Khumba est un film de 2013 en image de synthèse. On suit plusieurs animaux en même temps. Ellipse. Conte raconté et visible dans une sorte d’image en négatif.

MESSAGES

Afrique

On tente de présenter un environnement réaliste, l’Afrique du Sud y est reconnaissable, avec des montagnes classiques (Koppie), le Grand Karoo, ou ses plantes typiques ou espèces locales (gnou, autruche, zèbre, pangolin, suricate) On peut un peu déceler derrière les animaux l’apparence humaine.

Quête identitaire

Besoin d’émancipation, de reconnaissance, avec un jeune qui part de sa tribu, il recherche ce qu’il croit lui manquer, des rayures, il va apprendre bien plus, courage, persévérance, et différents liens à l’autre. S’accepter soi-même. Khumba qui n’a pas toutes ses rayures, va réaliser qu’il est bien comme il est.

Vivre avec des différences

On nous montre différentes expériences autour d’une forme de handicap, avec Phango léopard né aveugle d’un oeil, devenu méchant, car rejeté; il a développé son odorat pour compenser, et même après s’être vengé, il continue à semer la terreur. Un aigle noir (plutôt blanc), qui ne veut pas être vu et qui vit en solitaire. On voit différents moyens de compenser, la débrouillardise du chien sauvage, se vivre en artiste incompris pour l’autruche. Tolérance. Accepter la différence.

Ouverture sur l’autre

On critique ici l’égoïsme, ceux qui profitent de leurs privilèges et n’acceptent pas les autres (que cela soit les zèbres qui ne laissent pas accéder à leur point d’eau, ou la vieille folle brebis qui ne laisse pas boire dans son puits). Bon contraste avec l’accueil des habitants du point d’eau protégé par des clôtures, content de recevoir de nouvelles personnes. Prendre soin de l’autre. Khumba veut aider l’autre, donner le peu d’eau qu’il a. On voit que des animaux protègent les autres. Importance du clan. Beaucoup de personnages sont exclus, l’autruche a été mise à part, la gnou a besoin de ne plus penser à sa vie de famille passée, le chien sauvage ne fait pas partie de sa horde, le léopard a été banni, à la fin tous les animaux se réunissent, on réalise bien comme on a besoin des autres pour vivre. Exclusion sociale. Ostracisme. Rejet. Difficulté de vivre avec le sentiment que les autres ne nous apprécient pas. Vouloir intégrer une communauté. Protection. Se créer un espace sécuritaire, mais ainsi se couper des autres.

Charlatan

Critique des superstitions. Pour se rassurer, pour expliquer des choses que l’on ne comprend pas, on invente des superstitions. On fait croire que Khumba est responsable de la pluie qui ne tombe plus. Pouvoirs prétendus surnaturels de Phango, prédiction, chez les léopards ils croient qu’un zèbre demi-rayé mangé rend puissant. Point d’eau soi-disant magique où l’on peut récupérer des rayures. Potions de charlatan qui peuvent tout faire. Groupe de marmottes qui ont beaucoup de principes sacrés, on réalise que c’est pour se protéger de leur prédateur. Religion.

Réussite

Sous des airs d’accepter les autres, ce film dénigre pas mal de personnages, nous les découvrons stupides, risibles. Et finalement pour être intégré, il faut réussir de grandes choses, ou aimer jouer au football, dommage

Amour

Recherche de l’homme idéal, on laisse bien entrevoir que les beaux sont avec les beaux et qu’il y aurait des moches qui vont avec des moches. Être séduit par l’apparence, le sportif qui fait le beau, mais qui n’a rien dans la tête. Ce thème est juste en arrière fond, pour alimenter le lien entre les personnages, il n’est pas mis en avant dans ce film qui est plutôt pensé pour le préadolescent qui se cherche.

Culpabilité

La Gnou souffre de n’avoir pas pu sauver son enfant, un traumatisme que l’on saisit qu’à travers quelques allusions.

L’union fait la force

On aurait pu penser que la communauté aurait pu aider Khumba, mais c’est seul qu’il a dû faire face au danger finalement, les autres n’étaient présents qu’en spectateur.

Mauvaise fréquentation

Il faut se méfier de certaines personnes, Skalk le chien sauvage tente d’arnaquer le petit zèbre.

Deuil

On réalise que la maman, suite à la naissance de Khumba reste alitée et tousse, elle est faible. Après avoir raconté une dernière histoire que son fils a mal interprétée, elle meurt. Un épisode qui ne sera pas vraiment exploité dans l’animé, dommage.

Monde dur

On voit des animaux qui souffrent de la faim ou de la soif. Avoir de quoi manger est une de leur préoccupation, mais la nécessité d’être bien avec eux-mêmes est plus importante que tout.

Liberté

Rechercher un espace naturel, ne pas vouloir être enfermé dans un parc, à devoir faire les beaux. Protection des animaux.

Stéréotype

Les personnes fortes n’ont pas grand-chose dans la cervelle (que ce soit le frère zèbre sportif ou la bande d’antilope.

Dispute

Problématique de la dispute avec la meilleure amie.

Khumba

Khumba

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Un animal sauvage apparaît, on le sent menaçant. Le léopard risque de pouvoir rentrer dans l’enclos, c’est une question de seconde avant que le mur soit refermé, mais même à l’extérieur il fait peur à tout le monde, voix caverneuse, menace. Des chiens sauvages veulent manger des animaux, on les voit tenter de croquer le zèbre ou Mama V, femelle gnou. Le léopard va s’en prendre au chien sauvage, pour se sauver celui-ci n’hésite pas à vendre la vie. Un fusil sort d’un véhicule on craint pour la vie des animaux, c’est une fléchette qui touche l’autruche, cela va l’endormir, les véhicules se dirigent tous vers le zèbre, ils en ont après lui, il fuit, musique stressante, il est finalement encerclé et mis en cage. Des marmottes se mettent ensemble pour jeter l’autruche en bas de la falaise. Le léopard fait peur aux amis de Khumba pour leur faire dire où il se trouve. Le jeune zèbre tombe assoiffé dans le lac salé, il n’a plus de force, il risque de mourir. Poursuite dans l’obscurité « je vais te savourer très lentement ». Peur en sursaut, quand on imagine que le léopard est noyé dans l’eau, il surgit pour s’en prendre au zèbre, nouvelle confrontation, on verra bien une lacération à coup de griffe. Khumba tombe, immobile au bord de l’eau, tout le monde le pleure, on le croit mort.

Malaise

Communauté qui se moque du petit qui vient de naître, ils l’appellent demi-zèbre. On voit une bande qui rit de loin. Khumba qui se dispute avec la seule amie qu’il a. « Il dévore ses proies alors qu’elles sont encore le coeur qui bat, il se nourrit de leur peur ». Arrivée dans une ferme abandonnée, musique stressante, on voit qu’il y a quelqu’un derrière la fenêtre. Khumba doit aller dans la tanière du léopard, c’est sombre, on voit des squelettes au sol, c’est effrayant, l’animal sauvage guette le jeune zèbre, on sent bien la menace, mais lui ne s’en rend pas compte.

Visuel effrayant

Différents moments avec le léopard, plutôt impressionnant avec son oeil crevé.

Tristesse

Mort de la mère de Khumba.

VOCABULAIRE

Parfois un jeu jeune, pour se donner un genre.

Ce n’est pas un gentil animé avec de petits animaux, les malaises sont fréquents (entre la peur d’un prédateur et les souffrances existentielles, ce n’est pas à conseiller aux plus jeunes). Mais cela reste un animé intéressant qui tourne beaucoup autour de son thème du rejet, de la différence, beaucoup d’animaux vivent l’exclusion, et l’on voit bien différentes problématiques.

Partager cette page :

Lost Password