Klaus est un dessin animé (fait en images de synthèse, mais avec un rendu plutôt classique) sorti en 2019 sur Netflix. Il peut y avoir des ellipses. Si on suit particulièrement le postier, il va y avoir de petites histoires en parallèle. Retour en arrière pour expliquer l’histoire de Klaus.

MESSAGES

Noël

Un film qui nous montre comment s’est installé le mythe du père Noël. On voit les petits éléments qui ont façonné son histoire (passer par la cheminée, rennes volants, les enfants sages…).

Deuil

Un vieil homme souffre d’avoir perdu sa femme, il se renferme sur lui-même. Pour se sortir de son malaise, il faut penser aux autres, fonctionner dans la société. Mort. Le héros principal de l’histoire était déjà bien vieux, avec une forme d’épilogue qui nous montre le futur, on va le voir très vieux et comprendre qu’il va mourir. Vie après la mort. Il y a une sorte de vent qui semble être la femme de Klaus, et on comprend à la fin que Klaus est mort, mais on ne retrouve pas son cadavre, pour lui il s’est passé quelque chose de magique qui fait qu’il est devenu le père Noël, et qu’il n’est peut-être pas vraiment mort (surtout que Jesper semble l’attendre à la fin).

Dispute

On critique les conflits de voisinage. On nous montre un village avec deux familles qui se font la guerre, cela pollue les relations, crée de l’agressivité. Tolérance. Importance de pouvoir fonctionner avec un autre camarade, même s’il est d’un autre clan. Écouter ceux qui viennent d’ailleurs (en plus un étranger peut être bien utile quand il amène sa famille pour nous aider). Agressivité. Certaines personnes ont plus de peines que d’autres de changer, ce sont les leaders des deux familles qui veulent continuer le conflit.

Consommation

On fait plaisir à l’autre en lui offrant des jouets. Même si le film est pensé pour mettre de jolis messages en avant, c’est ici surtout l’envie d’avoir qui motive les enfants à être plus gentils (et en plus il ne faut pas oublier la pièce pour affranchir la lettre).

Égoïsme

Ne pas penser qu’à soi (on critique un jeune homme gâté et paresseux). On nous montre un postier égoïste qui agit que pour ses intérêts personnels. Il sait utiliser les autres pour obtenir ce qu’il veut, il sait manipuler les gens. Altruisme. En découvrant l’autre, en l’appréciant, on peut vouloir l’aider, faire des choses pour lui, sans vouloir des choses en retour. Revalorisation des actions désintéressées. Récompense. Même si on n’attend rien en retour, faire de bonnes actions va permettre de recevoir aussi du bonheur. Mensonge. Être honnête avec ses amis, ne pas les tromper (on voit comme Jesper se sent mal de ne pas leur dire ce qu’il a comme projet).

Klaus

Klaus

École

Importance de savoir écrire, apprendre à l’école. L’école permet aux enfants d’être mieux éduqués (quand ils ne font qu’à s’amuser à l’extérieur, ce n’est pas bon). On va nous montrer la motivation d’une enseignante qui est prête à débourser de sa propre poche pour que les enfants soient en classe dans de bonnes conditions.

Enfance

Importance de prendre soin des enfants. Importance de les écouter. Éducation. Pour qu’un enfant soit gentil, il doit être entouré de personnes qui fonctionnent bien (on peut aussi utiliser de petites pressions si besoin, comme l’histoire de la liste des enfants sages du père Noël).

Travail

Importance d’arriver à s’impliquer dans son boulot. Devenir un homme. Imposition familiale. Un fils de postier va devoir perpétuer la lignée, avec un père qui demande qu’il puisse prouver ainsi sa valeur et mériter son héritage.

Tradition

On critique les traditions quand elles enferment les personnes dans un rôle (comme depuis toujours, aussi loin que l’on se souvienne les familles se détestent, il faut continuer à se détester).

Riche

Les personnes qui ont trop de richesse se reposent sur leur statut et ne veulent plus faire d’efforts, n’arrivent pas à se débrouiller seules.

Rumeur

Intéressant de voir comment naissent les légendes, et comment les gens amplifient ou perçoivent mal les choses (c’est tout cela qui finalement va donner le mythe d’un homme capable de passer par les cheminées et qui distribue ses cadeaux dans un traineau qui vole dans le ciel).

Amitié

En se fréquentant, on peut commencer à s’apprécier.

Mariage

Quand on trouve la personne qui nous convient, on peut se marier.

Motivation

Si au début le postier était plutôt volontaire pour s’en sortir, il va vivre un moment de découragement. Persévérance. Il ne faut pas abandonner, car en s’activant on peut y arriver (il faut aussi tomber sur les bonnes personnes).

Klaus

Klaus

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Arrivée inquiétante dans une ville lointaine où un homme indique à Jesper, le nouveau postier qu’il doit sonner la cloche (mais quand il le fait, les habitants sortent avec des armes et se foncent dessus), le postier a bien peur. Un arbre et un rocher sont envoyés sur Klaus et Jesper, ils parviennent à éviter l’accident de justesse. Jesper voit des membres des deux clans partir en direction de la maison de Klaus avec des torches.

Malaise

On lui montre l’endroit où il va devoir habiter, c’est vétuste, il fait froid et il y a  beaucoup d’endroits avec des trous. Il y a une poissonnerie dans l’école, avec Alva, une institutrice qui n’a pas d’élève et qui frustrée tente de partir du village en vendant des poissons, on ressent une forme d’agressivité chez elle. Un enfant traite le postier de minable. Le postier est face à un homme qui a deux chiens à grosses dents qui vont le courser. Le postier passe par un chemin périlleux, ambiance brouillard. Il trouve une maison où il n’y a personne, l’ambiance est plutôt lugubre, il prend peur quand il voit dehors une personne avec une hache qui arrive, il se cache, des choses lui tombent dessus, un cafard sort de l’œil d’une poupée pas terminée, il prend peur, il angoisse en voyant l’homme de grande stature, car il a des armes sur lui, alors il fuit fuit sans demander son reste. Jesper décide de repartir. Effet d’éclair, il se retrouve face à l’homme imposant qui s’approche de lui. Le postier doit livre un colis, il ne rentre pas dans la boite à lettres, la maison est remplie de pièges et avec deux gros chiens à grosses dents qui foncent sur lui, il est envoyé dans la maison par l’homme, mais craint le propriétaire qui arrive avec un fusil et qui lui tire dessus. Le postier doit livrer ses lettres à Klaus qu’il craint être un tueur en série, l’homme est capable de briser du bois à main nue, on le voit faire un nœud à une corde, on craint que cela soit une corde de pendu. Des enfants qui s’amusaient ensemble sont séparés par un de leur parent, les familles leur expliquent qu’ils n’ont pas le droit de fonctionner ensemble. Le facteur ne prend pas le temps de s’intéresser à une petite fille qui ne parle pas sa langue, il ne l’écoute pas, elle est rejetée. La maitresse ne semble pas contente d’avoir des enfants qui auraient envie d’apprendre à lire. La maitresse utilise de ses précieux sous qu’elle avait économisés pour partir du village pour acheter du matériel aux enfants. Il reste quelques personnes qui ne veulent pas la paix dans le village, ils veulent chacun de leur côté s’en prendre au facteur qu’ils considèrent être celui qui a changé tout le monde. Jesper réalise qu’il n’y a bientôt plus de jouets. La petite fille étrangère réapparait, mais le facteur ne veut toujours pas s’intéresser à elle. Les deux clans ennemis se rencontrent en pleine nuit, on réalise qu’ils veulent se liguer contre le facteur. Klaus est en forêt, un étrange vent l’entoure, il se rend chez lui et a l’impression que c’est sa femme qui est derrière le rideau, c’est Jesper qui veut le motiver à créer des jouets pour Noël, il se permet d’enlever un drap qui dévoile un ancien souvenir (une référence à sa femme morte) au charpentier qui fait sortir le postier en lui criant dessus. Jesper tente de fabriquer un jouet pour une petite fille, mais il n’est pas adroit de ses mains et malgré son application ce sera plutôt raté. Jesper a pu livrer beaucoup de lettres, il est proche d’atteindre son but et de pouvoir quitter cet endroit, mais on voit que cela lui pose un problème de conscience envers ses amis. Le père de Jesper a été averti par les méchants chefs des deux familles, il est content de ramener son fils à la maison, mais Jesper est mal à l’aise. Les clans poursuivent Klaus et Jesper qui sont sur le traineau, ils veulent détruire les jouets, ils atteignent le sac quelques cadeaux tombent, la poursuite est trépidante, le traineau va glisser et tomber dans un précipice, Klaus tente de l’arrêter, puis Jesper qui risque de finir dans le précipice, et finalement tous les cadeaux vont finir au fond du ravin.

Tristesse

Triste histoire de Klaus et de sa femme qui ne va pas avoir d’enfants et qui va finir par tomber malade. Tous les amis de Jesper réalisent qu’il les a utilisés, ils sont déçus, ils ne croient plus en lui, il n’a jamais été capable d’une action gratuite. On voit le bateau où est monté Jesper partir, musique triste, la petite étrangère l’appelle, mais le bateau est déjà loin, elle pleure.

Banalisation de la violence

On nous montre toute les crasses que se font les voisins, c’est plutôt montré comme marrant, même on voit que ce n’est pas revalorisé dans l’histoire.

VOCABULAIRE

Classique.

Une histoire qui raconte comment un homme est devenu le père Noël, et surtout qu’il est important de ne pas penser qu’à soi. On critique l’égoïsme et on nous propose un film qui tourne autour de la distribution de cadeau (cela fonctionne pourtant pas mal). Au début les habitants sont méchants entre eux, un facteur va devoir faire face à différentes tensions, mieux vaut attendre 7 ans avant de voir ce film (et encore, il y aura des scènes tendues, et l’histoire est plutôt complexe). Cela explique d’une façon réaliste qui est le père Noël, en montrant que ce que l’on croyait magique ne l’est pas vraiment (mais cela reste magique à sa façon, un bon film pour Noël).

Partager cette page :

 

Vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

Lost Password