Gang de requins est un film en images de synthèse de 2004.

MESSAGES

Intérêt à l’autre sexe

Bien choisir son amoureuse. Différents types de femmes. On nous montre l’exquise Lola qui n’apprécie pas les faibles et pauvres poissons, une vraie vamp juste intéressée à se maquer avec le plus fort. Angie la sympathique amoureuse est considérée comme une amie par le garçon qui va devoir le temps du film pour saisir que c’est elle qui est l’élue de son coeur, parce qu’avant il va être obnubilé par la beauté. Apparence. Rechercher la beauté intérieure.

Vantardise

Critique du barouf, de la frime. Le mensonge peut amener dans des embrouilles. On va découvrir que quand on se crée une fausse personnalité pour plaire, ce n’est pas la meilleure des solutions.

Show–business

Le Hip-Hop et son monde de paillettes. Avec un héros qui espère la belle vie, casquette et médaillon en or. Les enfants parlent verlan et font des graphes. On ne critique pas vraiment ce style, il est même plutôt mis en avant.

Il ne faut pas se fier aux apparences

Un requin peut être gentil.

Tolérance

Accepter l’autre, même s’il est différent. On voit un vrai mec papa requin qui va finalement reconnaître chez son fils la capacité d’être différent et de pouvoir s’habiller en dauphin (une ouverture sur l’homosexualité ?).

Amitié

Critique de la vie des riches, avec paillettes, fête jet set et jolie poupée, quand c’est la vraie vie qui est importante, avec ses vrais amis.

Imposition familiale

Avec la difficulté d’assumer le métier de son père. Pression familiale, ne pas se sentir appartenir à son milieu.

Importance d’avoir un travail

C’est comme cela que l’on gagne son indépendance.

Différentes parodies

et surtout autour des clichés des films sur la mafia. Mais aussi parodie de la télévision, avec les informations présentées sous l’angle poisson, ou d’un enterrement.

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Oscar se fait attacher, une pierre à la queue. Enlèvement et menace sur la gentille copine. Un film qui joue avec la peur du requin. La première scène typique d’un ver de terre terrifié, avec l’ombre du requin qui avance contre lui, la musique des dents de la mer, les grosses dents. On va en voir tenter de manger du poisson.

Tristesse

Quand le cheval de mer sur lequel avait parié le héros tombe, et brise tous ses rêves de gloire. Quand sa gentille copine se sent rejetée. Un requin qui meurt par accident, on voit la détresse de son frère. Une crevette doit inventer une histoire triste pour ne pas être mangée.

VOCABULAIRE

Le langage peut être vulgaire (« qu’est-ce que tu foutais », « je me casse », « il y a de la meuf », « salopard »). Une musique typée hip-hop. On perd forcément de ne pas voir la version originale, car les poissons ont vraiment la tête des acteurs qui les doublent.

On peut facilement être allergique au héros et son rapport aux demoiselles, dans le style Will Smith période Bel Air en 100 fois pire. Des stéréotypes à la pelle. Autour des rasta-méduses, de l’Italien mafieux. Vous aurez votre dose de stéréotypes ethniques négatifs. Il peut y avoir des gags autour des pets ou des rots. Dommage, car l’idée qu’un requin accepte les penchants dauphins de son fils pouvait être une sympathique ouverture sur l’homosexualité.

Partager cette page :

Lost Password