La Colle est un film de 2017. Un générique style bande dessinée, on verra ensuite parfois des chapitres en forme bd. On va suivre un adolescent dans une salle de colle, entouré de différents camarades, dans une boucle temporelle (donc on rejoue les scènes plusieurs fois d’une manière différente). Ellipses. Le début du film montre une séquence puis retourne 24 heures avant.

MESSAGES

École

On nous montre les interactions qu’il peut y avoir dans une école, et plus spécifiquement dans une salle de colle. Il ne faut pas espérer beaucoup de réalisme, les écoliers ont l’air d’être de jeunes adultes qui atteignent presque la trentaine, et on joue beaucoup la carte banlieue. Les enseignants sont franchement dénigrés (ou en tout cas le pion ou le surveillant), on nous les montres agressifs, pleurards, et même consommant de la drogue. On fait le gag que l’endroit où se trouve le lieu de colle est le bâtiment D comme débile, et qu’il est en très mauvais état. Injustice. Le héros se fait injustement condamner à des heures de colle (un prof utilise n’importe comment son autorité).

Harcèlement

On voit un grand embêter un plus petit, et durant tout le film personne ne réagit vraiment, ce ne sera qu’à la fin qu’on va nous faire comprendre que celui qui embête veut surtout être pote avec l’autre (on y croit moyennement), surtout vu la différence d’âge. Sous forme de gag, le héros utilise le contenu du portable de son camarade pour se moquer de lui.

Tolérance

Si la majeure partie du film est bien stéréotypée, avec des personnages qui ont chacun leur propre style (l’activiste, la Bimbo, l’intellectuelle, le frimeur beau gosse, le caïd, la garçon manqué…), la fin du film nous montrera que le héros va mieux les comprendre et modifier la manière de les regarder. Respect. On critique l’enseignant qui ose faire un gag sur la femme de ménage, la dénigrant, il est bien repris par les élèves.

Intérêt pour l’autre sexe

Drague. Un garçon est amoureux d’une fille, mais elle ne se montre vraiment pas intéressée, il va tenter différentes approches. Couple. Des personnages vont trouver l’amour et se mettre en couple à la fin du film. Sexualisation de personnage. Une scène avec une infirmière sexy qui met bien en avant son décolleté (elle va même montrer ses seins, mais ils font peur car ce sont ceux d’une très vieille femme). On voit comme le héros regarde les lèvres de la fille qu’il apprécie. Timidité. Ne pas oser dire qu’on est intéressé par une demoiselle. Ne pas être à l’aise pour causer. Couple mixte. Le garçon blanc est intéressé par une fille noire.

Temporalité

Une histoire de boucle temporelle, avec un garçon qui se retrouve à ne plus pouvoir quitter la colle dans lequel il se trouve, et cela à cause d’un vœu qu’il a fait sur un site internet.

La colle

La colle

Multiculturalité

Exemple d’une société avec beaucoup de nationalités différentes (exemple de la banlieue française).

Littérature

Un film qui met en avant la bande dessinée. Avec un jeune qui se montre dessinateur et une demoiselle qui apprécie beaucoup de lire les bd. Artistique. On voit que le héros peut se mobiliser pour faire une belle bande dessinée, grâce aux conseils de Leila.

Adolescence

Avec les différents stéréotypes qui vont avec cette période de vie.

La colle

La colle

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

En dehors de la scène avec le chien, il n’y en a pas.

Malaise

Benjamin signe sa feuille de colle et quand le prof la reçoit, il est très suspicieux sur la signature. Le professeur qui surveille les élèves est souvent très risible, il se montre agressif en lançant des choses sur les élèves, il se fait larguer par sa femme et commence à déprimer, va jusqu’à offrir le cadeau qu’il avait prévu pour son épouse à une élève (une paire de menottes et un vibromasseur). Un jeune dit à l’enseignant qu’il n’a pas de portable, quand il en tient un dans les mains et qu’il regarde un film. Benjamin en a assez, il se donne des baffes (le professeur va aussi lui en donner). Dans un des retours en arrière, le héros tue un des surveillants avec un pistolet à électricité qui tombe inerte au sol. Malgré ses efforts, Benjamin ne parvient pas à séduire Leila, elle part toujours avec le beau du groupe. Les garçons font le concours de celui qui pisse le plus loin (et une fille se met dans l’équipe et gagne). Ils droguent l’enseignant qui va se mettre torse nu. Benjamin qui défend le petit garçon qui se fait embêter par un plus grand va se faire frapper sauvagement, il a son visage ensanglanté. Benjamin va voler le portable de Max pour y découvrir ses secrets pour l’embêter. Triste histoire de Leila qui a fait exprès d’être collée pour avoir un lieu tranquille pour travailler (vu que c’est compliqué à la maison). Un vilain camarade prend les planches de bande dessinée et les jettes à l’extérieur où il pleut, Benjamin est dévasté et tente de les récupérer.

Moquerie

On se moque d’un des jeunes qui ne parle pas correctement français. Un grand pose de force une perruque sur la tête du petit et lui dit que c’est une Claudette (et le traite souvent de Crevette). Le prof se fait baffer, attacher et péter dessus, les élèves font de plus en plus n’importe quoi.

Sexualité

On nous montre un vibromasseur et des menottes à utiliser dans la chambre à coucher. Tu la chopes dit-on au sujet de la demoiselle. On peut traiter des camarades de transsexuelles, et de putes. La jolie infirmière va ouvrir sa tunique pour montrer ses seins (et le gag c’est que ce sont des seins de femme très âgée).

Visuel effrayant

Un petit chien saute à la gorge de Leila et finit par la tuer, heureusement Benjamin change le cours du temps et la sauve (un instant il délire et la voit à côté de lui avec la gorge arrachée).

Santé

Drogue. L’enseignant demande à son élève du shit. Un professeur prend des produits stupéfiants (et Benjamin le fait chanter avec des photos, et lui demande sa drogue).

VOCABULAIRE

Beaucoup de vulgarité (je te nique ta mère, trou du cul, ta gueule, salaud, putain, défoncer…) (le héros peut dire « Ferme ta gueule » au professeur).

Même si la fin du film nous montre que les personnages ont pu évoluer, les clichés nous accompagnent tout le long du film, ce qui est moyen pour un enfant qui peut plus facilement se les approprier (un ado va seulement se moquer de ce qu’ils représentent).

Ce que disent les autres : Chez Filmage, l’âge légal est 12 ans et le conseillé 14 ans « Insultes et gros mots, humiliations, coups et blessures, allusions en-dessous de la ceinture et caricature maladroite de l’institution scolaire, cette comédie peine souvent à garder mesure et dignité. Cependant, sur la fin, une touche de bon sens tente de sauver la mise en remettant, comme par magie, chacun des protagonistes sur le droit chemin. Le scénario nous apparaît comme compliqué pour un jeune public. ». Un article plutôt critique ici et un article plutôt critique ici.

Partager cette page :

Lost Password