Histoires comme ça

Histoires comme ça

À partir de 6 ans

Histoires comme ça est une série de 2008. Dix petits films d’animation en images stylisées, dans différents tons qui peuvent faire penser à de l’aquarelle, avec une impression de matière dans les textures, avec plusieurs niveaux de superpositions. On peut avoir l’impression d’un effet de papier découpé filmé en image par image, même si tout a été fait par ordinateur.

MESSAGES

Création du monde

On revisite avec poésie, en forme de conte, la création du monde en racontant les temps des « tout premiers commencements », quand rien n’était fixé ni fini.

Explication du monde

Conte étiologique. On tente de répondre à des questions. Explications sur l’aspect de différents animaux sous forme de conte, autant dire que ce n’est pas scientifique (pourquoi la grosse baleine ne peut manger que des petits poissons, d’où viennent les Tatous, pourquoi le crabe à des pinces, d’où vient la peau plissée du rhinocéros, explication autour de différents pelages).

Imagination

L’enfant est confronté à une histoire qui n’est pas vraie, il pourra réaliser qu’on peut imaginer des choses, que c’est magique de pouvoir inventer des causes et effets sans que cela soit considéré comme un mensonge.

Différents messages

En fonction des épisodes, on nous rend sensible à des thèmes (nécessité d’évoluer pour survivre, avec les animaux qui ont un pelage qui leur permet de se cacher. La question du sauvage ou de l’apprivoisé, qui passe beaucoup par la relation à la femme. Importance de l’apprentissage, ne pas se mélanger les neurones, et les choses ne sont pas toujours compréhensibles. Il faut être gentille avec son mari. Apparition de l’alphabet).

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Des personnages, souvent des animaux peuvent risquer de se faire manger. Musiques parfois tendues, la voix d’un guépard peut impressionner.

Malaise

Les images peuvent paraître étranges pour les plus jeunes.

VOCABULAIRE

Classique, avec un narrateur masculin qui explique ce qui se passe. Des traits d’humour linguistique pas forcément compréhensibles par les plus jeunes.

Un bon moyen de discuter des représentations de choses avec l’enfant. Un graphisme peu conventionnel, stylisé qui ne plaira pas à tous. Les histoires de Rudyard Kipling sont fidèlement reproduites et ont le charme des choses mystérieuses (il y a bien les 12 nouvelles, car deux épisodes comportent deux histoires).

Partager cette page :

Lost Password