La Ferme en folie est une série en image de synthèse de 2007, dérivé du film, la qualité visuelle est moyenne (fluide, mais peu de textures). On s’amuse avec les séquences qui peuvent se suivre rapidement. Il peut y avoir des flash-back, rêve éveillé, ellipses. Six personnages principaux. Il peut se passer plusieurs choses en même temps. Le générique doit plus ou moins faire comprendre que quand le fermier n’est pas là, les animaux font la fête, et ont des comportements humains.

MESSAGES

Faire la fête

Une des motivations principales des personnages, c’est de faire la fête. S’amuser et prendre du plaisir. Otis fait jeune adolescent frimeur qui s’amuse à faire n’importe quoi, on dénigre ce qui est considéré comme barbant (club de lecture). Adolescence.

Plaisir

On voit des animaux qui fonctionnent surtout pour les plaisirs de la vie.

Jeux symboliques

Accéder à des choses auxquelles nous n’avons pas normalement accès. Les animaux se transforment en humain, deviennent policiers, joueurs de golf, star, artistes de cirque. Déguisement.

Transgression

Les animaux font des choses interdites, ils restent impunis.

Faire le bien

En dehors de toutes les bêtises faites par les animaux, il y a quand même l’idée d’aider l’autre.

Intérêt pour l’autre sexe

On se moque de la relation amoureuse, nous sommes plutôt ici dans des histoires de garçons qui font la fête, mais on nous montre une demoiselle, Abby, qui est amoureuse d’Otis.

Responsabilité

Il faut aussi pouvoir assumer, pas toujours faire ce que l’on veut. Il est nécessaire d’avoir un responsable qui veille qu’il n’y ait pas trop de bêtises.

Équipe

Fonctionner ensemble.

Différents thèmes

Les épisodes traitent d’un sujet réaliste en l’enroulant dans des couches d’humour. Un invité qui prend beaucoup de place. Baby-sitting pour un enfant caractériel. Compétition sportive où un faible motivé peut gagner. Flasher devant une demoiselle.

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Souvent des conflits entre les personnages. Ils peuvent subir des violences (attacher un enfant sur son lit avec du scotch, une pomme dans la bouche. L’agressivité de Eugène, le fils d’une voisine, jouer avec le traumatisme de l’artiste qui a raté son numéro et blessé son partenaire). Ils peuvent faire des bêtises, jouer et se mettre en danger. Des scènes qui peuvent faire peur. L’étoile de mer géante qui arrive comme un gros monstre.

Malaise

Les héros se mettent dans des situations difficiles, on peut avoir honte pour eux. On peut craindre qu’un cirque soit ruiné.

Dénigrement

Porc est presque bouc émissaire à chaque épisode, surtout avec un Otis qui se considère comme le meilleur. Louis le dingue, un humain bête. On veut être meilleur que l’autre, la parole est utilisée pour clasher. On peut se moquer de la police, d’un enfant obèse..

Banalisation de la violence

Certains personnages reçoivent des coups pour faire rire, les petits malheurs sont mérités. Même une demoiselle peut cogner fort. Un humour qui utilise des moments violents (Duck qui va chez le vétérinaire a beaucoup de similitudes avec un emprisonnement. Une scène qui reprend l’interrogation par un gentil ou méchant policier).

VOCABULAIRE

Débit rapide, beaucoup de gags jeu de mots. Plutôt langage jeune (merde, je me la joue free-style, cool, nickel, on s’en fout, la teuf, fait péter). Il peut y avoir une chanson en anglais ou français.

Un humour plutôt adulte, basé sur la moquerie de l’autre, les références et le décalage. Les enfants vont trouver cela amusant, mais les parents peuvent peut-être voir cette série d’un mauvais oeil, limite irrespectueuse.

Partager cette page :

Lost Password