J’ai perdu mon corps est un film d’animation de 2019. La technique d’animation est la rotoscopie , avec des images animées avec des formes très réalistes. On voit parfois des effets de synthèse dans le film, mais cela se marie plutôt bien avec l’animation. On joue avec des retours en arrière et une temporalité qui ne semble pas vraiment linéaire. L’enfant du début du film devient vite un jeune adulte. Il va se passer différentes choses en même temps (on va suivre l’histoire de Naoufel et celle de sa main).

MESSAGES

Romance

Un moment plutôt relationnel où le jeune garçon parle à une fille à travers un interphone. Espérer changer un quotidien à travers l’autre. Drague. On le voit motivé à la revoir, il l’a cherche dans l’annulaire, puis dans son lieu de travail. Tout n’est pas facile dans la conquête de l’autre. Timidité. Mais il n’ose pas l’aborder.

Quête identitaire

Trouver sa voie, son chemin (autant pour une main qui semble perdue, qu’un jeune homme qui doit trouver comment s’insérer dans cette société). Notre futur est en lien avec notre passé dans ce qui se joue au présent, on doit pouvoir faire face à ce moment. Se décentrer. Une vision du monde à ras le sol, et cela fait partie de notre monde (et finalement le voyage de cette main peut être lue à travers des étapes de la vie).

Se dépasser

Rencontrer une fille et vouloir montrer que l’on n’est pas qu’un simple livreur de pizza raté (commencer un apprentissage et commencer à lire). Ne pas se laisser décourager. Oser faire un pas de côté, sortir de sa destinée, importance de repasser maître des choses.

Oser agir

Prendre sa vie en main. Persévérance. Lorsque l’on a l’opportunité de faire quelque chose qui nous permet de changer un quotidien désagréable, faut le faire.

Temporalité

On joue avec le temps, on nous renvoie du son de ce qui s’est passé il y a longtemps. Les moments sont importants, le temps avance, mais peut aussi réapparaitre lorsque l’on y repense. Un moment où le son va permettre de revivre un moment du passé. La mémoire. Un personnage ancré dans le passé.

Deuil

Difficile de vivre avec la mort de ses parents, on voit ici que cela peut déjà changer entièrement la vie d’un enfant. Importance de ne pas rester dans son passé (on va voir comme Naoufel va finalement laisser tomber les cassettes audio précieusement gardées). Souffrance. On peut voir comme l’existence peut parfois ne plus laisser d’espoir à un jeune, on peut craindre qu’il se mette en danger et se suicide. Mais la souffrance permet aussi d’avoir besoin de ressentir des émotions et se dépasser. Suicide. Importance de croire en soi, de se sentir encore vivre, même après des évènements compliqués. Nécessité d’avoir une personnes qui nous reconnecte au monde (ici une fille convoitée). Perte. En dehors de la disparition des parents, la perte de la main est clairement une souffrance chez les personnages à la fin du film, mais il parviendra à la surmonter, même si cela fait ressurgir d’autres pertes.

J'ai perdu mon corps

J’ai perdu mon corps

Famille

Parents aimants. Dans des images en noir blanc, on nous révèle les interactions qu’un enfant peut avoir avec sa famille, on voit les parents bien attentifs à lui, favoriser ses apprentissages. Puis à la disparition des parents, sa vie deviendra plus compliquée (il sera accueilli par un oncle, mais va resté coincé dans son passé).

Poétique

Ce film laisse une impression poétique certainement en lien avec la musique, le peu de paroles, mais aussi l’alternance entre l’histoire fantastique de la main qui se déplace seul et à l’espoir d’un lien amoureux. Différentes couches temporelles qui doivent nous faire voyager. Son. Beaucoup de choses se passent par le son, que cela soit la musique ou certaines paroles (la rencontre entre Naoufel et Gabrielle).

Travail

Les rêves de l’enfance ne correspondent pas forcément à ce que l’on va vivre (Naoufel livre des pizzas, ce n’est pas un travail très intéressant), on le voit se faire critiquer par son patron pour les retards. On lui conseille de changer de travail. Il va changer sa vie. Apprentissage. C’est bien de se former pour apprendre à faire quelque chose de ses mains.

Conscience du corps

Des retours en arrière nous montrent comme la main peut être un élément de notre identité. On ressent plutôt bien le tactile dans ce film. Le sentiment de vivre les choses (y compris avec cette attention aux sons). Sensation. La main ne parle pas, mais elle va nous faire ressentir.

Vieillesse

On nous montre un homme plein de connaissances pratiques qui va transmettre son savoir-faire. Maladie. On entend le vieil homme tousser, on peut craindre qu’il soit malade, ce qui est le cas. Ce n’est pas plus abordé que cela, mais la mort n’est certainement pas loin, ce qui crée des tensions chez la nièce de l’homme, qui s’inquiète pour lui.

Fête

Une soirée où on boit, ou on fume, avec ambiance hip-hop. On peut devenir plus agressif avec la boisson alcoolisée.

Livre

Gabrielle est une bibliothécaire, elle va amèner Naoufel vers les livres. Littérature. Ce film est adapté d’un livre de Guillaime Laurant.

Danger

La main va vivre différents dangers, et les dépasser, survivre, faire face.

Paris

Une vision de cette ville bien actuel et réaliste (mais parfois dans une perspective à ras le sol).

J'ai perdu mon corps

J’ai perdu mon corps

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

La main inconsciente est dans un chéneau, un pigeon veut la pousser hors de là, et on craint qu’elle ne tombe de bien haut. Elle parvient de justesse à se raccrocher au cou de l’animal qui se débat, casse ses œufs, puis il finit par briser le cou du pigeon qui va tomber, la main tente de remonter s’accrocher au chéneau, mais finit par tomber. La main se trouve dans un container, les éboueurs arrivent, on craint qu’elle ne finisse dans le camion écrasé, elle s’accroche, mais fini par y tomber, tout est compressé, on y retrouve le pigeon mort, mais la main a survécu. La main semble bien ensanglantée et finit par tomber entre les rails d’un métro, elle se fait lécher par des rats qui font la morte, elle se fait attaquer, tirer pour être dévorée, mais elle parvient à allumer un briquet qui éloigne les animaux. La main tombe dans de l’eau glacée, elle tente de s’accrocher à différentes choses, mais est emportée par le courant, c’est finalement un chien qui l’attrape avec une balle entre ses crocs. La main suspendue à un parapluie se dirige vers une route chargée, elle risque de se fracasser contre des voitures. Le moment de l’accident qui va provoquer la mort des parents de Naoufel, c’est plutôt impressionnant et réaliste.

Malaise

Le début du film nous montre un jeune homme à terre, il y a du sang sur le sol, il semble avoir subi quelque chose de violent. Frigo avec un oeil qui tombe et glisse au sol, une main qui est dans un sac plastique et qui en sort, elle se traine au sol, il y a quelqu’un qui passe dans le couloir, on craint qu’elle soit repérée. On voit que cette main n’a pas encore toutes ses facultés pour se diriger, un homme arrive dans la pièce, on craint qu’elle soit découverte, va avancer vers la fenêtre, l’homme va la trouver, mais il écrase l’œil et cela le retarde, la main se retrouve sur le bord d’une fenêtre et doit sauter pour aller plus loin, on craint qu’elle ne s’écrase au sol. On comprend que l’enfant qui avait une sympathique vie avec ses parents se retrouve à leurs funérailles après un accident de voiture. Elle se cache dans une boite de ravioli, il y a du rouge qui tombe, on peut craindre que ce soit du sang. Un homme monte les escaliers complètement saouls. Le garçon a un petit accident de la route qui fait du dégât avec le scooter, il est bien embêté. Le jeune garçon livre une pizza, il est en retard, il se fait critiquer. Le garçon qui avait enfin réussi à parler à la demoiselle a son téléphone qui est arraché. La main est couverte de fourmi. Naoufel n’ose pas aborder Gabrielle, il va la suivre, mais finit par la perdre de vue. Il fait croire qu’il est intéressé à un apprentissage juste pour être proche de la fille. La main se fait chasser par un aveugle qui lui donne des coups sous un piano. Naoufel part de chez lui, il remercie l’homme qui l’a accueilli à la mort de ses parents. On entend le vieil homme tousser, on peut craindre qu’il soit malade. De nuit il y a une personne avec un masque de pigeon sur les toits. Naoufel n’est pas content de voir son cousin tourner autour de Gabrielle. La jeune fille arrive de nuit chez Naoufel, on ne sait pas ce qu’il veut lui montrer. Naoufel ose avouer qu’il était celui qui lui avait parlé à l’interphone, elle est fâchée et part en le traitant de con. Il veut démolir l’igloo qu’il avait construit. Il boit une bouteille d’alcool. Étrange astronaute au bord de l’autoroute. Naoufel ne se sent pas bien, il boit de l’alcool dans une soirée, il se bat avec un homme qui lui crache dans son verre. Étrange séquence en noir blanc avec un animal au bord d’une route et une mouche. On voit Naoufel fatigué utiliser les machines pour couper le bois, avec une mouche qui le dérange, on sent bien qu’il va y avoir un accident. Naoufel n’ouvre pas sa porte à son maitre d’apprentissage qui lui amène les papiers de l’assurance. Gabrielle arrive dans la chambre de Naoufel, il n’y est plus, il lui a laissé le livre qu’elle lui avait prêté, il reste sa main cachée dans le placard qui crée un igloo avec du sucre, ça permet à la demoiselle de tenter de retrouver le garçon sur le toit, on voit qu’elle est bien haute (on peut craindre un suicide), elle trouve l’appareil enregistreur abandonné dehors par Naoufel, il y a laissé un message, était prêt à se suicider, puis repart en arrière.

Visuel effrayant

Le rythme du film nous renvoie à ce moment où le jeune garçon va se retrouver avec la main coupée, on voit la lame et le sang, et la main qui tombe inerte à terre, c’est plutôt dur.

Santé

Alcool. On nous montre une soirée où Naoufel va boire (cela le rend d’ailleurs agressif, il finira la soirée en bagarre). Cigarette. Un des jeunes fume.

VOCABULAIRE

Parfois vulgaire (putain, bordel, tu te fous de ma gueule, chier, pauvre con). Une musique bien présente.

Un film qui parle des ressentis et qui parvient à nous les procurer. Une certaine poésie dans une histoire fantastique d’une main qui doit retrouver son chemin. Un film sur le deuil, la persévérance, l’amour et l’idée que l’on doit tracer son chemin sans vouloir se suicider à la fin. Un film qui n’est pas spécialement pensé pour les enfants, la temporalité est complexe et les thèmes ne sont pas vraiment pour eux (sauf si vous avez vraiment besoin de traiter du suicide ou du deuil).

Ce que disent les autres : ici, une présentation du film. Ici un avis positif.

Partager cette page :

 

Vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

Lost Password