Kirikou et les Hommes et les Femmes est un film en images de synthèse de 2012. Suite du premier film, dans une animation qui lui ressemble, mais qui n’a pas un rendu aussi joli. On reprendra quelques intrigues (comme la suite de la case brûlée). Un conte est raconté dans cette histoire qui est souvent interrompue, ce qui complexifie sa compréhension. Cela peut être étrange pour l’enfant qui a vu la sorcière devenir gentille à la fin du premier film, de la revoir ici méchante.

MESSAGES

Travailler ensemble

Importance du groupe, du clan qui est solidaire dans l’adversité. Travailler ensemble, avoir une cause commune. Coopération.

Être bon, généreux

Aider les personnes dans le besoin, accueillir chez soi, soigner les blessures. Critique de l’égoïsme. On voit que l’adulte peut ne penser qu’à soi, profiter de la générosité de l’autre, qui ne laisse pas boire l’autre. Critique de ceux qui ronchonnent, qui sont désagréables.

Histoires racontées

Une Griotte va raconter une histoire, avec tout un cérémonial. Le grand-père de Kirikou est le narrateur du film qui est présenté comme une succession de conte. Transmission.

Force du faible

Héroïsme, courage, intelligence, authenticité même chez un petit qui n’est pas grand. Débrouillardise, trouver à manger et à boire dans la nature (l’utilité de l’ancien qui peut transmettre des informations ).

Intergénérationnel

Enfant et vieillard, plutôt que de s’agacer l’un l’autre, peuvent s’entendre. Entraide mutuelle qui permet de se découvrir, de s’apprécier. Transmission.

Crainte de l’étranger

On l’imagine plein de maladies, on le rejette. On va découvrir qu’il est comme nous et finalement l’apprécier (et même l’aimer, malgré sa différence de peau). On peut communiquer avec geste, dessin, apprendre une autre langue. Différences d’habits, en lien avec son environnement. Tolérance. Différence.

Égalité homme femme

Elles peuvent faire le travail d’un homme, réparer le toit. Critique de ceux qui ne veulent pas qu’une femme fasse de la musique.

Transmission

Recevoir la flûte de son père. Prendre conscience que l’on ressemble à son père.

Musique

Capacité de réunir les gens, même ceux qui sont méchants peuvent être touchés par elle. La musique apaise. Aptitude à faire un instrument (ici une flûte), se montrer performant en apprentissage. Bébé qui pleure. Tentative de la communauté à résoudre le problème, différents moyens qui ne fonctionnent pas. Une belle musique semble les calmer.

Alcool

Critique de l’abus d’alcool, on voit un vieillard ivre qui se met en danger.

Petits bonheurs

Plaisirs simples de l’enfance, danser sous la pluie.

Apparence

Stéréotype de la femme gentille qui est la plus jolie, tandis que la méchante est la « forte » (pensons grosse), de l’histoire.

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Crainte des villageois à la disparition du vieillard. Devoir approcher de domaine de la sorcière, ne pas être vu. Animaux sauvages. Un chacal qui attend que le vieux tombe de l’arbre, de l’arbre, il grogne, on voit ses dents pointues et son visage agressif. Une panthère va tuer le chacal, on peut craindre qu’elle attaque encore les héros quand ils descendent de l’arbre. Elle s’en prendra finalement à une petite fille, et se fait tuer par un coup de couteau tout en griffant son agresseur (on voit les marques de sang de la griffure).

Malaise

Beaucoup de scènes de nuit. Quelques apparitions de la sorcière, toujours impressionnante, mais moins agressive que dans le premier film.

VOCABULAIRE

Classique. Des chansons reprennent les exploits de Kirikou.

Nous découvrons une Afrique mythique. C’est peut-être utile d’expliquer que les gens ne vivent plus comme ça aujourd’hui. La poitrine des femmes est entièrement dévoilée, tous les enfants sont nus, ce qui a fait que ce film n’est pas exportable dans tous les pays. L’intrigue est moins effrayante que le premier, il ressemble plus au deuxième, avec une succession de contes.

Il existe un premier, un deuxième film (celui-ci est le troisième) et une sorte de documentaire animalier.

Partager cette page :

Lost Password