Dark Shadows

Dark Shadows

À partir de 15 ans

Dark Shadows est un film de Tim Burton de 2012. Beaucoup de belles images soignées, ambiance gothique et soixante-huitarde. Le narrateur introduit le récit de sa vie en 1760 enfant, puis on le verra jeune homme. L’histoire principale se déroule ensuite en 1972. Beaucoup de personnages. Flash-back.

MESSAGES

Amour et jalousie

Une femme peut se montrer cruelle quand elle est rejetée. Aimer, ce n’est pas vouloir posséder l’autre. Difficulté de saisir ce que souhaite la femme. On nous présente un amour idéal, plutôt chaste, en contraste avec les pulsions d’une belle sorcière, on critique l’image de la femme séductrice, utilisant le sexe pour s’approprier l’homme. Chagrin d’amour.

Famille

Importance du lien familial. On apprend dès l’enfance que la famille est la seule vraie fortune. Mettre de l’énergie dans cette survie, importance de perdurer, lutter. Importance du (lien de) sang.

Féminisme

Les femmes sont très présentes, de la businesswoman à la médecin en passant par l’ado énergique ou à sa mère patriarche.

Deuil

Compliqué pour un jeune enfant d’accepter la mort de sa mère (certainement aussi parce qu’il la voit en fantôme).

Sexualité bien présente

De nombreuses scènes suggestives, en dehors des bisous on réalise qu’il y a autre chose, même si le corps n’est pas dénudé (on en reste au stade du soutien-gorge) on assiste à une étreinte violente où la femme lacère les murs pendant l’acte, on laisse bien suggérer un moment de petit plaisir où l’homme laisse la dame s’occuper de ses parties intimes. La sorcière met souvent en avant sa jolie plastique, elle ôtera sa petite culotte pour la jeter au visage du héros, enchaîné dans son cercueil. Le vampire explique à une adolescente de 15 ans qu’elle est prête à être mariée, que ses hanches sont assez larges pour enfanter.

Évolution des moeurs et de la technologie

Avec un saut de 200 ans dans le temps, on nous montre ce qui a évolué (plutôt sous forme d’humour).

Découverte des années 70

Période hippie, musique, habits.

Beaucoup d’humour noir

Décalé, parodique

Dark Shadows

Dark Shadows

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Foule en colère. Enfant sauvé in extremis d’une énorme boule à facette qui lui tombe dessus. Scène finale, plutôt longue, qui commence par le vampire qui prend feu, destruction du manoir, flammes, cris. Morts. Le vampire va tuer plusieurs fois, on voit du sang. Les ouvriers qui le déterrent se font attraper les uns après les autres, sans réaliser ce qui leur arrive, dans une série de séquences rapides. De sympathiques et stones hippies qui fument autour d’un feu, après des questions autour de l’amour, il va leur dire qu’il doit tous les tuer, on entendra de loin des cris de terreur dans la forêt. La médecin se fait vider de son sang, puis est envoyée au fond de la mer avec une brique.

Malaise

Enfant maltraité. Triste situation de l’enfant, qui a déjà perdu sa mère et dont le père n’a pas envie de s’occuper. Il se fera d’ailleurs abandonner par celui-ci qui préfèrera l’argent à son fils. Petite fille envoyée à l’hôpital psychiatrique par ses parents, on la voit solitaire en cellule, recevoir des décharges électriques.

Surnaturel

Magie noire, avec possession de personnages que la sorcière oblige à se jeter d’une falaise. Plusieurs scènes avec des fantômes (apparition surprenante d’une femme avec des crabes qui sortent de sa bouche). La femme répète plusieurs fois la scène de son suicide.

Monstruosité

La sorcière, à la fin, va se craqueler, son corps malmené va se désarticuler. Fille en loup-garou. Visages blafards des vampires (parfois ensanglantés quand ils ont mangé). Sculpture en bois se mettant en mouvement, effrayante, agressive, s’en prenant aux héros. Peintures qui saignent. La sorcière envoie un jet de vomi vert à la face du vampire.

Santé

Personnage alcoolisé.

Étrangeté

La scène finale avec le personnage qui ouvre soudainement les yeux pourrait impressionner.

VOCABULAIRE

Classique, parfois léché, avec un langage ancien (1700).

Pour les amateurs de Tim Burton, de gothique et de fantastique. Beaucoup d’humour assez fin, du début à la fin. Il y avait dans la salle de cinéma des enfants de 10 ans environ, alors que le film ne s’adresse clairement pas à eux. C’est le risque avec Tim Burton qui peut autant faire des films pour les enfants (Charlie et la Chocolaterie, Corpse Bride, L’étrange Noël de M. Jack), que des oeuvres plus sombres (Sleepy Hollows, Sweeny Todd) qui ne sont pas à mettre devant tous les yeux. Dark Shadows est à la frontière de ces deux genres.

Partager cette page :

Lost Password