La Forêt enchantée

La Forêt enchantée

À partir de 6 ans

Film en images de synthèse de 2003. Un film d’animation qui nous plonge dans les débuts de cette technique, la qualité est franchement moyenne. Une succession de scènes qui nous apportent des nouveaux personnages (une taupe, les arbres, puis d’autres taupes, puis des mouches, puis des humains. Les liaisons et le rythme ne sont pas fantastiques).

MESSAGES

Importance de la nature

Les arbres ont une personnalité, ils cachent leur visage quand les humains approchent : « Que l’homme t’ignore » est la salutation de tous les personnages « magiques » de ce film. Les humains ne sont pas vraiment fréquentables.

Exploitation animale

Critique des personnes qui portent des animaux morts sur le dos (manteaux de fourrure). Critique de la taxidermie qui est présenté comme tuant les animaux (on n’oublie pas les zooms sur le scalpel).

Écologie

Critique de l’homme qui utilise mère nature (et qui donne des formes étranges aux arbres dans le jardin : le pylône du fil du téléphone fait croire aux arbres que son statut de précurseur de la technique c’est mieux que de servir de branche pour les oiseaux).

Découverte de l’amour

Ça commence avec un « il est amoureux, il est amoureux » enfantin, puis une déclaration ratée, et un sauvetage qui fera craquer la belle.

Valorisation de la Galice

Terre espagnole où il fait bon vivre, même pour une souris écossaise.

Revalorisation du courage

Être lâche ce n’est pas bien.

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Le sort s’acharne sur un personnage féminin. Linda risque de tomber dans l’eau, et juste après être sauvée, un géant (humain) la fait disparaître, il veut l’ajouter à sa collection de bêtes empaillées. Finalement c’est sa femme qui veut sa fourrure pour se faire un manteau. La scène de la bataille finale devrait faire peur, mais pas certains que vous ayez pu rester jusqu’à la fin.

La fausse mort de Linda

On voit une fourrure de taupe, et on croit à tort que c’est la sienne (chanson mélancolique et flash-back à la clef).

Maltraitance

Un arbre, les yeux cernés craint de se faire torturer, il crie « je vais avouer, je vais avouer » pour ne pas se faire taillader.

Méchante

Les mouches sont criardes et semblent n’exister que pour embêter le monde, heureusement elles se font exterminer à la fin.

VOCABULAIRE

Classique, avec une bande sonore presque trop présente

Un film qui use de la technique du pet ou du rot pour faire rire n’annonce rien de bon. Un film qui tente de jouer avec différentes tailles : la luciole est plus petite que la taupe qui est plus petite que le chat qui est plus petit que l’homme qui est plus petit que l’arbre. Il y a différents effets là autour, pas forcément réussis. Une relation mari et femme plutôt malsaine, ils se volent parmi. Un thème écologique et quelques petites tensions.

Partager cette page :

Lost Password