Drôles de créatures

Drôles de créatures

À partir de 6 ans

Drôles de créatures sont sept courts-métrages d’animation rassemblés en un film en 2013. UNE AVENTURE RAYÉE (1960), des décors peinture naïve semi-figurative et des animaux simplifiés DIP DAP (2011), deux personnages principaux, bien définis, dans une animation sans décors (on nous montre ici un épisode d’une série anglaise). PILA (2006), mise en mouvement d’aquarelle, un peu dans une technique de papier découpé, mais avec un travail sur les flous et les liants qui apporte une atmosphère particulière à l’animation. FITTING IN (2011), décors sous forme de trait simple sur tableau noir, et animation de formes géométriques anthropomorphiques. CHAT ET CHIEN (2002). Animation en images de synthèse, mais qui crée une impression de différentes techniques (papier découpé, peinture, carton, …). KOSTYA (2012), technique de papier découpé. MA FIN HEUREUSE (2007). Animation de papier plié ou découpé

MESSAGES

UNE AVENTURE RAYÉE

Racisme. Importance d’accueillir l’autre, ne pas le laisser seul. Chacun est capable de bonnes choses, même ceux qui ne sont pas comme nous. Le film ne parvient pas à montrer l’intégration de la différence, car on ne peut être accepté que par quelqu’un qui est lui-même différent (intéressant de faire le lien avec le graphique de l’animé qui est tout en différents contrastes et qui met en scène ce thème à travers sa technique). Parents. Les parents doivent élever leur enfant et s’inquiéter qu’il aille bien. Amour. Qui se ressemble s’assemble. Soutien à l’autre. L’éléphant mis de côté réalise bien que certains ont des problèmes, et il est content de l’aider. Gentillesse. Il ne faut pas rejeter les autres, ça fait du mal.

DIP DAP

Découverte de l’autre. Apprivoiser quelqu’un de peureux. Faire attention de ce que l’on fait avec l’autre, les bonnes attentions se transforment en quelque chose de pire si l’autre n’est pas assez sécurisé. Vaincre la peur. On va réaliser que la peur c’est une question de perspective, il faut être à la place de l’autre pour la comprendre. Il faut être accompagné par une personne de confiance pour dépasser ses craintes, pour oser aller vers l’autre. Ne pas se fier aux inconnus. Il faut être accompagné d’un parent pour oser prendre la main de l’autre.

PILA

Apparence. Crique du besoin de faire de la chirurgie esthétique, il suffit d’être bien avec soi-même pour réaliser que l’on peut plaire aux autres. Estime de soi. Amour. Avoir de la difficulté à voir qui s’intéresse à sa personne. Compliqué de vouloir être aimé par ceux qui ne sont pas attirés par nous, autant chercher qui s’intéresse à sa personne plutôt que de tenter de ressembler à quelqu’un d’autre pour leur plaire. Ceux qui nous aiment apprécient même ce que l’on peut considérer comme nos défauts.

FITTING IN

Acceptation de l’autre. Une petite fille métisse est rejetée par les autres formes de sa classe. Pour modifier les aprioris des autres, il faut s’adapter à eux puis leur montrer que la différence permet de lier plutôt que d’exclure. Responsabilité. C’est à nous d’agir et de faire en sorte que cela fonctionne. Métissage. On ressent bien les questions identitaires d’une petite fille de faire partie d’aucun groupe et qui doit masquer certaines choses pour être accepté. Il ne faut pas renier une de ses cultures.

CHAT ET CHIEN

Quête identitaire. Conflit intérieur, avec un animé qui montre que l’on peut être chien et chat en même temps, et que nous devons avoir une conscience de soi, trouver une paix intérieure pour bien pouvoir fonctionner. Qui se ressemble s’assemble. Une personnalité complexe trouvera l’âme soeur en une personne qui a la même problématique que lui. On trouve toujours chaussure à son pied.

KOSTYA

Il ne faut pas se fier aux apparences. Un vilain squelette peut être sympathique. Urbanisation. On nous montre une ville sans contact, critique du stress, du téléphone portable, le seul lien est avec la télévision, les passants sont agressifs et se moquent du malheur du squelette, les voitures klaxonnent une vieille dame qui traverse la route. Bonté. On nous montre différents exemples de bienveillance. Sens de la vie. Nécessité de trouver sa place, être accepté. C’est une histoire un peu pathétique, avec une fin où le don de soi est mis en avant (oui si son crâne sert à recueillir un nid, on peut être heureux).

MA FIN HEUREUSE

Simplicité de la vie. On peut apprécier faire des choses simples, jouet et être heureux. S’aimer soi-même. Un chien qui apprécie jouer avec sa queue est déjà un chien qui se contente de soi-même. Importance de l’amitié. Après être content de soi, on peut passer au lien à l’autre, et se trouver un ami, ce qui comblera vraiment le besoin relationnel.

SCÈNES DIFFICILES

Mise en danger

KOSTYA. Un squelette sort d’un trou, son allure est inquiétante, on ne sait pas encore qu’il est gentil. MA FIN HEUREUSE. Le chien s’est déchiré en courant après un chat, on peut craindre qu’il soit très blessé, ou que sa moitié queue soit morte.

Tristesse

UNE AVENTURE RAYÉE. Pleurs de l’éléphant qui est rejeté, il va tenter d’amuser les enfants, mais il est encore renvoyé, il va tenter de séduire une demoiselle, mais son déguisement va être mis à jour et tout le monde le chasse. On le voit se faire taper, cracher des flammes contre lui. Le groupe l’empêche de manger les bananes qu’il a lui-même fait tomber. PILA. Tristesse de la dame éléphant qui se sent rejetée, on se moque d’elle quand une oie s’assied sur sa trompe. Malaise de l’éléphante qui ne se plait pas, musique triste. Pleurs quand elle réalise que personne ne s’intéresse à elle. FITTING IN. On vit l’exclusion de la petite forme rose, avec des camarades de classe qui la rejettent. KOSTYA. Le gentil squelette est maltraité, on a peur de lui, on se moque de lui, il se fait renverser par une voiture, démembré on lui marche dessus, un joueur de foot utilise sa tête comme un ballon, il aide les autres, mais il ne lui arrive rien de bien.

Malaise

UNE AVENTURE RAYÉE. L’éléphant ne s’est pas bien déguisé, on craint qu’on ne le remarque. Un éléphant zébré tombe amoureux de l’autre zébré, mais celui-ci qui la croit noire a peur de se faire martyriser et fuit. DIP DAP. Frustration que tous les efforts pour sécuriser l’autre ne fonctionnent pas. CHAT ET CHIEN. Étrange combat intérieur du chat-chien, bagarre qui les projette dans l’eau, on peut craindre qu’ils ne se noient .

Crainte

DIP DAP. Inquiétude devant le gros fantôme qui apparaît.

Trop rapide

FITTING IN. Ce court-métrage introduit la problématique rapidement, il demande une compréhension rapide de ce qui est mis en scène, un tout petit aura de la peine à saisir le sens de ce qui est montré.

VOCABULAIRE

Sans paroles, musique parfois bien présente.

Une compilation qui ne va pas toucher tout le monde de la même façon, certains films ne sont pas adaptés à un tout petit s’il le regarde seul, comme Pila, avec un malaise existentiel d’éléphante qui fait de la chirurgie esthétique ou Kostya, petit squelette qui se fait rejeter de tous et qui finit support à nid d’oiseau – À noter que parfois les titres de ces courts-métrages sont différents (des éléphants pas comme les autres – Dip Dap et le petit fantôme – L’éléphante qui ne voulait plus ressembler à un éléphant – L’octogone qui n’était ni rond ni carré – Le chien qui était aussi un chat – Le petit squelette – Le chien qui était copain avec sa queue.

Partager cette page :

Lost Password