’est compliqué pour un des hommes dans la maison d’accepter que c’est un noir le chef, et on verra à la fin du film une armée d’homme blanc l’abattre (même si ce n’est pas fait exprès, nous verrons une sorte de fin où le héros abattu n’est plus qu’un mort comme un autre). Différence de classe. Le héros noir est clairement d’un statut bas, tandis que les blancs ont plus de capacités financières.

Critique de la société

Un film qui a osé mettre un contenu critique à une histoire d’horreur. Critique des armes, des racistes, du patriarcat, de l’information …

Leader

Un exemple d’une personne qui souhaite sauver son groupe. On nous montre deux types de leader, Ben qui pense aux autres et Harry qui veut asseoir son autorité.

Arme

Le fusil est le meilleur ami de l’homme, présent pour le sauver (il finira quand même aussi par tuer le héros). Lorsque l’on voit à la fin du film les chasseurs de zombie à la fin du film, on pourrait presque se dire que ces hommes sont contents d’aller faire des cartons.

Mort

La mort doit rester une finalité (on supporte difficilement que l’on revienne des morts). Faudrait pas le dire, mais toutes les personnes qui sont dans la maison vont finir par mourir.

La Nuit des morts-vivants

La Nuit des morts-vivants

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Barbra Blair se fait agresser par un zombie dans un cimetière, son frère va l’aider, mais finit par tomber assommé sur une pierre, on ne sait pas s’il a survécu. Le zombie suit la femme qui court et tombe, se relève, arrive dans sa voiture, mais n’a pas la clef. Le zombie brise une fenêtre va entrer dans la voiture. Barbra fait avancer la voiture, mais la coince contre un arbre, et le zombie est toujours à la suivre. Des zombies arrivent vers la maison, elle monte à l’étage et tombe sur une personne décomposée. Ben sort de la maison pour attaquer les zombies qui sont éblouis par les phares de la voiture, il fracasse la tête d’un jeune à coup de cric, un zombie arrive derrière lui, il s’en défait en lui fracassant la tête, mais un autre entre dans la maison et s’approche de la femme qui ne le voit pas (et la musique est à son paroxysme). Ben perd sa barre de fer, doit la reprendre pour pouvoir l’enfoncer dans le crâne du zombie. Un autre arrive, il reçoit un coup dans la tête et plein d’autres arrive, Ben ferme la porte. Mains qui agrippent soudainement quand le héros passe devant la fenêtre, on vient l’aider et faut donner des coups de couteaux aux mains. La camionnette prend feu, Ben va réussir à éteindre le feu qui allait vers la pompe, mais la demoiselle étant coincée dans le véhicule, son amoureux tente de l’aider et ils font finir par exploser (et ensuite les zombies vont se servir de chair grillée). Les zombies avancent vers la maison et prennent des bâtons et pierres et casent vitre et frappent sur les portes, les habitants doivent tenir les protections qui se déclouent, mais tous n’aident pas. Les zombies s’attaquent à Helen, tente de la happer par une fenêtre, Barbra va l’aider, mais elle se fait aussi prendre, puis la jeune femme va finir par se retrouver face à son frère (zombie), qui va l’emporter à l’extérieur. Helen descend à la cave, voit son mari se faire manger par sa fille devenue zombie, elle va tomber et se faire trucider par son enfant. Ben se retrouve avec l’enfant zombie derrière lui, il s’en débarrasse (mais sans l’abattre), il doit s’enfuir dans la cave, il s’y barricade, il voit le père qui se relève et l’abat, la mère qui se relève et l’abat.

Malaise

Barbra entre dans une maison, prend un couteau, avance et on craint un problème, il n’y a pas de bruit, puis soudainement on voit des animaux empaillés. Le téléphone ne fonctionne pas. Barbra allait sorti de la maison, mais un homme arrive et l’emmène à l’intérieur, il se met à barricader les portes et les fenêtres pendant que la femme est complètement hagarde. Des gouttes de sang coulent du plafond sur la femme. Le zombie qui a eu le crâne enfoncé continue à bouger les yeux, Ben va le jeter à l’extérieur et lui met le feu. Ben explique son histoire où des zombies courent derrière son camion. Barbra commence à stresser et demande à Ben d’aller chercher son frère, elle veut sortir, et Ben doit lui donner une claque pour la calmer. La radio donne des informations, mais ils ne savent pas comment arrêter l’épidémie. Ben met une chaise à l’extérieur à laquelle il met le feu. Deux hommes entrent dans l’appartement, ils étaient cachés dans la cave (ils ont entendu crier Barbra et pensaient qu’elle se faisait attaquer et sont donc restés plus longtemps dans la cave). Tirer sur les zombies, cela ne sert pas à grand-chose (on voit les balles les transpercer, et ils continuent d’avancer). Nombreux zombies à l’extérieur, il y a même une femme nue, ils sont de plus en plus à approcher. On entend que les zombies mangent leur victime. On comprend qu’une petite fille a été blessée, elle est dans la cave et on entend qu’il faut soigner les victimes. Les hommes tentent une sortie pour récupérer le véhicule qu’ils veulent remplir d’essence, mais l’amie du plus jeune décide au dernier moment de sortir aussi, ils ont la mauvaise clé pour la pompe à essence. Harry ne va pas ouvrir la porte à Ben qui doit la défoncer (et même si finalement l’homme va ensuite l’aider à barricader, il va se faire frapper plusieurs fois). L’électricité a été coupée, il fait nuit. Harry ne veut pas aider à barricader, il préférerait prendre l’arme de Ben et quand celui-ci le lâche pour maintenir une planche, le vil Harry en profite pour le prendre (mais Ben le récupère et abat Harry). Les chasseurs descendent les zombies les uns après les autres pendant que Ben remonte de la cave.

Maltraitance

Nous verrons une petite fille manger son père, puis tuer sa mère (dans une scène plutôt longue où elle frappe avec une truelle qui fait gicler le sang). Ben a survécu à l’attaque des zombies, mais se fait abattre par les sauveteurs qui ne se demandent même pas si c’est un humain ou un zombie.

Visuel effrayant

Dans un premier temps, les zombies n’ont pas un faciès très effrayant, mais il y en a certains qui sont pires que d’autres, avec effet de décomposition. À un moment on les voit manger ce qui est censé être de la chair humaine (boyau, morceau de chair, os à ronger).

Nudité

Une zombie est nue.

Santé

Fumée. Le héros fume une cigarette. Le père fume dans la cave.

VOCABULAIRE

Classique. La bande-son est très présente et crée des effets de tension.

Un classique qui vu l’époque ne joue pas la carte du rythme effréné, mais les tensions sont bien présentes (avec des morts vivants qui attaquent, certes lentement, et qui tuent). Un film qui pour l’époque ose utiliser un héros noir sans stéréotype. Ce n’est pas pensé pour les enfants, mais si vous voulez les accompagner à voir quelque chose avant qu’ils aient accès à pire, celui-ci apporte déjà bien des sensations (on y voit quand même une petite fille manger son père, tuer sa mère) (et tous les « héros » du film vont périr).

Ce que disent les autres : vous trouverez de nombreuses analyses de ce film devenu classique, ici un exemple, ici un autre.

Partager cette page :

 

Vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

Lost Password