Dans les bois

Dans les bois

À partir de 5 ans

Dans les bois est un documentaire de 2017 qui nous montrent une forêt (même si c’est filmé dans de nombreuses petites forêts en Lituanie, on a l’impression d’un même endroit). Il n’y a pas de paroles, les images se suffisent, nous y découvrons des animaux. Rythme plutôt lent. Parfois du ralenti.

MESSAGES

Nature

Nous découvrons ici des forêts primaires de la Baltique, en Lituanie. L’homme y semble minuscule, sans technologie, on y découvre un hameau, et cela semble normal que des biches passent à côté. Nous avons l’impression d’être bien proches de ces animaux et le film va nous les faire rencontrer, un court instant, comme si nous étions dans cette forêt et que nous avions la chance d’apercevoir différentes bêtes. Belles images, même si elles n’ont pas besoin de rechercher de grands effets.

Animaux

Nous découvrons des animaux sauvages qui sont dans la forêt (loup, cigogne noire, chouette, souris, araignée, la vipère, l’élan, le grand tétras, le loir, le bison, le pygargue à queue blanche, le loir gris, le grand corbeau, l’aigle…). Chaine alimentaire. On voit bien que les animaux se nourrissent d’autres animaux (un cadavre disputé par des rapaces, une souris trainée par un serpent, des fourmis qui mangent un serpent mort). Couple. Il y a des couples qui se forment, on y découvre la parade nuptiale des grands tétras, avec leur bataille, ou le brame des cerfs. Insecte. En dehors de gros animaux, on découvre parfois le petit monde des insectes.

Saison

On commence par l’hiver, on y voit comme des animaux fonctionnent dans cet environnement, puis l’explosion des fleurs, le temps qui passe et on reviendra à l’hiver. Le rythme des saisons nous fait revivre les choses (le début et la fin du documentaire se ressemblent).

Contemplation

Le film a un rythme lent, les plans nous font découvrir des animaux, et on reste plutôt longtemps à les découvrir. Poétique. Ce genre de film est tellement rare que cela en devient poétique, un regard brut sur la nature.

Écologie

On voit très peu l’homme dans cette nature, et celui que l’on voit semble avoir peu de moyens technologiques, ça contraste avec notre existence et peut faire cheminer certaines réflexions (mais le film ne se veut pas montrer des problèmes écologiques ou avoir des discours, on voit surtout ce que peut être une forêt et des animaux si l’homme n’y est pas).

Dans les bois

Dans les bois

SCÈNES DIFFICILES

Malaise

Le début du film se déroule de nuit, tout d’abord tout est sombre, puis on voit les étoiles, avec du bruit de forêt de nuit, c’est un peu impressionnant (on réalise que l’on voit le reflet des étoiles dans un lac où passent des poissons). Des oiseaux se servent de chair sur un animal mort, on voit la carcasse. Gros plan d’un grand tétra lors d’une bataille contre l’un de ses congénères, on a l’impression qu’il vient nous attaquer. Une chose fait du bruit dans un arbre, on ne comprend pas vraiment ce que c’est, puis on voit quelque chose soudainement bouger sous des feuilles. Image d’un serpent qui rampe dans la forêt, puis d’une petite souris, on craint pour le mignon petit animal qu’il lui arrive quelque chose, le serpent arriver derrière lui (il risque de nous faire sursauter quand il ouvre soudainement sa bouche pour s’attaquer à la souri). De nuit nous entendons des loups. Le serpent a réussi à s’emparer d’une souris, on la voit inerte et il l’a dans ses crocs. Des bébés cigognes qui ont l’air malade. Un rapace qui semble observer quelque chose. Des fourmis qui s’occupent d’un serpent mort. Essaim d’abeilles impressionnant. Un homme aux yeux hagards qui semble surpris ou dépassé par quelque chose. Pluie et impressionnant bruit de tonnerre. Des bébés cigognes reçoivent à manger des grenouilles, on les voit donner plein de coups de bec au ralenti, et les avaler, il y a une certaine violence.

VOCABULAIRE

Il n’y a pas de paroles (mais on entend bien les animaux).

Pour toute la famille. Une véritable immersion dans la nature à la manière d’une personne qui aurait la chance de découvrir cela dans la forêt. Des ambiances de nuit, des loups ou une chaine alimentaire qui ne favorise pas toujours le mignon. Un rythme bien lent, proche du contemplatif, cela risque de compliquer la chose pour un tout petit et il n’y a aucune parole (faudra pas s’étonner qu’il s’ennuie si vous lui livrez cela en une seule fois). Nous sommes proches du réel et de la poésie de la nature. Idéal pour ceux qui veulent de l’observation d’animaux.

Ce que disent les autres : ici, une présentation du film.

Partager cette page :

 

Vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

Lost Password