La Belle et le Clochard 2 : L’Appel de la rue  est un film d’animation de 2001. Petite introduction chantée où on revoit tous les personnages du premier film. Dans la chanson où Scamp veut être libre, on le voit s’imaginer se promener en dehors du jardin. Il y a aussi une sorte de flash-back quand est raconté le mythe du Clochard.

MESSAGES

Le monde de la rue peut être tentant

Il y a plus de liberté, on peut y transgresser des interdits, on peut s’y sentir fort et s’émanciper. Mais il y a le risque de devenir une canaille, il faut savoir choisir ses valeurs.

Relation au père

Intéressante relation entre un père et son fils (le Clochard qui a pu vivre ses expériences de chien errant veut que son enfant se tienne bien tout de suite et soit adapté à la vie de salon). Un film pour travailler la relation au père. Père qui finalement se dit qu’il était trop sévère et qu’il pourrait aller hurler à la lune parfois avec son fils.

Importance de la famille

On peut toujours compter sur la famille. On y est important, on y reçoit de l’amour, de la protection.

Intérêt pour l’autre sexe

Avec l’entrée dans l’adolescence, la découverte de l’amour (la chose la plus importante au monde). On découvre qu’on peut plaire parce que l’on est gentil, le fort n’est pas sacralisé. On découvre aussi que quand on est en couple on perd son autonomie, on devient plus casanier (mais c’est plutôt le papa qui vit ça).

Surprotection

L’enfant ne doit pas être surprotégé. Il a besoin de faire ses expériences, tout en étant soutenu par le père (la mère est ici peu présente). L’extérieur est plus adapté qu’un salon pour un jeune chiot.

Éducation stricte

Face aux bêtises, il y a sanctions. Une discipline ferme et des chaînes pour devenir responsable. La fourrière permet de se rendre compte que l’on va dans une mauvaise direction. Punition.

Critique des mises en danger

Il n’est pas sans risque de vouloir frimer et « assurer » dans la rue. Pour être intégré dans la bande, il faut faire quelque chose de dangereux (ici, c’est voler quelque chose à un chien dangereux). Fréquentation

Critique des dégâts

Valorisation de la casse, dans la rue on peut détruire les choses et c’est fun.

Aider les autres

Ce sont les méchants qui ne pensent qu’à eux.

Stéréotype

Le monde de la rue est dangereux, les parents savent pourquoi il ne faut pas laisser leurs enfants y traîner. Mauvaises fréquentations, risques de bêtises. Si les filles de Belle sont des petites bourgeoises coincées, celle qui vit dans la rue est indépendante, sportive, dynamique et elle ne se laisse pas faire.

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Il y a des scènes où Scamp risque sa vie (sous les roues de voitures, piétiné par un cheval et surtout écrasé par un train). Avec une fausse mort à la fin, on ne sait pas s’il a survécu à sa chute dans une rivière. – Dans une histoire racontée, dans la nuit, impression d’ombre, le Clochard se fait attaquer par les hommes de la fourrière.

Méchant chef

Buster est un chef de gang qui s’est senti trahi quand Clochard l’a abandonné au profit de Belle. Il prône l’individualisme et utilisera Scamp pour se venger. (avec une grosse trahison à la fin).

Peur

Un gros chien s’en prend deux fois à Scamp (et il a de grosses dents).

Tristesse

Scamp choisit d’être sauvage et libre et s’en prend à sa famille en volant un poulet.

VOCABULAIRE

Classique

Un film pour les petits qui doivent apprendre à gérer leur besoin de jouer au gros dur. Cette histoire de chien peut tout à fait se transposer dans le monde des humains, avec les familles bourgeoises et les gangs dans la rue (mais c’est moins cliché avec des chiens).

Partager cette page :

Lost Password